صور الصفحة
PDF

Reveries , ouvrage digne de César et 1609 , âgé de 69 ans. I, 679, 680. de Condé. Il refusa en 1733 le com- II, 438. mandement de l'armée polonaise, SCARRON (Paul), né à Paris en 1610, que le roi son frère , qui venoit de se livra à la poésie burlesque. Devesuccéder à Auguste , lui offrit ; et nu infirme, et ne pouvant plus maraimant mieux combattre contre ce cher , il ne perdit rien de sa gaieté, prince, que de quitter le service de il demanda à la reine la permission la France, il se signala sur le Rhin d'être son malade en titre d'office ; sous les ordres du duc de Berwick. cette princesse sourit , et Scarron Quand ce général le vit arriver : regardant ce souris comme un bre« Comte , lui dit-il, j'allois faire vet , prit le titre de : Scarron, par la » venir trois mille hommes, mais grdce de Dieu , malude indigne de 'n vous me valez seul ce renfort. Ses la Reine. Il obtint de Mazarin une services toujours heureux lui méri pension de 500 écus , que ses satires tèrent le bâton de maréchal de firent bientôt supprimer.Son mariage France en 1744 , et il cominanda en en 1651 avec mademoiselle d'Aubi chef un corps d'armée en Flandre. gné ( depuis, madame de Maintenon ) Cette campagne, le chef-d'euvre de augmenta ses plaisirs sans accroître l'art militaire , fit placer le nouveau sa fortune. Le peu d'économie qu'il maréchal à côté de Twenne. L'année observoil dans sa maison, le rédui1745 fut encore plus glorieuse. II, sit en peu de temps à quelques ren: alla prendre, quoique très-malade, tes viagères , et aux revenus de son le commandement de l'armée fran- marquisat de Quinet. C'est ainsi qu'il çaise dans les Pays-Bas. Quelqu'un appeloit le modique produit de ses le voyant dans cet état de foiblesse livres, du nom du libraire qui les avant son départ de Paris , lui de vendoit. Dans l'abondance, il dédioit manda comment il pouvoit se char ses livres à la levrette de sa saur ; et ger d'une si grande entreprise. « Il dans le besoin, à quelque Monsei* ne s'agit pas de vivre, répondit-il, gneur , qu'il louoit davantage et qu'il * mais de partir. » La victoire de estimoit moins. Il parle ainsi au roi , Fontenoy , due principalement à sa dans la dédicace de D. Japhet d'Arvigilance et à sa capacité, fut suivie ménie : « Je tâcherai de persuader à de la prise de Tournay , 'de Bruges, · Votre Majesté qu'elle ne se feroit d'Ostende, de Gand , d'Oudenarde, » pas grand tort si elle me faisoit d'Ath et de Bruxelles. Le roi lui " un peu de bien : je serois plus gai donna des lettres de naturalisation » que je ne suis. Si j'élois plus gai conçues dans les termes les plus » que je ne suis , je ferois des coméflatteurs ; et après la victoire de dies enjouées. Si je faisois des coRauroux, il lui fit présent de six – médies enjouées , Votre Majesté pièces de canon , et le créa maréchal " en seroit divertie : si elle en étoit général de loutes ses armées en 1747. : * divertie , son argent ne seroit pas L'année suivante fut marquée par "perdu. Tout cela conclut si nécess, des succès brillans , et sur-tou it par » sairement qu'il me semble que j'en la prise de Mastricht. La Hollande - serois persuadé si j'étois un grand épouvantée trembla pour ses Elats , roi comme je ne suis qu’un pauvre et demanda la paix après l'avoir re - malheureux. Il porta l'enjouement fusée. Elle fut conclue la même an- jusqu'au bord du tombeau. Surpris née, et on peut dire que l'Europe d'un hoquet violent , on craignit dut son repos à la valeur du maré qu'il n'expirât; cet accident diminua: chal de Saxe. La patrie le perdit en * Si j'en reviens , dit-il , je ferai une 1750 , à 54 ans. Il avoit été élevé et » belle satire contre le hoquet, » Ses il mourut dans la religion luthé. parens , ses domestiques fondoient sienne. « Il est bien fåcheux, » dit en larmes au chevet de son lit : une grande princesse en apprenant « Mes enfans , leur dit-il, je ne vous sa mort, « qu'on ne puisse pas dire » ferai jamais autant pleurer que je u un De profundis pour un homme vous ai fait rire. » Et un moment » qui a fait chanter tant de Te avant que d'expirer, il s'écria : « Je * Deum. » III, 142,

