Histoire abrge des littratures, anciennes et modernes, avec tableaux synoptiques, morceaux choisis et portraits d'auteurs: Litrature franaise. Littratures anciennes et modernes trangres. I.. II.

G. Poussielgue, 1893 - 472
 

 - 

.


377 - Un jour, il m'en souvient, le snat quitable Vous pressait de souscrire la mort d'un coupable ; Vous rsistiez, Seigneur, leur svrit : Votre cur s'accusait de trop de cruaut; Et, plaignant les malheurs attachs l'Empire, Je voudrais, disiez-vous, ne savoir pas crire.
387 - Saint-Cloud de toutes parts ; on trouve tout constern, except le cur de cette princesse ; partout on entend des cris ; partout on voit la douleur et le dsespoir, et l'image de la mort. Le roi, la reine. Monsieur, toute la cour, tout le peuple, tout est abattu, tout est dsespr ; et il me semble que je vois l'accomplissement de cette parole du prophte : Le roi pleurera, le prince sera dsol, et les mains tomberont au peuple de douleur et d'tonnement &.
377 - Et ne suffit-il pas, Seigneur, vos souhaits Que le bonheur public soit un de vos bienfaits? C'est vous choisir, vous tes encor matre. Vertueux jusqu'ici, vous pouvez toujours l'tre: Le chemin est trac, rien ne vous retient plus ; Vous n'avez qu' marcher de vertus en vertus.
379 - Voil donc quels vengeurs s'arment pour ta querelle, Des prtres, des enfants, Sagesse ternelle ! Mais, si tu les soutiens, qui peut les branler ? Du tombeau, quand tu veux, tu sais nous rappeler ; Tu frappes et guris, tu perds et ressuscites.
379 - Quel est dans le lieu saint ce pontife gorg ? Pleure, Jrusalem; pleure, cit perfide, Des prophtes divins malheureuse homicide ; De son amour pour toi ton Dieu s'est dpouill ; Ton encens ses yeux est un encens souill. O menez-vous ces enfants et ces femmes? Le Seigneur a dtruit la reine des cits : Ses prtres sont captifs , ses rois sont rejets.
386 - O nuit dsastreuse ! nuit effroyable o retentit tout coup, comme un clat de tonnerre, cette tonnante nouvelle : MADAME se meurt ! MADAME est morte ! Qui de nous ne se sentit frapp ce coup, comme si quelque tragique accident avait dsol sa famille?
366 - Comme on voit sur la branche, au mois de Mai, la ros En sa belle jeunesse, en sa premire fleur, Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur, Quand l'Aube de ses pleurs au point du jour l'arrose ; La grce dans sa feuille et l'amour se repose...
386 - En effet, nous ressemblons tous des eaux courantes. De quelque superbe distinction que se flattent les hommes, ils ont tous une mme origine ; et cette origine est petite. Leurs annes se poussent successivement comme des flots : ils ne cessent de s'couler ; tant qu'enfin aprs avoir fait un peu plus de bruit, et travers un peu plus de pays les uns que les autres, ils vont tous ensemble se confondre dans un abme o l'on ne...
258 - L'ardeur de se montrer, et non pas de mdire, Arma la Vrit du vers de la satire. Lucile le premier osa la faire voir, Aux vices des Romains prsenta le miroir, Vengea l'humble vertu de la richesse altire, Et l'honnte homme pied, du faquin en litire. Horace, cette...
390 - ... et il ne revient de ce grand fracas , que pour bredouiller des vanits et des sottises : il a si peu d'gard au temps , aux personnes , aux biensances , que chacun a son fait sans qu'il ait eu intention de le lui donner : il n'est pas encore assis, qu'il a, son insu , dsoblig toute l'assemble.