صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

ste une coupe. Thyeste demande à voir ses enfans, & son frere lui montrant les restes de ces infortunées victimes qu'il lui a servies, dans le repas, dit ces horribles paroles :

ATREUS. Venere; gnatos ecquid agnofcis ruos 3

A quoi Thyeste répond:

Agnofco fratrem.

Ce qu'un de nos Poëtes: a traduit Arrie do heureusement de cette maniere:

M. Crea billon,

ATRI'E. Reconnois-tu ce fang.
THY E S T.

Je reconnois mon frere.

Dolce n'a pas senti la vivacité & le sublime de cette pensée, quand il a crû la traduire en s'exprimant ainsi.

ATREE. Conosci queste reste e queste mans ?

Questi son tuoi figlivoli : hora gli abbrace

cia.

Che questo è Filiften: questi son gli altrs
THYEST. Dime, come consenti

Terra crudel, di sostener ancora
Tanta scelerisade ? &6.

Ce Lodovico Dolcé a fait quantité d'autres Piéces toutes tirées des Grecs ou

des Latins, ou plutôt traduites pour la plậpart. C'est un des Héros du Théâ tre Italien,

HIPPOLYTE. ALCESTE.

Elles sont entierement traduites. Voyez la premiere Partie, vol, 2. pag. 139. & vol. 3. pag. 97.

[ocr errors][merged small]
[merged small][ocr errors][merged small]

L

'On ne sçauroit nommer Andro

maque, qu'on ne fe rappelle aussitôt un des chefs-d'auvres du Théâtre François. Mais pour ne pas attendre ici un parallele entre Euripide & Rao sine, comme dans Iphigénie & Phedre, il faut se souvenir de ce que dit Racine lui-même dans fa préface au sujet de l’Andromaque d'Euripide. » Quoique o ma Tragédie porte le même nom que mla sienne, le sujet en est pourtant très» différent. Andromaque dans Euripide craint pour

la vie de Molossus qui eft » un fils qu'elle a ell de Pyrrhus, & » qu'Hermione veut faire mourir avec » sa mere. Mais ici il ne s'agit point de » Molossus. Andromaque ne connoît » point d'autre mari qu'Hector, ni d'au» tre fils qu’Astyanax. J'ai crû en cela » me conformer à l'idée que nous ayons

» maintenant de cette Princesse. La plú» part de ceux qui ont entendu parler » d'Andromaque ne la connoissent guères » que pour la veuve d'Hector, & pour

la mere d'Astyanax. On ne croit point » qu'elle doive aimer un autre mari ni » un autre fils; & je doute que les larmes » d'Andromaque eussent fait sur l'esprit » de mes Spectateurs l'impression qu'elles » y ont faite, fi elles avoient coule

pour » un autre fils que celui qu'elle avoit » d'Hector

Voilà des reflexions d'un discernement très-délicat. Les usages anciens font trop éloignés de nos temps & de nos meurs pour attendrir des Spectateurs plus sensibles au malheur d'une épouse fidelle aux Cendres de son premier époux, qu'à la misere d'une Princesse captive, contrainte d'entrer dans le lit du vainqueur en qualité d'esclave plutôt que d'épouse. Cela étoit bon pour les Grecs qui avoient fous les yeux de pareils exemples : mais cette situation devient choquante pour nous qui ne les avons pas. Ainsi l'Andromaque Françoise, sans compter bien d'autres considérations, l'emportera toujours par la noblesse de la douleur, sur la simplicité de l'Andromaque Grecque. Je ne laisserai pas

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

de la mettre sous les yeux telle qu'elle parut sur le Théâtre d'Athènes, mais fans entrer dans aucune comparaison avec celle qui a tiré des larmes de toute la France ; puisqu'après tout il n'y a presque de ressemblance entre les deux Andromaques, qu'une peinture trèsdifférente d'une mere malheureuse deveAuë malgré elle la rivale d'Hermione.

Ces deux Princesses sont les principales A&trices d'Euripide. Molossus n'est qu’un personnage d'enfant fait pour fomenter la compassion. Ménélas, Pélée, Oreste font subalternes ausli - bien qu'une Suivante, une Confidente, & un Officier. Thétis enfin eft amenée machinalement pour dénouer l'intrigue ; & le Cheur composé de femmes Grecques sert à la soutenir. La Scène est à Phthie, ville du domaine de Néoptoléme fils d'Achille.

[ocr errors]

ACTE PREMIER.

C'est Andromaque elle-même qui ouvre la Scène. On la voit dans un Temple au pied d'un autel dédié à Thétis, proche du Palais de Pyrrhus. De cet ałyle où elle s'est jettée pour éviter la mort, elle fait entendre l'histoire

« السابقةمتابعة »