Oeuvres de Boullanger, 6

 - 

.

-

14 - Junon, c'est--dire la gravit avec- l'amour conjugal, Mercure avec l'loquence, Jupiter et la sagesse politique. Du ct de l'Asie...
14 - Elle ne pouvait souffrir que l'Asie penst la subjuguer; et en subissant ce joug , elle et cru assujettir la vertu la volupt, l'esprit au corps , et le vritable courage une force insense qui consistait seulement dans la multitude.
32 - ... obligea tous les Grecs marcher sous ses tendards contre l'ennemi commun. Il fut tu dans ces conjonctures; mais Alexandre son fils succda son royaume et ses desseins.
11 - Grecs taient instruits se regarder et regarder leur famille comme partie d'un plus grand corps, qui tait le corps de l'État. Les pres nourrissaient...
13 - ... parvenir aux premiers honneurs. Ce que fit la philosophie pour conserver l'tat de la Grce n'est pas croyable. Plus ces peuples taient libres, plus il tait ncessaire d'y tablir par de bonnes raisons les rgles des murs, et celles de la socit.
12 - L'ide de libert qu'une telle conduite inspirait tait admirable; car la libert que se figuraient les Grecs tait une libert soumise la loi, c'est--dire la raison mme reconnue par tout le peuple. Ils ne voulaient pas que les hommes eussent du pouvoir parmi eux.
17 - Perse toit afflige par une excessive sujtion, Athnes, dit Platon, ressentit les maux d'une libert excessive. Ces deux grandes rpubliques, si contraires dans leurs murs et dans leur conduite...
133 - Perse, qui aprs les 25 clipses de Lune avoient eu les Dieux contraires lors qu'ils avoient combatu. Rien n'est si puissant, poursuivit Q.. Curce(a), que la superstition pour tenir en bride la populace. Quelque...
14 - Perse se trouva faible, et prouva plusieurs fois, son dommage, ce que peut la discipline contre la multitude et la confusion, et ce que peut la valeur conduite avec art contre une imptuosit aveugle. Il ne...
19 - ... absolue, qu' la fin, moiti par adresse et moiti par force, il se rendit le plus puissant de la Grce, et obligea tous les Grecs marcher sous ses tendards contre l'ennemi commun.