صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني
[ocr errors]

en scolastique. La scolastique ou polémique est que la température subit de légères variation celle qui emploie la dialectique, les arguments et Le thermomètre peut remplir des objets tres la forme usitée dans les écoles pour traiter les ma différents : 1° il peut servir à déterminer les ten tières de religion. La théologie positive est celle pératures auxquelles se manifestent les divers pbė qui consiste dans la simple connaissance ou expo nomènes dépendants de la chaleur ; 2° il peut servir sition des dogmes et des articles de soi, en tant à évaluer numériquement les températures, à les qu'ils sont contenus dans les écritures, ou expli- comparer entre elles comme on compare toutes les qués par les pères et les conciles, dégagés de tou grandeurs, et à déduire de ces rapports les lois getes disputes et controverses.

nérales de la cause elle-même qui produit les phéTHÉOSOPHIE. MÉTAPHYSIQUE. Science des

nomènes. On l’emploie généralement pour déterchoses divines. Dans son acception primitive, la

miner les variations de chaleur qui arrivent dans théosophie était l'état de certains illuminés qui l'atmosphère ou pour fixer la chaleur moyenne qui prétendaient se mettre en communication avec la

est propre à chaque climat , objets très-importauts, divinité et en recevoir des facultés surnaturelles.

soit pour l'histoire du globe, soit pour la météoroMais on a étendo le sens de ce mot, et sous cette

logie. La médecine emploie aussi cet instrument dénomination vague, on a souvent compris les di

pour déterminer le degré de chaleur auquel chaque vers genres de superstition dans lesquels l'homme

malade devra prendre les bains; car le bain a de admet l'existence de principes ou d'êtres surnalu

effets plus ou moins actifs et souvent très différents rels, dont il reçoit et peut diriger ou combattre

selon la température à laquelle on le prend. Eofe, l'influence. C'est à ce titre qu'on a rangé indiffé

Franklin, dont le nom se présente si naturellemesi remment, sous le nom de théosophie, les divers lorsqu'il s'agit d'applications utiles et ingénieuse, genres de mysticité; la croyance à l'intervention pensait que le ibermomètre devait ètre d'un emploi de la divinité, de mauvais génies ou du diable, précieux pour les marios, en leur faisant connaitre daus certains phénomènes qui semblent contrevenir

les courants dans lesquels ils se trouvent. aux lois de la nature, et qu'on regarde comme

C'est un Hollandais, nommé Drebbel, qui conça! miraculeux; la cabale, la magie, l'astrologie, l'al

la première idée du thermomètre; mais ce n'était chimie, etc.

alors qu'une ébauche imparfaite, comme la plupart

des découvertes au moment où le génie de l'homme THÉRAPEUTIQUE. Médecine. Partie de la

les tire du néant; bientôt Newlon et l'academie médecine dans laquelle on s'occupe du traitement de Florence lui firent subir quelques perfectionnedes maladies. Considérée dans la plus grande ac ments , et maintenant on ne se sert plus que des ception du mot, elle embrasse tous les moyens thermomètres construits d'après les principes de connus de guérison, et par conséquent toute la Deluc, qui ont rendu plus précis les instruments partie manuelle de la chirurgie.

de Réaumur et de Fareinbeit. THERMOMÈTRE. PHYSIQUE. Instrument des Le thermomètre est un tube de verre terminé tiné à mesurer la force expansive de la chaleur ou par une boule; il est fermé de toutes parts, et conles degrés du froid actuel.

tient un liquide qui ne se congèle que difficile Le calorique en pénétrant les corps, leur permet ment, tel que l'alcool ou le mercure. Lorsque la de revenir à leur première dimension lorsqu'il les boule est plongée dans un corps chaud , le mercure abandonne, sans avoir toutefois altéré leur consti se dilale et s'élève conséquemment dans le tube: tution. Ces alternatives de dilatation et de rétrac

mais si cette boule est plongée dans un corps froid, tion se répètent autant de fois que la cause qui y

le mercure se contracte, et alors il descend dans le donne lieu se renouvelle, et cette propriété fournit

tube. L'ascension du mercure dans ce tube indique un moyen fort simple de mesurer les divers degrés l'augmentation de température, et son abaisse de température.

