Oeuvres compltes, 13

 

 - 

.

-

9 - Notre Pre qui tes aux cieux ; que votre nom soit sanctifi ; que votre rgne arrive ; que votre volont soit faite sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourd'hui notre pain de chaque jour ; pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons ceux qui nous ont offenss ; et ne nous laissez pas succomber la tentation ; mais dlivrez-nous du mal.
194 - A la vrit, ma raison est en moi : car il faut que je rentre sans cesse en moi-mme pour la trouver. Mais la raison suprieure qui me corrige dans le besoin, et que je consulte, n'est point moi, et elle ne fait point partie de moi-mme.
136 - C'est par leur paresse et par leurs dsordres qu'ils laissent crotre les ronces et les pines en la place des vendanges et des moissons.
263 - O beau jour sans nuage et sans fin, dont vous serez vous-mme le soleil, et o vous coulerez au travers de mon cur comme un torrent de volupt ! A cette douce esprance mes os tressaillent, et s'crient : Qui est semblable vous? Mon cur se fond, et ma chair tombe en dfaillance, Dieu de mon cur, et mon ternelle portion ! SECONDE PARTIE.
i - Non-seulement les terres noires et fertiles , mais encore les argileuses et les graveleuses , rcompensent l'homme de ses peines : les marais desschs deviennent fertiles : les sables ne couvrent d'ordinaire que la surface de la terre; et quand le laboureur a la patience d'enfoncer, il trouve un terroir neuf, qui se fertilise mesure qu'on le remue et qu'on l'expose aux rayons du soleil. Il n'ya presque point de terre entirement ingrate , si l'homme ne se lasse point de la remuer pour l'exposer...
224 - ... rochers aient t tailles avec art comme un escalier pour la commodit des hommes. Tout de mme, quand on est la campagne pendant un orage, et qu'on rencontre une caverne, on s'en sert, comme d'une maison, pour se mettre couvert : il n'est pourtant pas vrai que cette caverne ait t faite exprs pour servir de maison aux hommes. Il en est de mme du monde entier : il a t form par le hasard , et sans dessein ; mais les hommes le trouvant tel qu'il est, ont eu l'invention...
189 - ... de force. On ne conoit la maladie, qui n'est qu'une privation de la sant, qu'en se reprsentant la sant mme comme un bien rel dont cet homme est priv : on ne conoit la...
190 - ... tout est plus grand que sa partie ; une ligne parfaitement circulaire n'a aucune partie droite ; entre deux points donns, la ligne droite est la plus courte ; le centre d'un cercle parfait est galement loign de tous les points de la circonfrence; un triangle quilatral n'a aucun angle obtus ni droit ; toutes ces vrits ne peuvent souffrir aucune exception ; il ne pourra jamais y avoir d'tre, de ligne, de cercle, d'angle, qui ne soit suivant ces rgles.
262 - L'homme n'a des yeux que pour voir des ombres , et la vrit lui parat un fantme : ce qui n'est rien est tout pour lui : ce qui est tout ne lui semble rien. Que vois-je dans toute la nature? Dieu, Dieu partout, et encore Dieu seul. Quand je pense , Seigneur, que tout l'tre est en vous, vous puisez et vous engloutissez , abme de vrit, toute ma pense; je ne sais ce que je deviens : tout ce qui n'est point vous disparat, et peine me reste-t-il de quoi me trouver encore moi-mme.
267 - ... s'veille, et le rveil lui montre la fausset de ses songes. Celui qui est en dlire fait des espces de songes pendant plusieurs jours ; la gurison est pour lui ce que le rveil est pour l'autre : il n'aperoit ses erreurs qu'aprs la fin de sa maladie. Voil une illusion plus longue , mais qui a pourtant ses bornes , et qu'on dcouvre aprs qu'on n'y est plus. Il ya d'autres illusions encore plus longues , et qui durent mme toute la vie.