» n'aurois jamais cru qu'il fut si aisé SCALIGER ( Joseph-Juste ), né à Agen » de se moquer de la mort. » Il ren

en 1540 , littérateur aussi érudit que dit le dernier soupir en 1660. Tous vain et présomptueux. Il mourut en ses ouvrages ont été recueillis par Bruten de la Martiniere, en 1o vol. SCIPION ( Publius-Emiliaris ), appelé in-12. Excepté le Roman Comique, Africainle Jene, fils de Paul-Emile, et quelques morceaux da Virgile tra et adopté par Scipion fils du pre vesti , on trouve dans tout le reste mier Äfricain, détroisit Carthage,et trois bonnes plaisanteries pour vingt Numance; et après avoir été deux platitades. I, 204. II, 432.

fois consul, il mourut dans son lit , SCEVA, Roinain , centurion de l'armée assassiné par les Gracques , selon de Jules-César. III , 300.

les uns , et suivant d'autres, emSCÉVOLA , sénateur romain , du temps poisonné par leur mère Cornélie, et de Sylla. II , 129.

par sa propre femme. I, 99. II, 242, SCÉVOLA ( Quinlus ), sénateur romain,

III, 194. beau-père du consul Lucius-Licinus SCIPION-BASICA (Publius-Cornelius ). Crassus, II, 418.

célèbre sénateur romain , cousin du SCHACABAC , musulman. I, 494. premier Scipion l'Africain , fut cenSCHATELAAR (Jean), capitaine hol- seur avec Marcus-Papirius, et devint

landais en 1482 , célèbre par son consul avec Caïus-Lelius, l'an igu patriotisme. II , 312.

avant J. C. II, 241, 287. III, 194. SCHAH - CULI, musicien musulman, SCIPION , général des troupes républi.

sous le règne d'Amural IV, empe- caines , du temps de Pompée et de reur des Turcs. III, 238.

César. I, 342 , 351. III, 300. SCHAHROCH, un des fils de Tamerlan , SCUDERI ( Magdeleine de ), demoiIII , 119.

selle célèbre par son esprit et ses voSCHILEK (le comte de ), capitaine des Inmineuses productions, naquit en

Trabans de la garde de Léopold I, 1607, et fut auteur par nécessité.

empereur d'Allemagne. II , 134. Tout concourut à faire parler d'elle: SCHOMBERG ( Théodoric ), dit le co les agrémens de son imagination , Jonel Tische, chef des Reitres, sous

son extrème laideur, et sur-tout les Henri IV, et tué a la bataille d'Ivry. romans dont elle inonda le public. II, 194.

C'est elle qui rem porta le premier SCHOMBERG (Fréderic - Armand de), prix d'éloquence que l'académie fran

l'un des plus habiles généraux du çaise ait donné. Elle fut honorée du dix-septième siècle, mérita par sa titre de Sapho de son siècle, et mouvaleur le bâton de maréchal de rut en 1701, âgée de 94 ans. II, 395. France, quoiqu'il fut protestant. La SCYLURE , roi des Scythes , donna à religion qu'il professoit ayant été ses enfans une excellente leçon pour abolie en France , il passa en Angle- les porter à la concorde. II, 468. terre avec Henri-Guillaume , prince SCYTHES , Lacédémonien qu'Agesilasd'Orange, qui l'envoya commander le-Grand députa vers les habitans de en Irlande. Il y fut tué en 1690, dans | Larisse. II, 455. un combat livré à l'armée du roi Jac SÉBASTIEN (S.), martyrisé en 288, le

gues 11, qui avoit été détrôné. III,141. 20 Janvier. II, 494. SCÍPION ( Publius-Cornelius ), célèbre SÉBASTIEN ( Jean Truchet, dit le

général romain, étoit à peine âgé Père ), né à Lyon en 1657, entra de 18 ans lorsqu'il sauva la vie à dans l'ordre des Carmes, s'adonna son père à la bataille du Tesin ; et tout entier à la mécanique , s'y fit après celle de Cannes , il empêcha un grand nom, fut membre honola jeune noblesse romaine d'abandon raire de l'académie des sciences de ner Rome. A l'âge de 24 ans, il fut Paris , et mourut en 1729. Sa canenvoyé en Espagne, la soumit, prit deur, sa modestie, et son extreme Carthagène , vainquit Annibal , força douceur, firent dire de lui par un Carthage à demander la paix , et grand prince, qu'il éloil nussi simple mérita le glorieux surnom d'Africain. que ses machines. I, 269. III, 150. Il mourut l'an 180 avant J.C. I, 14, SECUND. ( Jean-Evrard ), poète latin, 166, 243, 247, 496. II, 6, 137, né à la Haye en 1511 , et mort a 241, 244, 248, 284, 415, 459. Utrecht en 1536 , à 25 ans. II, 183. III, 106, 158, 214, 220.

