uvres choisies de Delille ...

Firmin Didot frres, 1850 - 530
 

 - 

.

-

202 - ... c'est une crature qui renonce son tre pour n'exister que par la volont d'un autre, qui sait mme la prvenir; qui, par la promptitude et la prcision de ses mouvements, l'exprime et l'excute; qui sent autant qu'on le dsire, et ne rend qu'autant qu'on veut; qui...
202 - ... il flchit sous la main de celui qui le guide, mais il semble consulter ses dsirs, et obissant toujours aux impressions qu'il en reoit...
211 - ... d'une ardeur nouvelle, le chien marque sa joie par les plus vifs transports, il annonce par ses mouvements et par ses cris l'impatience de combattre et le dsir de vaincre; marchant ensuite en silence, il cherche reconnatre le pays, dcouvrir, surprendre l'ennemi dans...
343 - ... ce modeste et pieux presbytre ? L vit l'homme de Dieu, dont le saint ministre Du peuple runi prsente au ciel les vux. Ouvre sur le hameau tous les trsors des cieux , Soulage le malheur, consacre l'hymne, Bnit et les moissons et les fruits de l'anne ; Enseigne la vertu , recoit l'homme au berceau , Le conduit dans la vie, et le suit au tombeau.
96 - Sollicitant alii remis freta caeca, ruuntque in ferrum, penetrant aulas et limina regum ; hic petit excidiis urbem miserosque penates, 505 ut gemma bibat et Sarrano dormiat ostro ; condit opes alius defossoque incubat auro...
417 - O fortun sjour ! champs aims des cieux ! Que, pour jamais foulant vos prs dlicieux , Ne puis-je ici fixer ma course vagabonde, Et , connu de vous seuls , oublier tout le monde...
202 - La plus noble conqute que l'homme ait jamais faite est celle de ce fier et fougueux animal , qui partage avec lui les fatigues de la guerre et la gloire des combats : aussi intrpide que son matre, le cheval voit le pril et l'affronte ; il se fait au bruit des armes, il l'aime, il le cherche et s'anime, de la mme ardeur : il partage aussi ses plaisirs ; la chasse , aux tournois, la course, il brille, il tincelle.
94 - D'agrables poisons ne brlent point ses veines; Tyr n'altra jamais la blancheur de ses laines; II n'a point tous ces arts qui trompent notre ennui; Mais que lui manque-t-il? la nature est lui. Des grottes("'), des tangs, une claire fontaine Dont l'onde, en murmurant, l'endort sous un vieux chne; Un troupeau qui mugit, des vallons, des forts; Ce sont l ses trsors, ce sont l ses palais. C'est dans les champs qu'on trouve une mle jeunesse; C'est l qu'on...
522 - Impossible encore ; il se laissa alors conduire l'endroit , o on l'attacha et o il s'est cri trs-haut : Peuple, je meurs innocent! Ensuite, se retournant vers nous, il nous dit : Messieurs, je suis innocent de tout ce dont on m'inculpe. Je souhaite que mon sang puisse cimenter le bonbeur des Franais. Voil, citoyen , ses dernires et vritables paroles.
18 - Un jour le laboureur, dans ces mmes sillons O dorment les dbris de tant de bataillons, Heurtant avec le soc leur antique dpouille, Trouvera, plein d'effroi, des dards rongs de rouille, Verra de vieux tombeaux sous ses pas s'crouler, Et des soldats romains les ossements rouler.