La nouvelle abeille du Parnasse; ou, Choix de morceaux tirs de nos meilleurs potes: l'usage des maisons d'ducation

 

 - 

.

-

112 - Qu'il pouvait doucement laisser couler son ge ! Vous n'avez pas chez vous ce brillant quipage. Cette foule de gens qui s'en vont chaque jour Saluer longs flots le soleil de la cour : Mais la faveur du ciel vous donne en rcompense Du repos, du loisir, de l'ombre et du silence, Un tranquille sommeil, d'innocents entretiens.
149 - Cependant mon amour pour notre nation A rempli ce palais de filles de Sion : Jeunes et tendres fleurs, par le sort agites, Sous un ciel tranger comme moi transplantes. Dans un lieu spar de profanes tmoins, Je mets les former mon tude et mes soins ; Et c'est l que, fuyant l'orgueil du diadme, Lasse de vains honneurs, et me cherchant moi-mme, Aux pieds de l'Éternel je viens m'humilier, Et goter le plaisir de me faire oublier.
218 - Un oracle dit-il tout ce qu'il semble dire? Le ciel, le juste ciel, par le meurtre honor , Du sang de l'innocence est-il donc altr? Si du crime d'Hlne on punit sa famille , Faites chercher Sparte Hermione, safiUe1 : Laissez Mnlas racheter d'un tel prix Sa coupable moiti, dont il est trop pris.
224 - D'Iphignie encor je respecte le pre. Peut-tre, sans ce nom, le chef de tant de rois M'aurait os braver pour la dernire fois. Je ne dis plus qu'un mot ; c'est vous de m'entendre. J'ai votre fille ensemble et ma gloire dfendre : Pour aller jusqu'au cur que vous voulez percer, Voil par quels chemins vos coups doivent passer.
215 - Fille d'Agamemnon, c'est moi qui, la premire, Seigneur, vous appelai de ce doux nom de pre...
218 - N'a pas en le traant arrt votre main ! Pourquoi feindre nos yeux une fausse tristesse? Pensez-vous par des pleurs prouver votre tendresse ? O sont-ils ces combats que vous avez rendus ? Quels flots de sang pour elle avez- vous rpandus ? Quel dbris parle ici de votre rsistance ? Quel champ couvert de morts me condamne au silence ? Voil par quels tmoins il falloit me prouver, Cruel , que votre amour a voulu la sauver.
176 - A plac sur leur trne un prince infatigable. Il brave mes douceurs, il est sourd ma voix; Tous les jours il m'veille au bruit de ses exploits. Rien ne peut arrter sa vigilante audace : L't n'a point de feux, l'hiver n'a point de glace.
142 - J'y cours en soupirant, et sa garde me suit. De son gnreux sang la trace nous conduit: Les rochers en sont teints; les ronces dgouttantes Portent de ses cheveux les dpouilles sanglantes. J'arrive, je l'appelle; et me tendant la main, II ouvre un il mourant, qu'il referme soudain. 'Le ciel, dit-il, m'arrache une innocente vie.
113 - Quel sujet inconnu vous trouble et vous altre ? D'o vous vient aujourd'hui cet air sombre et svre , Et ce visage enfin plus ple qu'un rentier A l'aspect d'un arrt qui retranche un quartier...
220 - Un bruit assez trange est venu jusqu' moi , Seigneur; je l'ai jug trop peu digne de foi. On dit, et sans horreur je ne puis le redire , Qu'aujourd'hui par votre ordre Iphignie expire...