Principes de la littrature, 3

Desaint et Saillant, 1764
 

 - 

.

-

285 - ... sr en son rivage, Ce qu'il trouve, il le ravage ; Et tranant comme buissons Les chnes et leurs racines, Ote aux campagnes voisines L'esprance des moissons.
287 - La mort a des rigueurs nulle autre pareilles ; On a beau la prier , La cruelle qu'elle eft fe bouche les oreilles , Et nous laide crier. Le pauvre en fa cabane , oi le chaume le couvre > Eft fujet fes loix ; Et la garde , qui veille aux barrires du Louvre , N'en dfend point nos Rois.
400 - On sera ridicule , et je n'oserai rire ! Et qu'ont produit mes vers de si pernicieux Pour armer contre moi tant d'auteurs furieux? Loin de les dcrier, je les ai fait paratre : Et souvent sans ces vers qui les ont fait connatre, Leur talent dans l'oubli demeurerait cach : Et qui saurait sans moi que Cotin a prch ? La satire ne sert qu' rendre un fat illustre : C'est une ombre au tableau qui lui donne du lustre.
400 - Et qui saurait sans moi que Cotin a prch? La satire ne sert qu' rendre un fat illustre : C'est une ombre au tableau, qui lui donne du lustre. En les blmant enfin j'ai dit ce que j'en croi ; Et tel qui m'en reprend en pense autant que moi.
403 - En vain contre le Cid un Miniftre fe ligue ; Tout Paris pour Chimene a les yeux de Rodrigue ; L'Acadmie en corps a beau le cenfurer j Le Public rvolt s'obftine l'admirer.
394 - Est-ce un crime, aprs tout, et si noir et si grand? Et qui, voyant un fat s'applaudir d'un ouvrage O la droite raison trbuche chaque page, Ne s'crie aussitt : L'impertinent auteur! L'ennuyeux crivain! le maudit traducteur! A quoi bon mettre au jour tous ces discours frivoles, Et ces riens enferms dans de grandes paroles?
201 - S'enrichir aux dpens du mrite jou. Et Socrate par lui, dans un chur de Nues, D'un vil amas de peuple attirer les hues. Enfin de la licence on arrta le cours: Le...
430 - Gens de bien, Ouvrez vos yeux, voyez, y at-il rien? Non, dit quelqu'un des plus prs regardans.
159 - O malheureux Phocas ! trop heureux Maurice ! Tu recouvres deux fils pour mourir aprs toi, Et je n'en puis trouver pour rgner...