uvres

 

 - 

.

-

221 - s'il y eut jamais dans un grand Empire un Gouvernement plus fage & plus modr qu'a t celui des Romains dans les Provinces. Le Peuple Romain n'avoir garde d'imaginer aucun refte de fouverainet dans les Peuples fournis ¡ puifqu'il les avoir, rduits par la force, & qu'une de fes maximes , pour tablir fon autorit
189 - ni de la nature, ne tient pas ternellement le Peuple opprim par un mauvais gouvernement, comme elle ne bat pas l'Univers d'une continuelle tempte. Les beaux jours pourront donc refaire ce que les mauvais auront gt,
145 - forces , qu'on n'y mdita rien de moins que de partager l'autorit, de s'emparer de la perfonne des Rois, & de faire la Loi aux Catholiques. On alluma la guerre dans toutes les Villes
220 - fenfibles, il ya les bornes du propre intrt, qu'on ne manque gure de voir, & qu'on ne mprife jamais quand on les voir. C'eft ce qui a fait tous les droits des
75 - ne rougit pas de me l'imputer, pendant que je m'tudie tablir prcifment tout le contraire. Mais ce n'eft pas l fon plus grand crime : l'excs de fon aveuglement , c'eft qu'en m'accufant fauflement d'une erreur fi oppofe l'amour de Dieu , il en
152 - Il pourfuit ; & pour montrer que le nombre de ces faux dvots, qui croyoient les armes dfendues aux Chrtiens , toit petit ; il ;, nous dit ceci pour toute preuve : Par les plaintes que les Pres nous font des maux des Chrtiens de leur
175 - en teindre la mmoire, profaner le Temple , y effacer le nom de Dieu, & y tablir l'Idole de Jupiter Olympien. Voil ce qu'on avoit entrepris, & ce qu'on excutoit contre les Juifs avec une violence qui n'avoit point de bornes.
7 - o fe tint le Concile de Nice, mais encore cinquante ans aprs, & jufqu'au premier Concile de Conftantinople qui fe tint en l'an 381. donc les premiers Chrtiens dans la plus grande ferveur de la Religion, &
103 - Eglife , o l'on peut trouver le falut que nous cherchons tous , ceux qui le cherchent vritablement, ne tarderont pas pouffer leurs rflexions plus loin. Ils reconnotront les avantages plus clatans que le Soleil, de
266 - de l'infrieur. Mais aprs tout, fi vous attendez parler de Dieu, que vous ayez trouv des paroles dignes de lui, vous n'en parlerez jamais. Parlez-en donc en attendant comme vous pourrez,