ment, sa diminution; et c'est par la quantité dont C'est sur cette propriété qu'ont les corps de se il monte ou descend qu'on détermine la proportion dilater que sont fondés les thermomètres. On en de l'un ou l'autre effet. Pour faciliter l'observation, distingue trois sortes : les premiers sont construits le tube est divisé en un certain nombre de parties avec des corps solides, et sont destinés à mesurer égales appelées degrés. L'intervalle qui sépare le les hautes températures; les seconds, avec des li- degré de température où l'eau bout, c'est-à-dire se quides, et servent aux mesures des températures change en vapeur avec beaucoup de force , el celui basses et moyennes ; les troisièmes, avec de l'air, où elle passe à l'état de glace ou de liquidité à l'état et ne s'emploient que lorsqu'il s'agit de reconnaître solide, fournit une mesure constante, appuyée

[ocr errors]

sur deux bases fondamentales certaines, faciles à l'esprit-de-viu étendu d'eau. Hales, Delisle, Fabretrouver, et par conséquent très-propres à servir renheit, Mikely, etc., employaient le inercure. de points de comparaison : aussi les physiciens de Crucquius a employé aussi ce inétal, mais plus partous les pays furent-ils bientôt d'accord pour l'a- ticulièrement l'air; et il a constaté que 1070 parties doption de ces deux bases.

se dilataient jusqu'à 1510, depuis le point de la On appelle degré de chaleur ou température du glace fondante jusqu'à celui de l'eau bouillante, ce corps son degré d'échauffement. Les degrés au- qui donne le rapport de 1000 à 1411; les physidessus de zéro sont marqués du signe +, et ceux ciens modernes ont trouvé celui de 1000 à 1375, au-dessous le sont du signe ---; de sorte qu’on ce qui tient à ce que leurs expériences ont été faiexprime dix degrés de chaleur par celte formule les avec de l'air privé de toute humidité. + 10°, et dix de froid par cette autre — 10°. Thermomètre de Fahrenheit. Fahrenheit est le

En 1772, chaque nation avait son thermomètre, premier qui employa le mercure pour la construcayant chacun un point de départ différent et une tion du thermomètre. Celle innovation, qui fait le graduation qui lui était particulière. L'Italie avait principal mérite de ce nouvel instrument, u'est ceadopté celui de Florence; l'Angleterre, celui de la pendant point la seule chose qu'il offre de parSociété royale; la France, celui de Réaumur, etc.; liculier. Sous prétexte que la température de la et de plus, ces thermomètres avaient beaucoup va- glace foudante est beaucoup moins basse que celle rié dans leurs divisions ; aussi l'Italie avait-elle qui bien souvent se développe spontanément, penl'ancien et le nouveau thermomèlre de Florence; daut l'hiver, des régions même tempérées, Fahla France, l'ancien thermomètre de Paris et celui reinheit pensa que, pour fixer l'origine de la dide Réaumur, etc. C'était donc un travail immense vision, il serait avantageux d'employer le refroiet utile aux sciences que de présenter, dans un dissement artificiel, que l'on prodựit en mêlant tableau, les concordances de tous les thermomè- parties égales de sel ammoniac et de glace pilés. tres mis jusqu'à présent en usage, et c'est ce que Ce froid, que l'on croyait alors très-rigoureux, fit Martine, de la Société royale de Londres, dans paraissait une limite qu'on ne pouvait outre-passer, une dissertation qui fut traduite en français par et par conséquent le véritable zéro de l'échelle therM. de La Virotle. Le tableau de Martine présente mométrique. Cette idée non-seulement est fausse, le rapport de quinze Thermomètres, auxquels on mais encore , à raison de l'iofluence qu'exercent en ajouta deux autres dans la traduction, ce qui les conditions variables sous lesquelles on opère, porte le total à dix-sept.

l'abaissement de température que produisent les

mélanges frigorifiques n'est pas toujours le même: Rapports des dix-sept thermomètres connus en 1772. de là il résulte qu'on commettrait de graves erreurs Thermomètres.

si, pour fixer la limite de la graduation de FahrenDe Réaumur.

110,00 heit, on avait recours au moyen qu'il recommande. Du marquis de Polini..

46,25 60,50

Aussi emploie-t-on à cet usage la température de D'Amontons.

50,00 73.00 la glace fondante, susceptible de fournir une indiDe La Hire..

