Marcel Schwob et son temps

B. Grasset, 1927 - 294
0
Google ʡ .

 - 

.

-

271 - L'esclavage o je me trouvais en Amrique m'tait trs pnible, et je me suis peint sous les traits d'un jeune gaillard qui vend sa femme pour recouvrer sa libert. J'ai fait du dsir perfide et multiforme de la libert une actrice amricaine, en lui opposant l'pouse lgitime en qui j'ai voulu incarner la passion de servir.
87 - Alors je baissai la tte et je m'en allai vers la nuit pluvieuse dans la ville inconnue. De sa vie JE ne sais pas o Monelle me prit par la main. Mais je pense que ce fut dans une soire d'automne, quand la pluie est dj froide. Viens jouer avec nous, dit-elle. Monelle portait dans son tablier des vieilles poupes et des volants dont les plumes taient fripes et les galons ternis. Sa figure tait ple et ses yeux riaient. Viens jouer, dit-elle. Nous ne travaillons plus, nous jouons....
128 - Voici un petit livre tout blanc, tout tremblant, tout balbutiant. Il a l'odeur assoupie des chambres paisibles o l'on se souvient d'avoir jou, enfant, pendant les longues aprs-midi d't. Toutes les petites filles y sont colories comme dans les livres d'images, et elles ont des noms semblables des sanglots purils. Toutes les petites maisons y sont de vieilles petites maisons de village, o de bonnes lampes brlent la nuit ; et toutes leurs petites...
74 - Le cur de l'homme est double; l'gosme y balance la charit; la personne y est le contre-poids des masses; la conservation de l'tre compte avec le sacrifice aux autres; les ples du cur sont au fond du moi et au fond de l'humanit. Ainsi l'me va d'un extrme l'autre, de l'expansion de sa propre vie l'expansion de la vie de tous. Mais il ya une route faire pour arriver la 121 piti, et voici comment on pourrait en marquer les tapes.
119 - Reclus; je btirai sur cette le une glise des Nouveaux Innocents et j'y instituerai douze prbendaires. Et tu me rendras les corps de mes enfants, mer innocente et consacre; tu les porteras vers les grves de l'le; et les prbendaires les dposeront dans les cryptes du temple; et ils allumeront, audessus, d'ternelles lampes o brleront de saintes huiles, et ils montreront aux voyageurs pieux tous ces petits ossements blancs tendus dans la nuit.
76 - ... routiers italiens la face pestifre et des routiers franais avec des faux visages, des galriens heaumes de rouge, des jeunes filles subitement vieillies dans un miroir, et une singulire foule de lpreux, d'embaumeuses, d'eunuques, d'assassins, de dmoniaques et de pirates, entre lesquels je prie le lecteur de penser que je n'ai aucune prfrence, tant certain qu'ils ne sont point si divers. Et afin de le montrer plus clairement je n'ai pris nulle garde leur mascarade pour...
73 - Alors le roman sera peut-tre un roman d'aventures dans le sens le plus large du mot, le roman des crises du monde intrieur et du monde extrieur, l'histoire des motions de l'individu et des masses, soit que les hommes cherchent du nouveau dans leur cur, dans l'histoire, dans la conqute de la terre et des choses, ou dans l'volution sociale.
121 - II naquit en des jours o des baladins vtus de robes vertes faisaient passer de jeunes porcs dresss travers des cercles de feu, o des portiers barbus, tunique cerise, cossaient des pois dans un plat d'argent, devant les mosaques galantes l'entre des villas, o les affranchis, pleins de sesterces, briguaient dans les villes de province les fonctions municipales, o des rcitateurs chantaient au dessert des pomes piques, o le langage tait tout farci de mots d'ergastule...
82 - ... renatrait serait le mme. Ne joue pas avec les morts et ne caresse point leurs visages. Ne ris pas d'eux et ne pleure pas sur eux : oublie-les. Ne te fie pas aux choses passes. Ne t'occupe point construire de beaux cercueils pour les moments passs : songe tuer les moments qui viendront. Aie de la mfiance pour tous les cadavres. N'embrasse pas les morts : car ils touffent les vivants. Aie pour les choses mortes le respect qu'on doit aux pierres btir. Ne souille pas tes mains...
71 - Nous tions arrivs dans un temps extraordinaire o les romanciers nous avaient montr toutes les faces de la vie humaine et tous les dessous des penses. On tait lass de bien des sentiments avant de les avoir prouvs...