uvres complettes de M. de Marivaux ...

 

 - 

.

-

362 - Il ya bien des amours o le cur n'a point de part; il y en a plus de ceux-l que d'autres, mme, et dans le fond, c'est sur eux que roule la nature, et non pas sur nos dlicatesses de sentiment qui ne lui servent de rien. C'est nous le plus souvent qui nous rendons tendres, pour orner nos passions; mais c'est la nature qui nous rend amoureux; nous tenons d'elle l'utile que nous enjolivons de...
202 - ... marchand, n'est-ce pas ? Je le serai peut-tre ; ce sera encore boutique pour boutique. Vous autres demoiselles qui tes ses filles, ce n'est donc que d'une boutique que vous...
202 - ... pas ? Je le serai peut-tre; ce sera encore boutique pour boutique. Vous autres demoiselles qui tes ses filles, ce n'est donc que d'une boutique que vous valez mieux que moi; mais cette boutique, si je la prends, mon fils dira : Mon pre l'avait; et par l mon fils sera au niveau de vous.
80 - ... y toucher. On voyait ces dames se servir ngligemment de leurs fourchettes; peine avaient-elles la force d'ouvrir la bouche; elles jetaient des regards indiffrents sur ce bon vivre. Je n'ai point de got aujourd'hui... Ni moi non plus... Je trouve tout fade... Et moi tout trop sal.
92 - Ma chre demoiselle, coutez-moi, dit-il cette cadette ; vous savez avec quelle affection particulire je vous donne mes conseils toutes deux. Ces dernires paroles, toutes deux, furent partages de faon que la cadette en avait pour le moins les trois quarts et demi pour elle, et ce ne fut mme que par rflexion...