21,00 212,00

cation beaucoup plus certaine; seulement, au lieu De Florence ( ancien).

15,00 140,00 de placer le zéro de l'échelle à l'endroit où s'arrète De Florence ( nouveau)..

9,25 75,00 le liquide du thermomètre, on y met le nombre 32, De Paris. ....

25,00 258,00

et celui de 212 au point où se fixe le liquide dans De Fahrenheit..

32,00 212,00

l'eau bouillante; en sorte que la division de FahDe Delisle.

50,00

reinheit contient 180 degrés depuis la tempéraDe Mikely..

10,00 100,00

ture de la glace fondaute jusqu'à celle de l'eau De Christin.

100,00

bouillante : prevant ensuite au-dessous de la limite De Crucquius..

1070,00 1510,00

inférieure un espace égal à 32 degrés , on obtient De la Société royale de Londres. 50,00 42,00

le zéro de Fabreuheit , point équivalent à 14 De Hales...

125,00

degrés de Réaumur. De Powler...

30,00 290,00

Le thermomètre de Fahrenheit est généralement De Newton..

34,00

employé en Angleterre, en Allemagne, en HolD'Edimbourg..

7,33 42,50

lande et dans l'Amérique du Nord. Neuf de ces

degrés comprennent six degrés centigrades. Le liquide employé par Newlon était l'huile de Le thermomètre de Delisle, usité en Russie, lin. Réaumur et d'autres physiciens employaient de marque o° à l'eau bouillante, et 150" à la glace

Glace fond. Eau bouill.

0

0

0

0

0

foudante, sou échelle étant descendante à partir du extérieure, force le ressort à s'ouvrir ou å se ferpremier terme : 7° 1/2 de ce thermomètre corespou- mer; alors une aiguille, fixée à l'extrémité de er dept à 5° du thermomètre centigrade.

métal, marque les degrés de température sur une Les thermomètres à air sont composés d'un tube échelle semblable à la précédente. Ces thermom capillaire très-long, ouvert par une de ses extré tres sont dus à Bréguel, et sont très-sensibles; mas milés et terminé par une boule. On remplit la ils ont l'inconvénient d'être compliqués, et per boule et le tube d'air sec, on introduit une bulle conséquent sujets à se déranger. de mercure dans le tube, pour séparer l'air exté Les thermomètres différentiels consistent en es rieur de l'air intérieur, et on gradue comme à l'or tube capillaire dont les deux extrémités, recoer. dinaire. Pour que les indications soient compara bées verticalement, sont terminées par deux boules bles entre elles, l'instrument doit rester dans les de verre, formées à peu près d’égales dimensiva mêmes positions, afin que le poids de l'index de et pleines d'air; dans la partie horizontale du tube mercure agisse toujours de la même manière sur se trouve une colonne d'acide sulfurique color l'air extérieur; car la pression qu'il exerce est par le carmin. Ces instruments ne servent qua égale à son poids , décomposé suivant la direction indiquer les différences de température auxquelles de l'axe du lube.

les boules sont soumises, de sorte que l'instrumect Les belles découvertes de MM. Dulong et Petit ne étant placé dans un milieu, à une température conlaissent aucune incertitude sur l'espèce de sub- rante, l'indication de l'instrument reste constante stance que l'on doit choisir préférablement à toute Mais si on les place de manière qu'une des deur autre; elles démontrent que le thermomètre à air boules soit vis-à-vis d'un miroir sphérique, a ou à gaz conduit à des lois générales très-remar milieu duquel on place un fer chaud , et l'autre quables, et qu'il serait impossible d'arriver à ces soumise seulement à l'action de l'air, l'instrume! lois, ou même de les exprimer en mesurant les indiquera les plus légères différences entre la tertempératures avec des thermomètres d'une autre perature de l'air et celle du foyer. espèce.

