uvres compltes de Laplace: Exposition du systme du monde. 6. d., 1835. 1848

Gauthier-Villars, 1884
 

 - 

.

-

396 - Zodiaque, savoir (AL le Blier, le Taureau, les Gmeaux, le Cancer, le Lion, la Vierge, la Balance, le Scorpion, le Sagittaire, le Capricorne, le Verseau et les Poissons), l'homme a ces choses depuis la tte, c'est--dire depuis le Blier, jusqu'aux pieds, qui rpondent aux Poissons (2).
486 - Sduit par les illusions des sens et de l'amour-propre, l'homme s'est regard long-temps comme le centre du mouvement des astres, et son vain orgueil a t puni par les frayeurs qu'ils lui ont inspires. Enfin, plusieurs sicles de travaux ont fait tomber le voile, qui lui cachoit le systme du monde.
508 - Jupiter prsentent un phnomne plus extraordinaire encore que le prcdent, et qui consiste en ce que la longitude moyenne du premier, moins trois fois celle du second, plus deux fois celle du troisime, est constamment gale deux angles droits.
144 - Ainsi les moyens mouvements angulaires de ces trois satellites suivent peu prs une progression sous-double. S'ils la suivaient exactement, le moyen mouvement du premier satellite, plus deux fois celui du troisime, serait rigoureusement gal trois fois le moyen mouvement du second satellite.
253 - ... proportionnelles leurs distances cet astre. Alors, la lune sans cesse en opposition au soleil, et dcrit autour de lui , une ellipse semblable celle de la terre ; ces deux astres se seraient succd l'un l'autre sur l'horizon ; et comme cette distance , la lune n'et point t clipse, sa lumire aurait constamment remplac celle du soleil.
456 - Newton considra que si la pesanteur terrestre retient la lune dans son orbite , les plantes doivent tre retenues pareillement dans leurs orbes , par leur pesanteur vers le soleil , et il le dmontra par la loi des aires proportionnelles aux temps ; or il rsulte du rapport constant trouv par Kepler...
435 - la soixante-dixime anne de mon ge , constitu personnellement en justice, tant genoux, et ayant devant les yeux les saints Évangiles que je touche de mes propres mains; d'un cur et d'une foi sincres, j'abjure, je maudis et je dteste l'erreur, l'hrsie du
256 - ... la longitude moyenne du premier satellite, moins trois fois celle du second, plus deux fois celle du troisime. En mme temps , elle a donn naissance une ingalit priodique qui dpend de la petite quantit dont les moyens mouvemens s'cartaient primitivement du rapport que nous venons d'noncer.
410 - Trait des grandeurs et des distances du soleil et de la 'lune , dans lequel il expose la manire ingnieuse dont il essaya de dterminer le rapport de ces distances. Aristarque mesura l'angle compris entre les deux astres , au moment o il jugea l'exacte moiti du disque lunaire , claire. A cet instant , le rayon visuel men de l'il de l'observateur , au centre de la lune , est perpendiculaire la ligne qui joint les centres de la lune et du soleil ; ayant donc trouv l'angle ...
288 - ... prolonge comme on vient de le dire, qu'il faut rapporter les mesures des degrs et du pendule observes sur les continents. Or on prouve facilement que la pesanteur ne varie sensiblement du point du continent au point correspondant de la surface du fluide suppos, qu' raison de la distance de ces deux points, lorsque la pente jusqu' la mer est peu considrable. On ne doit donc, dans la rduction de la longueur du pendule au niveau de la mer, avoir gard alors qu' la hauteur au-dessus...