SEÏFEDDULAT , sultan de Syrie. III , SCIPION ( Lucins-Cornelius ), frère du 239, 453.

précédent, fut surnommé l'Asiatique, SÉJAN ( Ælius ), favori et ministre pour avoir vaincu Antiochus-le-Grand, de l'empereur Tibère , n'asa de son

foi de Syrie. Il fut fait consul l'an pouvoir que pour faire périr por • 189 avant J. G. I, 166. II, 241, ses artifices les premières personnes 248, 437.

de l'empire. Il porta l'audace jusqu'à

[ocr errors]

faire ridiculiser sur le théâtre les syrie, l'an 114 avant J. C. mourut
vices de son souverain même. Alors après 4 ans de règne. I, 271.
Tibère ouvrit les yeux ; Séjan fut ar SEPTIMIUS, courtisan d'Auguste et ami
rèté ; le sénat reçut l'ordre de lui d'Horace. I, 248.
faire son procès, et il fut étranglé SÉRAPHIN ( le père), prédicateur de
l'an 31 de J. C. I, 363.

Louis XIV, roi de France. I, 496.
SELEUCOS I, surnommé. Nicanor, c'est- SERAPION , jeune homme de la suite

à-dire , victorieux, l'un des capi d'Alexandre-le-Grand. II , 396.
taines d'Alexandrc -le - Grand , eut SÉRAPION ( Saint), solitaire célèbre.
en partage le royaume de Syrie, « II , 325.
quand ce conquérant eut cessé de SERTORIUS, fameux capitaine romain,
vivre. Il fit bâtir 34 villes, pour prit les armes pour renverser la ty-
immortaliser sa mémoire , et celle , rannie de Sylla, gouverna l’Espagne
des personnes qui lui étoient chères. avec sagesse , vainquit Metellus et
Un assassin lui ôta la vie l'an 281 Pompée , fit fléchir Mithridale, et fut
avant J. C. dans la trente - unième assassiné dans un festin par Perpenna,

année de son règne. I, 140, 148. l'un de ses officiers , Pan 73 avant
SEM, l'un des trois fils du patriarche J. C. I, 41, 299. III, 28, 97.

Noé, mourut âgé de 600 ans , vers SÉSOSTRIS, le plus célèbre des anciens

l'an 1846, avant J. C. II, 495. rois d'Egypte, commença à régner
SEMPRONIUS - LONGUS ( Tilus ), con vers l'an 1722 avant J. C. Il fit , dit-

sul romain , qui fut vaincu par le on , la conquête de l'Arabie, des In-
grand Annibul sur les bords de la des, de la Perse, de l'Asie mineure,
Trébie , l'an 218 avant J. C. I, de la Thrace et de la Colchide ,

laissant par-tout des colonnes char-
SENAC ( Jean ), premier médecin du gées d'inscriptions, pour être les mo.

roi Louis XV , s'illustra par ses ta- numens éternels de ses victoires. Il
lens et par plusieurs ouvrages utiles, mourut après un règne de 59 ans.
entre lesquels on distingue son Traité I, 69.
de la structure du caur , 2 vol. in-4°. SÉVÈRE ( Lucius Septimius ), se fit
Il mourut en 1770 , dans un âge fort déclarer empereur 'romain l'an 193,
avancé. III, 293.

sous prétexte de venger la mort de
SENEQUE ( Lucius - Annæus ) , célèbre Pertinax. Il triompha de tous ses

philosophe , fut précepteur du cruel compétiteurs, et mourut après dix-
Néron, qui, pour prix de ses servi- sept ans de règne. I, 393. II, 143.
ces , lui ordonna de mourir en se SEVERE ( Flavius-Valerius )

se SÉVERE ( Flavius-Valerius ) , fut dés
faisant ouvrir les veines, l'an 65 claré César après l'abdication de
de J. C. Il nous a laissé un grand Dioclélien, l'an 305 de J. C. I, 25.
nombre de traités de morale , dans SÉVÈRE , patriarche eutichien de la
lesquels on remarque beaucoup d'es ville d'Antioche, auquel l'empereur
prit et de génie ; mais l'envie de don- Juslin fit couper la langue en 518
ner le ton à son siècle l'a jeté dans pour le punir des blasphêmes qu'il
des nouveautés qui corrompirent le proféroit contre la divinité de J. C.
goût.

