Revue de Paris, 12

Demengeot & Goodman, e.a., 1852
 

 - 

.

-

137 - ... aux branches pour achever de le dfaire ; la bonne ou mauvaise rputation dpend de la dernire priode de la vie ; le bien et le mal passent la postrit, et la malice des hommes fait plutt croire l'un que l'autre. Mais, aprs avoir ainsi conclu en un trait qui rappelle Shakspeare et qu'aurait envi Schiller, il prolonge sa pense, et il l'aurait gte si elle pouvait l'tre : On connut bientt aprs, ajoute-t-il, qu'un mort ne mord point, et que l'affection des hommes...
130 - Mais, outre qu'il ne m'toit pas honntement permis de dlibrer en cette occasion , o la volont d'une puissance suprieure me paroissoit absolue, j'avoue qu'il ya peu de jeunes gens qui puissent refuser l'clat d'une charge qui promet faveur et emploi tout ensemble. J'acceptai donc ce qui me fut...
41 - La parole n'est pas la pense, mais elle en est la manifestation ncessaire et simultane. Tant qu'un homme n'a pas pu dire : Je pense ! il n'a pas pens , il a rv ; il a eu des instincts, il n'a pas eu des ides ; il a t intelligence sans doute, mais intelligence captive et endormie...
114 - On publia en 1730 , sous le titre bizarre d'Histoire de la Mre et du Fils , c'est--dire de Marie de Mdicis et de Louis XIII, un fragment d'histoire commenant la mort de Henri IV, et qu'on attribua Mzeray, par la raison que le manuscrit s'tait trouv sa mort parmi ses papiers. Mais, comme il paraissait en plus d'un endroit du rcit- que le cardinal de Richelieu parlait en son nom et la premire personne , on imagina de supposer...
145 - ... n'a pas grande subsistance; que ce qui ne se maintient que par une autorit prcaire n'est pas de grande dure ; que ceux qui combattent contre une puissance lgitime sont demi dfaits par leur imagination; que les penses qui leur viennent, qu'ils ne sont pas seulement exposs au hasard de perdre la vit; par les armes, mais, qui plus est, par les voies de la justice s'ils sont pris, leur reprsentant des...
154 - ... les rend tout fait insupportables. Tels sont les conseils ou plutt les signalements d'exprience que donnait un homme qui ne passait point prcisment pour modeste, mais qui certainement tait encore moins prsomptueux. En lisant avec soin ces maximes d'État de...
144 - ... fait de nommer ceux qui n'toient pas de son ct que ceux qui l'assistoient ouvertement. Cependant tant de vux furent inutiles, et ce grand concours ne produisit pas l'effet que la prudence humaine et fait esprer. Dieu le permit ainsi , mon avis, pour faire voir que le repos des...
152 - Ainsi qu'un corps qui aurait des yeux en toutes ses parties, serait monstrueux; de mme un Etat le serait-il, si tous ses sujets taient savants; on y verrait aussi peu d'obissance que l'orgueil et la prsomption y seraient ordinaires.
18 - mon fils, toi et tous les hommes religieux, vous devez retenir votre me dans les liens du corps ; aucun de vous, sans le commandement de celui qui vous l'a donne, ne peut sortir de cette vie mortelle. En la fuyant, vous paratriez abandon ner le poste o Dieu vous a placs. Mais plutt, Scipion ! comme ton aeul qui nous coute, comme moi qui t'ai donn le jour, pense vivre avec jus...
122 - Prau, dans laquelle, lui parlant des troubles menaants l'intrieur (1612) et des prsages de guerre au dehors, il ajoute avec espoir : La sage conduite et l'affection et fidlit de plusieurs bons serviteurs nous garantiront des maux du dedans. Pour ceux du dehors, je les baptiserai d'un autre nom, s'ils nous font natre les occasions d'accrotre nos limites et de nous combler de gloire aux dpens des ennemis de la France. Ici, on entend le cri instinctif...