Le thermomètre à marima et à minima est m Thermomètre à mercure. On peut employer en instrument composé d'une planche, sur laquelle se toute sûreté le thermomètre à mercure depuis trouvent fixés deux thermomètres à tiges horizon

— 36° jusqu'à 100°, parce que, dans ces limites, tales, placées en sens contraire. Le supérieur est à ils sont parfaitement d'accord avec le thermometre l'alcool blanc, el est destiné à indiquer le masià air; mais, lorsque les températures sont plus mum de température; il renferme pour cela uo haules que 100° ou plus basses que — 36o, il faut petit cylindre d'émail, d'un diamètre un peu plus faire un calcul pour ramener les indications du petit que celui du tube: cet index, amené par thermomètre à mercure au nombre que donnerait l'inclinaison de l'instrument en dedans du liquide, le thermomètre à air, auquel il faut toujours reve jusqu'à ce qu'il touche l'extrémité de la coloane nir comme lype fondamental.

liquide, reste dans sa position si ce liquide se diThermomètre à esprit-de-vin. Les thermomètres late, et, s'il éprouve un retrait, il l'entraine aree à esprit-de-viu , dont ou fait un grand usage dans lui; de sorte que l'extrémité de ce cylindre le plus les observations météorologiques , ont l'avantage éloigné de la boule indique le minimum de tempe de descendre à des températures plus basses que le rature auquel l'instrument est parvenu. Le therthermomètre à mercure, car il n'y a point de froid momètre inférieur est à mercure; il renferme un assez vif pour y geler l'alcool rectifié; et en outre, petit cylindre d'acier , d'un diamètre un peu plus ils ont l'avantage, dans un degré inférieur, de s'ac- petit que celui du tube. Comme l'acier n'est point corder assez bien avec le thermomètre à air. Ce mouillé par le mercure, la colonne, en se dilatant, pendant au-dessus de o, le thermomètre à esprit-de- le pousse devant elle , et l'abandonne lorsqu'elle vin est sensiblement en défaut; aussi, toutes les est parvenue à son plus grand allongement; l'extréfois que l'on donne des températures déterminées mité de cet index la plus voisine de la boule indipar ce thermomètre, il est nécessaire d'en pré que donc le maximum de température auquel cel venir.

instrument s'est élevé. On remet les deux index à On construit aussi des thermomètres en accolant leur place, en inclinant l'instrument de ganche à ensemble plusieurs métaux d'une dilatabilité diffé droite. rente; on en forme des spirales, de manière à ce Tous les instruments dont nous venons de parque le métal le plus dilatable se trouve en dehors. ler ne peuvent être employés que pour déterminer Le calorique, en dilatant plus ou moins la lame des températures peu élevées. Ceux qui sont en

Mercure.

Eau.

Huile d'olive.

80,0

80,0
73,8

74,6
69,4

69,5

80,0
71,6
62,9
55,2
47,7

61.9

54,2

38,5

80
75
70
65
60
55
50
45
40
35
30
26
20
15
10
5

53,9
48,8
43,6

45,3

35,1

23,0

33,6
28,7

25,6

44,0
39,2
34,2
29,3
24,3
19,3
14,4
9,5
4,7

13,5
9,4
6,1
3,4

26,1
20,5
15,9
11,2
7,3
4,1
1.6
0,2
0,4

16,5

[blocks in formation]

5
10

usage pour exprimer les hautes températures por-
tent le nom de pyromètres. (Voyez ce mot.)

Les observations comparatives faites par Hutchius
sur plusieurs thermomètres construits par les meil-
leurs artistes, décèlent de très-grandes différences
dans leur marche. Quelques observateurs ont trouvé

80,0

80,0
que même les points fixes changeaient leur posi-

74,7

71,0
tion avec le temps, et l'on attribua ces change-

67,8

62,0
64,4 64,3

53,5
ments au verre, qui ne reprenait point exactement

59,3 59,1 56,2

45,8
le volume qu'il avait avant d'avoir été contracté

60,7

40,6
49,2

34.4 32,0
par le froid. Fahrenheit avouait qu'il n'avait pu

40,2

28,4
construire deux thermomètres qui s'accordassent

38,6

30,3 18,0
dans lous les points de l'échelle. On ne doit donc
point accorder une confiance trop grande dans les

23,8 21,0

18,9
indications du thermomètre, et il faut surtout se

14,1 12,9
prémunir contre celle que chaque homme est

9,3

1,5

4,6
porté à donner précisément et uniquement à l'iu-

0,0 0,0

0,0 0,0
strument qu'il possède.