Il substitua à la simplicité
Il su

III. u

119.
noble des anciens, le fard et la pa- SÉVIGNÉ ( Marie de Rabulin , mar-
lure de la cour de Néron ; un style quise de), née en 1626 , fut mariée
sentencieux , semé de pointes et à l'âge de 18 ans au marquis do
d'antithèses, de peintures bril- Sévigné, en eut un fils et une fille ,
lantes, mais trop chargées ; des et mourut en 1696. Cette dame est
tours ingénieux, mais peu naturels. principalement connue par ses Let-
Enfin il ne se contenta pas de plaire, tres dont la meilleure édition est
il voulut éblouir, et il v réussit. La celle de 1775, 9 vol. in-12. Elles
meilleure édition de ses écrits est celle ont un caractère si original , qu'au-
d'Amsterdam, 1672, 3 vol. in-80.On cun ouvrage de cette espèce ne peut
attribue à cet auteur des tragédies leur être comparé. Ce sont des traits
Jatines , mais elles ne sont pas de lui. fins et délicats formés par une ima-
Gronovius en a donné une bonne édi gination vive, qui peint tout , qui
tion, Amsterdam , 1672 , et Leyde, anime tout. Madome de Sévigné fait
1702 , in-80. I, 105, 127, 371. II, passer dans nos cours les sentimens
149. III, 337, 551.

qu'elle éprouve. Avec une simplicité
SENNACHERIB, fils de Salmanazar , pleine d'art, et une négligence heu-

auquel il succéda sur le trône d'As- reușe, elle nous fait partager sa
joie et se tristesse. On souscrit à avoir passé par les premières charges ses louanges et à ses censures : on de la robe, 'fut envoyé en Italie par trouve ridicule ce qu'elle ridiculise Henri IV én 1599, pour faire casser avec tant de finesse. Son style rapide son mariage avec la reine Margueet plein de noblesse , présente des ritte, et en conclure un autre avec riens embellis par les grâces. I, 120. Marie de Médicis. Ce prince eut tant II , 282.

d'impatience de récompenser l'heuSEXTILIA, mère de l'empereur Vilela reux succès des négociations de lirts. I, 378.

Sillery' , que pour lui donner les SEXTILIUS , commandant d'Afrique sceaux en 1605, il les ôta au cé

pour les Romains, du temps de lèbre Pompone de Bellièvre. Après la Marius et de Sylla. II , 31.

mort de celui-ci , Sillery fut chan. SEXTUS-EDPIRICUS , philosophe pyr celier en 1607. Son crédit toujours

rhonien , sous l'empire de Marc fort grand sous Henri IV , diminua

Aurèle , qui suivoit ses leçons. I, 243. considérablement sous la régence STORCE ( Galéas - Marie ) , duc de de Marie de Médicis, et tomha Milan, succéda à son père François enfin tout-à-fait. La fortune se joua Sforce, en 1466. Ses débauches et long-temps de ce ministre : tantôt son extrême férocité le firent assas chassé de la cour, tantôt rappelé siner dans une église, le jour de avec honneur, toujours incertain de Saint-Étienne , en 1476, à l'âge de son sort , il remit, pour la dernière 32 ans. Ill, 30g.

fois, les sceaux en Janvier 1624. On SICHEM , fils d'Hémor, prince des Si lui fit dire , peu de temps après,

chimites , enlevà Dina , fille du de se retirer dans une terre. Cet patriarche Jacob , et Pobtint en ordre fut un coup de foudre ; il fai: suite en mariage, à condition que soit des lamentations, comme s'il tout son peuple se feroit circoncire. n'eût jamais essuyé de disgraces , et II, 68.

il mourut la même année, agé de SICKENGEN , général allemand , que 80 ans. I, 311. III, 291.

l'empereur Charles-Quint chargea de SILVAIN ( saint ), abbé d'un monas: l'attaque de Mézières en 1520. I, 45. tère de la montagne de Sinaï. III , SIGEBERT I, fils de Clotaire 1 , fut roi 293.

d'Austrasie en 561 , après la mort SIMÉON ( saint), surnommé Stylile , de son père, et régna près de 14 parce qu'il vécut long - temps sur ans. I, 412, 414.

une colonne , où il mena une vie SIGISMOND, fils de Charles IV , fut austère jusqu'à sa mort, arrivée

élu empereur en 1410 , s'appliqua à l'an 461, à 69 ans. I, 276. II, 4. rendre la paix à l'Eglise , it pour y SIMON MACHABÉE, Pun des cinq fils de réussir plusieurs voyages dans les Mathatias , succéda à Judas son fière, différentes cours de l'Europe , vint dans le gouvernement des Juifs, à bout de faire convoquer les con Pan 143 avant J. C. II, 151. ciles généraux de Constance et de SIMON, Juif, citoyen de Jérusalem , Bàle, soutint de longues guerres du temps d'Hérode-Agrippa. I, 490. contre les Hussites , et mourut en SINATUS, prince galate. I, 130. 1437 , après un règne de 27 ans. I, SINORIX, prince de Galatie. I, 130. 259, 459.

