La philosophie du dix-huitime sicle dvoile par elle-mme: Ouvrage adress aux pres de famille et aux instituteurs chrtiens, et suivi d'Observations sur les notes dont Voltaire et Condorcet ont accompagn les Penses de Pascal, 1

Le Normant, Mquignon fils an, 1816 - 441
 

 - 

.

-

181 - L'immortalit de l'me est une chose qui nous importe si fort, qui nous touche si profondment, qu'il faut avoir perdu tout sentiment pour tre dans l'indiffrence de savoir ce qui en est. Toutes nos actions et nos penses doivent prendre des routes si diffrentes , selon qu'il y aura des biens ternels esprer ou non , qu'il est impossible de faire une, dmarche avec sens et jugement , qu'en la rglant par la vue de ce point , qui doit tre notre dernier objet.
7 - ... de ce soin, je veux aller sans prvoyance et sans crainte tenter un si grand vnement, et me laisser mollement conduire la mort, dans l'incertitude de l'ternit de ma condition future.
361 - Les principes du christianisme, bien gravs dans le cur, seraient infiniment plus forts que ce faux honneur des monarchies , ces vertus humaines des rpubliques , et cette crainte servile des tats despotiques.
6 - Je ne sais qui m'a mis au monde, ni ce que c'est que le monde, ni que moi-mme; je suis dans une ignorance terrible de toutes choses ; je ne sais ce que c'est que...
58 - ... le fanatisme, quoique sanguinaire et cruel , est pourtant une passion grande et forte qui lve le cur de l'homme, qui lui fait mpriser la mort, qui lui donne un ressort prodigieux, et qu'il ne faut que mieux diriger pour en tirer les plus sublimes vertus...
171 - ... d'tre instruits ! Car pensent-ils avoir mieux vu les difficults cause qu'ils y succombent , et que les autres , qui les ont vues , les ont mprises? Ils n'ont rien vu , ils n'entendent rien; ils n'ont pas mme de quoi tablir le nant , auquel ils esprent aprs cette vie ; et ce misrable partage ne leur est pas assur.
398 - Nous connaissons qu'il ya un infini, et ignorons sa nature. Comme nous savons qu'il est faux que les nombres soient finis, donc il est vrai qu'il ya un infini en nombre, mais nous ne savons ce qu'il est. Il est faux qu'il soit pair, il est faux qu'il soit impair, car en ajoutant l'unit il ne change point de nature. Cependant c'est un nombre, et tout nombre est pair ou impair. Il est vrai que cela s'entend de tout nombre fini. Ainsi on peut bien connatre qu'il ya un Dieu sans savoir ce qu'il est.
315 - L'INSPIRÉ Satellite du dmon ! et pourquoi les prophties ne fontelles pas autorit pour vous ? LE RAISONNEUR Parce que, pour qu'elles la fissent, il faudrait trois choses dont le concours est impossible; savoir que j'eusse t tmoin de la prophtie, que je fusse tmoin de l'vnement, et qu'il me ft dmontr...
69 - Il est impossible de vivre en paix avec des gens qu'on croit damns ; les aimer serait har Dieu qui les punit; il faut absolument qu'on les ramne ou qu'on les tourmente.
333 - Si la religion que tu m'annonces est vraie, sa vrit peut tre mise en vidence et se dmontrer par des raisons invincibles. Trouve-les, ces raisons. Pourquoi me harceler par des prodiges, quand tu n'as besoin, pour me terrasser, que d'un syllogisme?