XVIIe sicle; lettres, sciences et arts, France, 1590-1700: ouvrage illustr de 17 chromolithographies et de 300 gravures sur bois (dont 16 tires hors texte) d'aprs les monuments de l'art de l'poque

Firmin-Didot et cie, 1882 - 581
 

 - 

.

214 - C'est moins un livre que des matriaux pour orner un livre. On lut avidement ce petit recueil ; il accoutuma penser et renfermer ses penses dans un tour vif, prcis, et dlicat.
290 - Bourdaloue ft connu. Ses discours, soutenus d'une action noble et touchante, les premiers qu'on et encore entendus la cour qui approchassent du sublime, eurent un si grand succs, que le roi fit crire, en son nom, son pre, intendant de Soissons, pour le fliciter d'avoir un tel fils.
397 - Un bourgeois aime les btiments; il se fait btir un htel si beau, si riche et si orn, qu'il est inhabitable. Le matre, honteux de s'y loger, ne pouvant peut-tre se rsoudre le louer un prince ou un homme d'affaires, se retire au galetas, o il achve sa vie, pendant que l'enfilade et les planchers de rapport sont en proie aux Anglais et aux Allemands qui voyagent, et qui viennent l du Palais-Royal, du palais L...
248 - Lisez-le, et dites si Anacron a su badiner avec plus de grce ; si Horace a par la philosophie et la morale d'ornements potiques plus varis et plus attrayants; si Trence a peint les murs des hommes avec plus de naturel et de vrit ; si Virgile enfin a t plus touchant et plus harmonieux.
258 - ... d'affaires srieuses, importantes et tragiques, et incontinent aprs de choses communes, vaines et comiques, c'est ignorer la condition de la vie des hommes, de qui les jours et les heures sont bien souvent entrecoups de ris et de larmes, de contentement et d'affliction, selon qu'ils sont agits de la bonne ou de la mauvaise fortune.
101 - ... ils en parlent comme d'un ge d'or, durant lequel avec toute l'innocence et toute la libert des premiers sicles, sans bruit et sans pompe, et sans autres lois que celles de l'amiti, ils gotaient ensemble tout ce que la socit des esprits et la vie raisonnable ont de plus doux et de plus charmant.
113 - Messieurs de l'Acadmie peuvent faire ce qu'il leur plaira puisque vous m'crivez que Monseigneur serait bien aise d'en voir leur jugement, et que cela doit divertir son Eminence, je n'ai rien dire...
112 - A la charge que ceux de ladite Assemble et Acadmie, ne connotront que de l'ornement, embellissement et augmentation de la langue franoise, et des livres qui seront par eux faits, et par autres personnes qui le dsireront et voudront.
256 - Thtre franois, tomb depuis tant d'annes. Il estoit plein de facilit, et de doctrine, et quoy qu'en veuillent dire ses envieux, il est certain que c'estoit un grand homme et s'il eust aussi bien travaill par divertissement que par ncessit , ses ouvrages auroient sans doute est inimitables : mais il avoit trop de part la pauvret de ceux de sa profession, et c'est ce qui produit l'ignorance de nostre sicle, et le mpris de la vertu.
274 - Il serait au-dessus de tous les tragiques de l'antiquit, s'il n'avait t fort au-dessous de lui en quelques-unes de ses pices. Il est si admirable dans les belles qu'il ne se laisse pas souffrir ailleurs mdiocre. Ce qui n'est pas excellent en lui me semble mauvais ; moins pour tre mal que pour n'avoir pas la perfection qu'il a su donner d'autres choses. Ce n'est pas assez Corneille de nous plaire lgrement; il est oblig de nous toucher. S'il ne ravit nos esprits, ils emploieront...