Oeuvres de M. Boileau Despraux...: Avec des eclaircissemens historiques donns par lui-mme, 2

 

 - 

.

-

157 - Je sais qu'un noble esprit peut , sans honte et sans crime , Tirer de son travail un tribut lgitime ; Mais je ne puis souffrir ces auteurs renomms Qui, dgots de gloire et d'argent affams, Mettent leur Apollon aux gages d'un libraire , Et font d'un art divin un mtier mercenaire.
23 - Ronsard, qui le suivit, par une autre mthode, Rglant tout, brouilla tout, fit un art sa mode, Et toutefois longtemps eut un heureux destin. Mais sa muse, en franais parlant grec et latin, Vit dans l'ge suivant, par un retour grotesque, Tomber de ses grands mots le faste pdantesque. Ce pote orgueilleux, trbuch de si haut, Rendit plus retenus Desportes et Bertaut.
354 - S'en va tomber sous la foudre , Qui dompta Lille , Courtrai , Gand la superbe Espagnole , Saint-Omer, Besanon , Dole , Ypres, Mastricht, et Cambrai. Mes prsages s'accomplissent : II commence chanceler ; Sous les coups qui retentissent Ses murs s'en vont s'crouler.
26 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir, Et rduisit la muse aux rgles du devoir. Par ce sage crivain la langue rpare N'offrit plus rien de rude l'oreille pure.
52 - L'ardeur de se montrer et non pas de mdire , Arma la Vrit du vers de la Satire. Lucile le premier osa la faire voir ; Aux vices des Romains prsenta le miroir; "Vengea l'humble vertu de la richesse altire , Et l'honnte homme pied du faquin en litire.
107 - N'imitez pas ce fou qui, dcrivant les mers, Et peignant, au milieu de leurs flots entr'ouverts, L'Hbreu sauv du joug de ses injustes matres, Met, pour le voir passer, les poissons aux fentres ; Peint le petit enfant qui va, saute, revient, Et joyeux sa mre offre un caillou qu'il tient.
42 - Tantt, comme une abeille ardente son ouvrage, Elle s'en va de fleurs dpouiller le rivage : Elle peint les festins, les danses et les ris...
103 - C'est d'un scrupule vain s'alarmer sottement Et vouloir aux lecteurs plaire sans agrment. Bientt ils dfendront de peindre la Prudence, De donner Thmis ni bandeau ni balance, De figurer aux yeux la Guerre au front d'airain, Ou le Temps qui s'enfuit une horloge la main ; Et partout des discours comme une idoltrie, Dans leur faux zle, iront chasser l'Allgorie.
65 - Si d'un beau mouvement l'agrable fureur Souvent ne nous remplit d'une douce terreur, Ou n'excite en notre me une piti...
137 - Vient d'un fils amoureux gourmander l'imprudence; De quel air cet amant coute ses leons, Et court chez sa matresse oublier ces chansons. Ce n'est pas un portrait, une image semblable, C'est un amant, un fils, un pre vritable.