Recherches sur les jeux d'esprit, les singularits et les bizarreries littraires principalement en France, 2

-

231 - L'onde approche, se brise, et vomit nos yeux, Parmi des flots d'cume, un monstre furieux. Son front large est arm de cornes menaantes ; Tout son corps est couvert d'cailles jaunissantes, Indomptable taureau, dragon imptueux, Sa croupe se recourbe en replis tortueux ; Ses longs mugissements font trembler le rivage. Le ciel avec horreur voit ce monstre sauvage ; La terre s'en meut, l'air en est infect ; Le flot qui l'apporta recule pouvant.
229 - Agrable colre ! Digne ressentiment ma douleur bien doux! Je reconnais mon sang ce noble courroux ; Ma jeunesse revit en cette ardeur si prompte. Viens, mon fils, viens, mon sang, viens rparer ma honte; Viens me venger.
229 - Et ce fer que mon bras ne peut plus soutenir, Je le remets au tien pour venger et punir. Va contre un arrogant prouver ton courage : Ce n'est que dans le sang qu'on lave un tel outrage ; Meurs ou tue.
231 - L'il morne maintenant et la tte baisse, Semblaient se conformer sa triste pense. Un effroyable cri, sorti du fond des flots, Des airs en ce moment a troubl le repos ; Et du sein de la terre une voix formidable Rpond en gmissant ce cri redoutable. Jusqu'au fond de nos curs notre sang s'est glac : Des coursiers attentifs le crin s'est hriss.
231 - II tait sur son char ; ses gardes affligs Imitaient son silence, autour de lui rangs. Il suivait tout pensif le chemin de Mycnes ; Sa main sur ses chevaux laissait flotter les rnes. Ses superbes coursiers, qu'on voyait autrefois Pleins d'une ardeur si noble obir sa voix. L'il morne maintenant et la tte baisse, Semblaient se conformer sa triste pense. Un effroyable cri, sorti du fond...
88 - Hora novissima, tempora pessima sunt, vigilemus, Ecce minaciter imminet arbiter ille supremus Imminet, imminet ut mala terminet, aequa coronet, Recta remuneret, anxia liberet, aethera donet, Auferat aspera duraque pondera mentis onustae, Sobria muniat, improba puniat, utraque juste.
179 - D'un parent peu persuasif. Le pauvre prisonnier pensif, A la triste lueur du suif, Jouit, pour seul soporatif, Du murmure non lnitif Dont l'lment rbarbatif Frappe son organe attentif. Or, pour tre mmoratif De ce domicile afflictif, Je jurai d'un ton expressif De vous le peindre en rime en if. Ce fait, du roc dsolatif Nous sortmes d'un pas htif, Et rentrmes dans notre esquif, En rptant d'un ton plaintif: Dieu nous garde du chteau d'If!
230 - S'lve avec fracas un mmoire invincible : Le volume s'approche et vomit nos yeux, Parmi de noirs flots d'encre, un monstre furieux.
179 - C'est un lieu peu rcratif, Dfendu par le fer oisif De plus d'un soldat maladif Qui, de guerrier jadis actif, Est devenu garde passif. Sur ce roc taill dans le vif, Par bon ordre on retient captif, Dans l'enceinte d'un mur massif, Esprit libertin, cur rtif Au salutaire correctif D'un parent peu persuasif. Le pauvre prisonnier pensif, A la triste lueur du suif, Jouit, pour seul soporatif, Du murmure non lnitif Dont l'lment rbarbatif Frappe son organe attentif. Or, pour tre mmoratif...
49 - II saura conserver la fidelle mmoire. Ma muse, te louer, se consacre jamais. Tantt dans un caveau, tantt sous une treille. Ma lyre, de ma voix accompagnant le son, Rptera cent fois cette aimable chanson: Rgne sans fin, ma charmante bouteille; Rgne sans cesse, mon cher flacon.