Études philosophiques sur le christianisme, 2

Auguste Vaton, 1845
 

 - 

.

-

320 - Si ce discours vous plat et vous semble fort, sachez qu'il est fait par un homme qui s'est mis genoux auparavant et aprs, pour prier cet Être infini et sans parties, auquel il soumet tout le sien, de se soumettre aussi le vtre pour votre propre bien et pour sa gloire; et qu'ainsi la force s'accorde avec cette bassesse.
555 - C'est pourquoi la premire rgle de notre logique, c'est qu'il ne faut jamais abandonner les vrits une fois connues, quelque difficult qui survienne , quand" on veut les concilier; mais qu'il faut au contraire, pour ainsi parler, tenir toujours fortement comme les deux bouts de la chane , quoiqu'on ne voie pas toujours le milieu par o l'enchanement se continue.
5 - O pourrai-je trouver la paix ? Je veux, et n'accomplis jamais. Je veux, mais, misre extrme ! Je ne fais pas le bien que j'aime, Et je fais le mal que je hais.
385 - Celui qui aime son pre ou sa mre plus que moi , n'est pas digne de moi ; et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi , n'est pas digne de moi.
485 - Venez, les bnis de mon Pre ; possdez le royaume qui vous a t prpar ds le commencement du monde. Car j'ai eu faim, et vous m'avez donn manger ; j'ai eu soif, et vous m'avez donn boire ; j'tais tranger, et vous m'avez recueilli ; j'tais nu, et vous m'avez revtu ; j'tais malade , et vous m'avez visit ; j'tais en prison, et vous tes venu moi.
347 - Notre Pre qui tes aux cieux, que votre nom soit sanctifi, que votre rgne arrive, que votre volont soit faite...
367 - En pourtant il n'est point de torture qui ne s'apaise, dans les larmes, en lisant ceci : ...Venez moi, vous tous qui tes fatigus et qui tes chargs, et je vous soulagerai. Prenez mon joug sur vous, et apprenez de moi que je suis doux et humble de cur, et vous trouverez le repos de vos mes. Car mon 'joug est doux et mon fardeau lger.
338 - C'est cela que tous connatront que vous tes mes Disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres.
251 - En lui tait la vie, et la vie tait la lumire des hommes ; et la lumire luit dans les tnbres, et les tnbres ne l'ont pas comprise.
345 - Si quelqu'un vient moi, et ne hait pas son pre et sa mre, sa femme, ses enfants , ses frres et ses surs , et mme sa propre vie, il ne peut tre mon disciple.