uvres compltes de Ch. Rollin: Histoire ancienne

Ledoux et Tenr, 1817
 

 - 

.

-

77 - Il peut tout sur les peuples; mais les lois peuvent tout sur lui. Il a une puissance absolue pour faire le bien, et les mains lies ds qu'il veut faire le mal. Les lois lui confient les peuples comme le plus prcieux de tous les dpts , condition qu'il sera le pre de tous ses sujets.
144 - ... absolue, qu' la fin, moiti par adresse et moiti par force, il se rendit le plus puissant de la Grce, et obligea tous les Grecs marcher sous ses tendards contre l'ennemi commun. Il fut tu dans ces conjonctures; mais Alexandre, son fils, succda son royaume et ses desseins.
142 - Grce ; de sorte qu'elles taient toujours ennemies, plus encore par la contrarit de leurs intrts que par l'incompatibilit de leurs humeurs. Les villes grecques ne voulaient la domination ni de l'une ni de l'autre ; car outre que chacun souhaitait pouvoir conserver sa libert, elles trouvaient l'empire de ces deux rpubliques trop fcheux.
210 - Thespis fut le premier qui, barbouill de lie, Promena par les bourgs cette heureuse folie ; Et, d'acteurs mal orns chargeant un tombereau, Amusa les passants d'un spectacle nouveau.
42 - Mais, en justice comme la guerre, nil honnte homme ne doit pas sauver sa vie par toute sorte de moyens. Il est galement dshonorant dans l'une et dans l'autre, de ne la racheter que par des prires, par des larmes, et par toutes les autres bassesses que vous voyez faire tous les jours ceux qui sont o je me vois.
142 - Athnien, et qui connaissait admirablement le naturel de son pays, nous apprend que la crainte tait ncessaire ces esprits trop vifs et trop libres, et qu'il n'y eut plus moyen de les gouverner, quand la victoire de Salamine les eut rassurs contre les Perses. Alors deux choses les perdirent : la gloire de leurs belles actions, et la sret o ils croyaient tre. Les magistrats n'taient plus...
230 - Chacun, peint avec art dans ce nouveau miroir, S'y vit avec plaisir, ou crut ne s'y point voir : L'avare, des premiers, rit du tableau fidle D'un avare souvent trac sur son modle ; Et mille fois un fat finement exprim Mconnut le portrait sur lui-mme form.
142 - Lacdmone tait dur : on remarquait dans son peuple je ne sais quoi de farouche. Un gouvernement trop rigide et une vie trop laborieuse y rendaient les esprits trop fiers, trop austres et trop imprieux ; joint...
146 - ... intime grav dans le fond de son cur par l'auteur de son tre , et d'une tradition primordiale aussi ancienne que le monde mme.
143 - Grce, la soutenaient en quelque faon, et l'empchaient de tomber dans la dpendance de l'une ou de l'autre de ces rpubliques. Les Perses aperurent bientt cet tat de la Grce : ainsi tout le secret de leur politique tait d'entretenir ces jalousies et de fomenter ces divisions.