Mlanges littraires, politiques et philosophiques, 2

 

 - 

.

-

338 - Le prince, en tant que prince, n'est pas regard comme un homme particulier: c'est un personnage public ; tout l'Etat est en lui ; la volont de tout le peuple est renferme dans la sienne. Comme en Dieu est runie toute perfection et toute vertu, ainsi toute la puissance des particuliers est runie en la personne du prince.
323 - je n'y consentirai jamais ! Faites ce qui vous est command, mais vous ne me lierez pas; renoncez ce projet.
32 - ... se croyant dchargs de l'importune crainte d'une providence surveillante et d'un avenir menaant, lchent la bride leurs passions brutales, et tournent leur esprit sduire et corrompre les autres ; et s'ils sont ambitieux et d'un caractre un peu dur, ils seront capables, pour leur plaisir ou...
586 - Saint-Esprit ; leur apprenant garder tout ce que je vous ai command ; et voici que je suis avec vous tous les jours, jusqu' la consommation des sicles
322 - ... et il les rcitait alternativement avec moi. Les gendarmes, sans ouvrir la bouche , paraissaient extasis et confondus tout ensemble, de la pit tranquille d'un monarque qu'ils n'avaient jamais vu sans doute d'aussi prs. La marche dura prs de deux heures. Toutes les rues taient bordes de plusieurs rangs de citoyens, arms tantt de piques, tantt de fusils.
587 - Ut omnes unum sint, sicut tu Pater in me, et ego in te, ut et ipsi in uobis unum sint : ut credat muudus, quia tu me misisti.
183 - Les Franais ont le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions, en se conformant aux lois qui doivent rprimer les abus de cette libert.
325 - Mmoires particuliers, formant avec l'ouvrage de M. Hue et le .journal de Clry l'histoire complte de la captivit de la famille royale la tour du Temple. Paris 1817.
323 - Messieurs, leur dit-il d'un ton de matre, je vous recommande monsieur que voil ; ayez soin qu'aprs ma mort, il ne lui soit fait aucune insulte. Je vous charge d'y veiller.
339 - J'ai veng le droit des rois et de toutes les puissances souveraines; car elles sont galement attaques, s'il est vrai, comme on le prtend, que le peuple domine partout, et que l'tat populaire, qui est le pire de tous, soit le fond de tous les États.