صور الصفحة
PDF

des larmes de componction. Mais, afin que mes larmes deviennent un bain salutaire, qui rende la vie et la santé à mon âme , allumez dans mon caur le feu de votre amour. Je désire vous aimer beaucoup, ô mon Dieu ! afin que vous me remettiez beaucoup de péchés.

EXAMEN DE CONSCIENCE.

Le pénitent s'examinera sur sa confession et

sa Communion précédentes. S'il a oublié, retenu ou déguisé quelque chose dans la confession; quoi, et par quel motif. S'il s'est confessé sans regret de ses péchés, et sans résolution de ne plus pécher. -S'il a communié sans le recueillement et la dévotion convenables.

S'il n'a pas sanctifié le jour de Communion.S'il ne s'est pas acquitté, ou s'il s'est mal acquitté de la pénitence qui lui avait été imposée.-S'il est retombé dans les mêmes péchés, parce qu'il n'a pas fait tous ses efforts pour les éviter. Sur le premier Commandement de Dieu.

LA FOI. S'il a nié ou refusé de croire tous les articles, ou quelque article de foi, qu'enseigne l'Eglise Catholique , Apostolique et Romaine , et quel est cet article. -S'il s'est exposé au danger de perdre la Foi, en écoutant les libertins , les infidèles ou les hérétiques, en disputant avec enx ou en lisant leurs livres sans nécessité, et sans avoir les connaissances nécessaires pour ne s'y point laisser surprendre, - S'il a douté volontairement de quelque vérité de la Foi.-S'il a ignoré qu'il n'y a qu'un Dieu en trois Personnes ; que la seconde Personne s'est faite homme ; que Jésus-Christ , Dieu et homme tout ensemble, a souffert la mort pour nos péchés; qu'il est ressuscité et monté au ; Ciel.-S'il a ignoré le Symbole, l'Oraison Dominicale, les Commandemens de Dieu et de l'Eglise, les devoirs de son état, ce qui regarde les Sacre mens qu'on a reçus ou qu'il est en äge de recevoir.

S'il a fait averen, ou contre les

L'ESPÉRANCE. Sı, désespérant de son salut, il a négligé de faire pénitence. – S'il a différé sa conversion, en présumant de la miséricorde de Dieu , ou de ses propres forces.-S'il a manqué de confiance ou de soumission à la conduite de la Providence de Dieu , principalement dans la maladie, dans la pauvreté ou dans les afflictions S'il a attendu de lui-même ou de sa propre industrie le bon succès de ses entreprises et de son travail, soit pour le spirituel, soit même pour le temporel. -S'il s'est attribué à lui-même les biens spirituels ou temporels qui lui sont arrivés, et s'il a négligé d'en remercier Dieu.

LA CHARITÉ. S'il a eu des sentimens de haine, de dégoût, de mépris contre Dieu , ou contre les choses de Dieu.

I a fait avec chagrin, avec tiédeur, av resse, ou avec négligence, ce qui est du service de Dieu.-S'il a préféré son plaisir , sa santé, ses biens, ses amis, ou quelque chose que ce soit, à l'amour de Dieu.

LA RELIGION. S'il a manqué d'adorer Dieu et de le prier tous les jours, principalement le matin et le soir.S'il a blasphêmé le saint Nom de Diell.-S'il a profané les choses saintes, les Sacremens, les Reliques, les images des Saints, etc.-S'il a profané les Eglises, en y causant, en y donnant des rendez-vous ou en y commettant quelque autre péché.- S'il a abusé des paroles de l'EcritureSainte, en s'en raillant, ou en les employant dans des chansons ou des entretiens tous profanes.S'il a eu recours au démon : s'il a usé de maléfices, sortilèges , etc.-S'il a consulté les devins, fait dire sa bonne aventure.-S'il a fait quelque veu légèrement, témérairement, ou sans intention de l'accomplir, -S'il n'a pas accompli, ou s'il a trop différé d'accomplir ce qu'il avait promis à Dieu,

Sur le second Commandement. S'il a juré, par quelque jurement que ce soit contre la vérité, ou pour assurer une chose fausse, ou dont il doutait; ou bien avec vérité, mais sans nécessité.-S'il a juré avec imprécation et malédiction sur soi-même, ou sur le prochain, souhaitant la damnation, la mort, etc.-Sil a promis avec serment de faire quelque mal ou quelque chose qu'il n'avait pas dessein de faire. - S'il a " manqué à ce qu'il avait promis avec serment.

Sur le troisième Commandement. S'il a travaillé ou fait travailler le dimanche à des œuvres défendues, -S'il a employé le Dimanche ou une partie considérable de ce saint jour, en promenades inutiles, jeux, danses, etc.

S'il l'a employé en débauches; s'il l'a profané par des actions criminelles et scandaleuses.--S'il a manqué d'assister auxOffices divins en sa Paroisse.