En général, la dilatation de l'air est uniforme de-
puis o jusqu'à 100°; depuis o jusqu'à — 36°, elle est
encore uniforue et la même qu'entre o et 100°. Pour construire un bon thermomètre, on se pro-
Depuis 100° jusqu'à 360°, qui est la température cure un tube capillaire, dont le diamètre soit par-
de l'ébullition du mercure, la dilatation de l'air tout sensiblement égal; on reconnait l'égalité de
devient décroissante, quand on la transporte au calibre du tube, lorsqu'eo y introduisant une bulle
thermomètre à mercure, c'est-à-dire que, pour de mercure elle conserve la même longueur, en le
chaque degré, l'air prend des accroissements de vo promenant dans toute son étendue. Ensuite, à l'aide
lume qui deviennent de plus en plus petits. Réci d'une lampe à émailleur, on souffle une boule à son
proquement , au-dessus de 100°, les dilatations du extrémité, ou bien on y soude un tube fermé, d'un
mercure sont croissantes par rapport aux dilatations plus grand diamètre. Il faut alors remplir la boule
de l'air. Ainsi le thermomètre à air et le thermonsètre et le tube de mercure distillé; pour cela on soude,
à mercure sont parfaitement d'accord depuis --- 36 à l'extrémité supérieure du tube, un petit enton-
jusqu'à + 100°; mais au-dessus de 100, le ther noir, dans lequel on met une certaine quantité de
momètre à mercure prend l'avance; il marque 200° mercure. Le tube étant capillaire , l'air qu'il ren-
quand le thermomètre à air ne marque que 197°,05: ferme s'oppose à cette introduction ; mais si on fait
ce qui fait une différence d'environ 3°; celle dif chauffer la boule, une partie de l'air se dégagera à
férence est plus que double, en passant de 200 à travers le mercure, et par le refroidissement une
300°; et enfiu elle est de 10° en passant de 100 à partie du métal descendra dans la boule pour oc-
360°, puisque le thermomètre à air ne marque cuper la place de l'air qui s'est dégagé : lorsque la
alors que 350.

boule est en partie pleine, il faut soumettre de
Le nombre qui exprime sur l'échelle de gradua-

nouveau la boule et le tube à l'action d'une forte
tion une température, dépend donc de la substance

chaleur , jusqu'à ce que lout l'air et la vapeur d'eau
dont se compose le thermomètre. Comme il est dé-

qui étaient renfermés dans l'appareil et dans le mer-
montré que toutes les substances, solides ou liqui-

cure, et qui adhéraient aux parois du verre, aient
des, se dilatent irrégulièrement par rapport au

été chassés par la vapeur mercurielle ; une ébulli-
thermomètre à air , et irrégulièrement entre elles,

tion de quelques minutes est presque loujours suf-
il en résulte que là où le thermomètre à air mar-

fisante. Après le refroidissement, la boule et une
querait, par exemple, 300°, chaque substance

partie du tube se trouvent remplis de mercure,
marquerait un nombre different. Le tableau suivant

sans interpositiou d'aucune hulle d'air ni de va-
renferme des comparaisons, qui ont été faites par

peur. On s'assure alors si la quantité de mercure
Deluc, sur des thermomètres construits avec des

que l'on a introduite n'est pas trop grande ou
liquides différeuts.

trop petite pour les limites de chaleur que l'instru-
ment doit indiquer. Après, ou ferme le tube à la

lampe, mais il faut avant en chasser tout l'air; on et 5 retranché de 25, reste 20, qui représentent les y parvient facilement en eftilant le tube, cbanffant degrés de Réaumur correspondants. Porez Le To jusqu'à ce que le mercure en occupe toute la lon BLEAU COMPARATIF DES DIFFÉRENTS THERMOMÈTRE. gueur, et le fermant brusquement à la flamme d'un

