Souvenirs historiques des rsidences royales de France, 1

Firmin Didot Frres, 1837
 

 - 

.

-

94 - Allez dire votre Matre, que nous sommes ici par la volont du Peuple , et que nous n'en sortirons que par la puissance des baonnettes (1).
207 - Lf dauphin dnait avec elle , et eha_ que mnage de la famille avait tous les jours son dner public. Les huissiers laissaient entrer tous les gens proprement mis; ce spectacle faisait le bonheur des provinciaux. A l'heure des dners on ne rencontrait, dans les escaliers , que de braves gens, qui .aprs avoir vu la dauphine manger sa soupe , allaient voir les princes manger leur bouilli, et qui couraient ensuite perte d'haleine pour aller voir Mesdames manger leur dessert...
342 - Le Roi des cieux vous mande par moi que vous serez sacr et couronn en la ville de Reims, et vous serez lieutenant du Roi des cieux, qui est roi de France.
287 - L'autre moiti resta dans les plaines de Mars. Il dispersa partout ses membres et sa gloire. Tout abattu qu'il fut, il demeura vainqueur. Son sang fut en cent lieux le prix de sa victoire Et Mars ne lui laissa rien d'entier que le cur.
350 - SAR monseigneur le duc d'Orlans de se rendre dans la capitale pour y exercer les fonctions de lieutenant-gnral du royaume, et de lui exprimer le vu de conserver les couleurs nationales : elle a de plus senti la ncessit de s'occuper sans relche d'assurer la France, dans la prochaine session des Chambres, toutes les garanties indispensables pour la pleine et entire excution...
101 - Un bruit terrible et absolument semblable celui du tonnerre, se fit entendre dans la premire pice de l'appartement : c'tait la foule des courtisans qui dsertaient l'antichambre du souverain expir, pour venir saluer la nouvelle puissance de Louis XVI. A ce bruit trange, MarieAntoinette et son poux reconnurent qu'ils allaient rgner, et...
152 - ... table, dans le grand appartement, depuis un des salons du bout de la grande galerie jusque vers la tribune de la chapelle. D'abord, il y...
69 - Les arts voluptueux umltipliaient les ftes ! Amour, qu'est devenu cet asile enchant Qui vit de Montespan soupirer la fiert ? Qu'est devenu l'ombrage o, si belle et si tendre, A son amant, surpris et charm de l'entendre, La Vallire apprenait le secret de son cur, Et sans se croire aime avouait son vainqueur ? Tout prit, tout succombe : au bruit de ce ravage Voyez-vous point s'enfuir les htes du bocage?
8 - Fera bruire en leurs vers tout le sacr vallon, Je le clbrerai sous le nom d'Apollon '. Ce dieu, se reposant sous ces votes humides, Est assis au milieu d'un chur de nrides '. Toutes sont des Vnus, de qui l'air gracieux N'entre point dans son cur, et s'arrte ses yeux.
18 - Le roi et les princes y venaient rgulirement souper. Une robe de percale blanche , un fichu de gaze, un chapeau de paille taient la seule parure des princesses...