صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

MEDE’E, TRAG. D'EURIPIDE. 307

M E D E E,

TRAGEDIE

D' EURIPIDE.

J

A SON oubliant qu'il devoit tout à

Médée , qui l'avoit délivré d'un péril certain dans la conquête de la Toison d'or , & qui avoit tout facrifié pour le suivre à travers tant de périls , & de mers, résolut de l'éxiler avec les enfans qu'il avoit eus d'elle , après avoir épousé à ses yeux Glauca fille du Roi de Corinthe. 1.a vengeance qu'en tire Médée est le sujet de cette Tragédie. L'action est si frappante qu'elle a fait la matiére de plusieurs Tragédies imitées de celles d'Euripide. Oyide en a composé une qui n'est pas venue jufqu'à nous , & dont Quintilien nous a conservé ce vers si connu :

Servare porui, perdem an poffim rogas?
Si jai på le sauver , ne puis-je le détruire ?

[ocr errors]

Ennius avoit traduit en vers Latins la Médée d'Euripide , & l'on en trouve des fragmens dans Cicéron. On dit

que Mécénas même avoit traité ce fujet à sa maniére. Mais ce qui nous reste de meilleur en ce genre se réduit à la Médée de Sénéque, à celle de Louis Dol-. cé, à la traduction de Buchanan, à une Tragédie de P. Corneille , soụs le nom de Médée , sans compter celle * de la Toison d'Or, & l'Opéra de Thésée. Nous en parlerons au sujet de la Tragédie d’Euripide qui leur a donné lieu.

Il y a neuf personnages, à sçavoir, Médée, Jason , Créon Roi de Corinthe, Egée Roi d'Athènes, les deux fils de Médée encore enfans, leur Gouverneur, la Confidente de Médée , & un Officier, outre le Chæur composé des femmes Corinthiennes attachées aux inté. rêts de Médée. La Scéne est dans le veftibule du Palais de Créon. ** Corneille dit que c'est une place publique , & il trouve bien peu de vraisemblance à y faire parler des Rois. Il a raison quant

* Elle n'a point de rapport au sujet présent , quoique Médée y joue le principal rôle.

**PIERRE CORNEILLE, Examen de Médée.

au dernier article. Mais rien n'oblige à croire que ces fortes de vestibules, où Euripide place si souvent ses Scénes, fufsent toujours publics. Il est croyable que c'étoient des portiques séparés des appartemens intérieurs, mais élevés , & fort différens en toute maniére de ce qu'on nomme places publiques. Quelquefois ces portiques étoient en vûe des places & des rues, comme la Tragédie d'Oreste le supposes mais on n'a point de preuve que cela fût toujours ainsi,

Il est bon de se rappeller en peu de mots l'histoire de Médée fi élégamment écrite dans le septiéme livre des Métamorphoses d'Ovide. Elle étoit fille d'Aëtas Roi de Colchos *, & très-versée dans l'art magique, c'est-à-dire très-spirituelle. Masi elle usa mal de son art & de ses lumieres : car elle se rendit célébre par les forfaits. L'amour qu'elle conçût pour Jason fut la source de tous ses crimes. Jason fils d'Æfon Roi d'Iolcos avoit été supplanté par son oncle Pélias usurpateur des Etats d'Æfon. Le jeune Prince qui avoit été dérobé à la fureur du Tyran revint & redemanda ses Etats.

* Colchos capitale de la Colchide à l'embous chure du Phase.

Mais Pélias pour s'en défaire en Politique *, l'engagea à tenter l'expédition de la Toison d'Or à la tête des Argonautes. Il s'agissoit d'aller à Colchos, & de ravir cette riche Toison gardée par des Taureaux à gueule enflammée , & par un horrible Dragon. Ce fut là

que Médée l'aima , & le rendit maître de ce thréfor fans danger, mais aux dépens de la patrie & de fon

pere

Aëtas dont le sort dépendoit de la Toison. L'amante & l'amant prirent la fuite.A ëtas les pourfuivit en vain. Jason revint à Jolcos avec fon épouse. Elle trouva moyen de le délivrer de l'usurpateur Pélias , en feignant d'avoir un secret pour le rajeunir; & sous ce frivole prétexte elle engagea ses filles même à l'égorger. Médée & Jason contraints de fuir après cet attentat aborderent à Corinthe, où Jason abandonna Médée pour se livrer à de nouvelles amours. Ce dernier trait est le sujet de la Tragédie d'Euripide. Il n'est pas ici question de démêler l'histoire de la fable , puisque c'est la fable qui fait le fonds du Poëme. On peut seulement observer en passant que

[ocr errors]

** Ainda en usa Eurysthée à l'égard d'Hers cule.

[ocr errors]

Médée , quoique coupable d'avoir trahi fon pere, & tué son frere Absyrte , dont elle jetta, dit-on , les membres en chemin pour arrêter la poursuite d'Aëtas , est pourtant justifiée du meurtre de ses fils par quelques auteurs qui veulent rendre au moins la chose douteuse. Ælien dit par exemple qu'une autre tradition veut que

les fils de Jason ayent été tués , non far Médée, mais par les Corinthiens ; & il ajoûte,que ce fut à la priere des Corinthiens qu'Euripide tourna autrement son sujet , & rejetta sur Médée un forfait fi odieux. Il y a eu même des critiques qui ont voulu sur quelqu'autre autorité incertaine qu'Euripide ait reçû des Corinthiens cinq talens pour en user ainsi. Que cela soit ou non, Euripide dans ce sujet, comme dans les autres, avoit différentes traditions qu'il pouvoit suivre , & celle qu'il a suivie étoit beaucoup plus propre au Théâtre qu'aucun autre

ACTE PREMIER.

La Scéne s'ouvre par la * Confidente de Médée. **, Plût aux Dieux, dit-elle ,

* Grec. Nourrice. Comme dans la Tragédie d'Euripide.

**PHEDR E nous apprend dans une de ses

« السابقةمتابعة »