Dictionnaire historique, ou Histoire abrge des hommes qui se sont fait un nom ...

 

 - 

.

-

9 - Le gouverneur mettait lui-mme les plats sur la table, et ensuite se retirait aprs l'avoir enferm. Un jour le prisonnier crivit avec un couteau sur une assiette d'argent, et jeta l'assiette par la fentre vers un bateau qui tait au rivage, presque au pied de la tour; un pcheur, qui ce bateau appartenait, ramassa' l'assiette, et la rapporta au gouverneur; celui-ci, tonn, demanda au pcheur : " Avez-vous lu ce qui est crit sur cette assiette, et quelqu'un l'at-il vue entre vos...
327 - C'tait , lui dit-il , une statue d'une hauteur norme et d'un regard effrayant , dont la tte tait d'or , la poitrine et les bras d'argent , le ventre et les cuisses d'airain, les jambes de fer, et les pieds en partie de fer et en partie d'argile.
180 - Son plus grand soin est de tourner la bont et la simplicit en ridicule, et de mettre la ruse et le mensonge du parti pour lequel on prend intrt ; ses honntes gens ne sont que des gens qui parlent ; ses vicieux sont des gens qui agissent et que les plus brillants succs favorisent le plus souvent : enfin l'honneur des applaudissements rarement pour le plus estimable est presque toujours pour le plus adroit.
326 - N'est-ce pas l, dit-il , cette grande et magnifique ville que j'ai btie dans la grandeur de ma puissance et dans l'clat .de ma gloire, pour en faire le sige de mon empire.?
220 - Chose admirable! la religion chrtienne, qui ne semble avoir d'objet que la flicit de l'autre vie , fait encore notre bonheur dans celle-ci.
9 - Avez-vous lu ce qui est crit sur cette assiette, et quelqu'un l'at-il vue entre vos mains? Je ne sais pas lire, rpondit le pcheur. Je viens de la trouver, personne ne l'a vue. Ce paysan fut retenu jusqu' ce que le gouverneur ft bien inform qu'il n'avait jamais lu, et que l'assiette n'avait t vue de personne. Allez, lui dit-il, vous tes bien heureux de ne savoir pas lire.
180 - ... serviteurs! Il fait rire, il est vrai, et n'en devient que plus coupable, en forant, par un charme invincible, les sages mmes de se prter des railleries qui devraient attirer leur indignation.
180 - C'est un grand vice d'tre avare et de prter usure ; mais n'en est-ce pas un plus grand encore un fils de voler son pre, de lui manquer de respect, de lui faire mille insultants reproches, et, quand ce pre irrit lui donne sa maldiction, de rpondre d'un air goguenard qu'il n'a que faire de ses dons...
65 - M. l'abb d'Alainval a publi en i7-'|5, en 2 vol. in- 1 a , les Lettresdu cardinal Mazarin , o l'on voit le secret de la ngociation de la paix des Pyrnes , et la relation des confrences qu'il a eues pour ce sujet avec don Louis de Haro , ministre d'tat.
180 - Voyez comment, pour multiplier ses plaisanteries, cet homme trouble tout l'ordre de la socit; avec quel scandale il renverse tous les rapports les plus sacrs sur lesquels elle est fonde; comment il tourne en drision les respectables droits des pres sur leurs enfans, des maris sur leurs femmes, des matres sur leurs serviteurs!