Sur le quatrième Commandement. Enfans, serviteurs, et autres inférieurs. S'il a désobéi ou obéi avec répugnance, à son père ou sa mère, à son maître, ou autre supé- -* rieur.-S'il les a haïs , s'il leur a souhaité la mort ou quelque mal. S'il a ose mettre la main sur eux.-S'il a résisté à leurs remontrances ou corrections, ou s'il n'en a pas tenu compte. S'il les a mis volontairement en colère.-S'il a manqué au respect qu'il leur doit.-S'il ne les a pas assistés dans leurs besoins.-S'il a négligé d'exécuter leurs dernières volontés. S'il leur a rendu service pour des choses contraires à la Loi de Dieu.

Pères et mères, et autres supérieurs. · S'il a haï queiqu'un de ses enfans.- S'il les a engagés d'entrer dans quelque état contre leur vocation.-S'il a négligé d'instruire ou de faire instruire ceux qui étaient sous sa conduite. S'il a manqué à les corriger, ou s'il l'a fait par violence. S'il les a maltraités sans sujet.- S'il n'a point pourvu à leur nourriture et à leur entretien,

S'il a commandé des choses contraires à la Loi de Dieu.-S'il ne leur a pas donné le temps de faire les devoirs de Chrétien.-S'il n'a point exigé d'eux plus d'ouvrage qu'ils n'en pouvaient faire ; et s'il n'a point altéré leur santé. -S'il n'en a pas eu soin dans leurs maladies et leurs besoins.

Mari et femme. S'ils ont manqué à la fidélité, à l'amour , à la différence, et aux autres devoirs qu'ils sont obligés de se rendre l'un à l'autre.-S'ils se sont séparés sans cause légitime.- S'ils ont eu de la jalousie sans fondement.-S'ils en sont venus aux reproches, au mépris, à la haine l'un contre l'autre.-S'ils n'ont point voulu se supporter et s'aider dans leurs infirmités et leurs besoins.-Si la femme a refusé d'obéir en choses justes, ou a voulu maitriser et commander.- Si le mari a manqué de complaisance et de condescendance dans les choses permises.

Sur le cinquième Commandement. S'il a ôté la vie à quelqu'un; s'il a voulu la lui öter, ou se l'ôter à soi-même.-S'il a blessé ou frappé. S'il a eu de la haine, de l'envie ou du mépris contre le prochain.-S'il s'est laissé emporter par la colère ; s'il l'a fait paraitre au dehors et comment.-S'il a dit des injures, fait des outrages; fait, procuré ou désiré au prochain quelque mal que ce soit.-S'il s'est vengé; s'il a cherché les moyens de se venger, ou s'il a pris plaisir à y penser.-S'il a refusé de pardonner, de se réconcilier , de voir les personnes qui lui avaient fait quelque tort, ou de leur rendre service. S'il s'en est plaint avec dépit ou avec haine.-S'il a refusé de demander pardon, ou de faire les premières démarches , lorsqu'il avait tort.--S'il a plaidé par animosité, et s'il a refusé les voies justes d'accommodement.--Si, en plaidant, il a gardé de la rencune contre sa partie ; s'il en a dit ou fait dire des choses désavantageuses et qui n'étaient pas nécessaires à sa cause. -S'il s'est réjoui du mal arrivé à son prochain.-S'il a excité ou entretenu des

divisions.--S'il a porté quelqu'un au péché par ses mauvais exemples, ses mauvais conseils, ou par quelqu'autre manière que ce soit.-S'il a mano qué de reprendre son prochain lorsqu'il y était obligé ; s'il l'a flatté dans ses passions.--S'il l'a repris avec aigreur ou sans prudence. Sur les sixième et neuvième Commandemens,

S'il a comniis quelque péché contre la pureté et la modestie, par pensées, désirs, regards, paroles, chansons, actions, etc.-S'il a été à la comédie, à l'opéra, au bal.—S'il s'est habillé d'une maniere immodeste.--S'il a fait ou regardé des peintures ou figures déshonnêtes.-S'il a lu ou fait lire de mauvais livres.--S'il a fait des excès dans le boire et le manger, et quel a été cet excés; s'il en a fait faire aux autres,-S'il a fréquenté les cabarets, et quels désordres s'y sont passés.

Comme on peut-étre coupable devant Dieu sur le péché dont il s'agit, en tant de manières différentes, nous ne pouvonsentrer ici dans le detail nécessaire pour tout dire : ainsi chacun aura soin de s'examiner -dessus scrupuleusement, et pourra demander des éclaircissemens à un Directeur verlueux , prudent et éclairé. Sur le septièmeetle neuvième Commandemens. c'il a pris le bien d'autrui par fraude ou par

violence. S'il a contribué ou participé au larcin.-S'il a recelé ou acheté ce qu'il savait avoir été pris.-S'il a refusé ou trop différé de restituer de bien d'autrui, de rendre le dépôt , de payer ses dettes, les gages on salaires des serviteurs et des ouvriers.-S'il n'a pas voulu travailler pour se mettre en état de les payer. – Si, ayant trouvé quelque chose , il se l'est appropriée", ou n'a pas fait les diligences pour savoir à qui elle appartenait.-S'il a emprunté, sachant qu'il ne pourrait pas rendre.--S'il a trompé en vendant on en achetant.--S'il a acheté de personnes de qui il ne devait pas acheter.-S'il prête à usure, tirant intérêt de son argent sans aliéner le fonds , on

« السابقةمتابعة »