TIÉDEUR. PHILOSOPHIE, MORALE. Nonchalanee. chalumeau. On reconnait que le tube est entière

manque d'activité et de serveur dans les choses od ment purgé d'air, lorsqu'en le renversant, le mer

il est besoin d'en avoir. On ne doit pas faire de cas cure desceud rapidement de la boule au sommet,

des gens qui prennent avec tiédeur la défense de nos et produit un bruil particulier, que l'on peut com

droits ou de nos intérêts. parer à un petit coup de marteau. L'instrument ainsi disposé, il faut marquer sur le tube les points TIMBRE. ÉCONOMIE POLITIQUE. Signe officiel qui correspondent aux températures de la glace que le fisc appose en tête de certains papiers destifondante et de l'eau bouillante. La détermination nés aux actes, el sur certaines productions de l'esprit. de la première limite n'exige qu'une seule précau Pour donner aux donations, testaments, veules tion, celle de plonger l'instrument dans la glace ou d'immeubles, etc., une date certaine et une valeur la neige en fusion ; mais celle de l'eau bouillante authentique, on les transcrit , en France, depuis exige plusieurs précautions indispensables , qui le commencement du XVI° siècle, sur des registres sont : 1° d'employer de l'eau distillée; 2° de la met publics; opération qui se nommait autrefois insitre en ébullition dans un vase de métal de la hau nuation, et qui a pris successivement les noms de teur du thermomètre, dont la boule seule doit contrôle et d'enregistrement. plonger dans l'eau, mais dont toute la longueur du Pour éviter des falsifications d'actes, déjà, da tube sera échauffée uniformément par la vapeur; temps des Romains, les originaux de ces acles së 3° d'opérer sous une pression de om,76. Après ces crivaient sur du papier, en tête duquel on marquait le opérations, il ne reste plus qu'à diviser la longueur nom de l'intendant des finances et l'epoque de la fadu tube entre les deux limites de la glace fondante et brication du papier. Les juges n'avaient égard qu'aos de l'eau bouillante en un certain nombre de par pièces revêtues de ces signes. En 1723, on voit les ties égales. Le nombre des divisions comprises entre papiers et parchemins des notaires de Paris marques ces deux limites est de 100 pour le thermomètre de deux timbres : on avait déja déclaré, en 1655. centigrade, de 80 pour le thermometre de Réaumur, qu'une marque serait établie sur le papier et parde 180 pour celui de Fahrenheit, de 150 pour ce chemio, pour la validité des actes; mais l'édit resta lui de Delisle, de 33,86 pour celui de Newton, et long-temps sans exécution : le motif évident de de 102,8 pour celui de Brisson.

celle institution était d'augmenter les revenus de En France, la division dite de Réaumur est en l'état. Eo 1987, la taxe fut augmentée ; ou sail que core celle dont on se sert le plus habituellement ce fut le prétexte d'une longue querelle de la dans les usages de la société. Elle comprend 80 royauté avec les parlements, querelles qui précédegrés entre la glace fondante et l'eau bouillante; dèrent et accélérèrent la révolution française. La par conséquent 4/5 de degré de Réaumur corres loi du 18 février 1791 étendit la formalité du timpondent à i degré centigrade, el 5/4 de degré centi bre aux registres des négociants, aux lettres de grade correspondent à i degré de Réaumur; mais, chauge, billets à ordre, etc. On a vu depuis des au lieu de faire des multiplications pour convertir ministres exiger que toutes les pétitions qui leur les degrés d'une échelle dans l'autre, on y parvient seraient adressées fussent timbrées, mème celles plus simplement par une addition ou par une sous qui ne devaient pas être suivies de succes, même traction. En ajoutant aux degrés de Réaumur le celles qui ne devaient pas être lues : pauvres solquart du nombre qui les représente, on aura les

liciteurs ! degrés centigrades correspondants : si donc vous En l'ao VI, on timbra les lettres de voiture, les voulez savoir à combien correspondent 8 degrés de charles parties, les polices d'assurance, les cartes à Réaumur , vous prenez le quart de 8, qui est 2, et jouer ( pour ceci, on eut bien raison ), les jources deux nombres réunis vous donnent 10 pour

les feuilles périodiques, les affiches, et jusdegrés de l'échelle centigrade. Si, au contraire, qu'à l'innocent papier de musique. vous voulez couvertir les degrés centigrades en En 1816 et 1817, on changea, on augmenta les degrés de Réaumur, vous retranchez le cinquième tarifs ; il y avait là bonne fortune pour le fisc, et du nombre donné, et le reste représente les degrés gêne pour la presse; c'était une double beatitude. de Réaumur. Soit 25 degrés centigrades à convertir Sans doute, les trente millions que le timbre verse en degrés de Réaumur. Le cinquième de 25 est 5; dans le trésor public ne sont pas le plus onéreux

les

naux,

« السابقةمتابعة »