SIRMOND | Jacques ), né à Riom en SIGISMOND II , surnommé Augusle, 1559, entra chez les Jésuites, et

fils de Sigismond 1 , succéda à son fut pendant 16 ans secrétaire du père sur le trône de Pologne en général Aquaviva. Louis XIII le 1548, et mourut en 1572 , après un choisit pour confesseur , afin de règne de 24 ans. Ce prince fut le l'attacher pour toujours à sa perdernier roi de la maison de Jagellon. sonne et à la France. Quoique d'un I, 42.

caractère doux dans la société, il SILANUS, lieutenant du premier Sci étoit assez vif dans ses écrits polépion-l'Africain. III, 108.

miques. On prétend que lorsqu'il SILIUS, Romain que Messaline eut composoit ses ouyrages, il tenoit

P'impudence d'épouser publiquement toujours quelque chose en réserve sous les yeux mème de l'empereur pour la réplique. On a de lui grand Claude son mari. I, 370.

nombre d'écrits qui prouvent une SILLANUS , beau - père de l'enipereur vaste connoissance de l'antiquité eco Caligula. I, 364

• clésiastique ; le style en est pur et SILLEKY (Nicolas Brulars de ), après agréable", mais les opinions qu'il

soutient dans quelques-uns ne sont de ), né en 1604, et tué à la bataille pas toujours exactes, et en général, de la Marfée en 1641, poursuivant il faut le lire avec précaution. Il la victoire qu'il venoit de remporter

anourut en 1651, à ge ans. II, 187.. sur le maréchal de Châtillon. II , 432. SISENNA , citoyen romain contempo- SOLIMAN II, empereur des Turcs en

rain de l'orateur Hortensius. II, 437. 1520, fut un des plus grands conSIXTE II, Athénien, fut élu pape en q uérans de son siècle, et mourut au

257 , et souffrit le martyre à Rome siége de Sigeth, en 1566 , à 76 añs. deux ans après, durant la persécu- II , 289. II , 307, 316. tion de Valérien. III, 286.

SOLON, le second des sept sages de SLEIDAN (Jean), historien du seizième la Grèce, naquit vers l'an 639 avant

siècle, embrassa le parti des pro- - J. . Il abolit ou tempéra les lois testans , et s'y fit une grande répu sévères de Dracon, et en publia de tation. Il mourut en 1556 , laissant plus douces. Dans la suite, Pisis plusieurs histoires 'écrites on latin Prate s'étant emparé de l'autorité avec clarté, et même avec élégance, souveraine, ce philosophe citoyen mais dans lesquelles il fait paroître résista à ses caresses ; et pour ne trop de partialité pour ceux de sa plus voir sa patrie asservie, il se secte. Charles - Quint appeloit Paul retira dans l'ile de Chypre, où il Jove et Sleidan ses menteurs, parce mourut l'an 559 avant J. C. , à 'âge que le premier avoit dit trop de bien de 80 ans. I, 32, 242. II, 15, 25, de lui , et le second trop de mal. II , 359 , 408, 409, 441. III , 45 , 208, 440.

329. SMERDIS , fils de Cyrus-le-Grand , fut SOPHOCLE, célèbre poète tragique

tué par l'ordre de Cambyse son frère, grec , surnommé l'Abeille et la Syqui mourut lui-même quelque temps rène Allique, naquit à Athènes l'ań apres. Alors un mage prit le nom de 495 avant J. C. Il se distingua égaSmerdis , auquel it ressembloit beau lement par les productions de son coup, et se init sur le trône de Perse. esprit et par ses talens politiques. Les précautions qu'il prit pour cacher Elevé à la dignité d'archonte, il sa fourberie la découvrirent, et il commanda l'arnrée athénienne avec fut tué environ sept mois après son Périclès , et signala son courage en usurpation, l'an 522 avant J. G. diverses occasions. Il porta au plus II, 419.

haut point la gloire du théâtre SOCIN ( Barthelemi), célèbre juriscon d'Athènes, et partagea avec Euripide

sulte de Pise , sous Laurent de Médi les suffrages de ses concitoyens. cis. III, 144:

Ces deux poètes , rivaux l'un de SOCRATE , fils d'un sculpteur et d'une « l'autre, traitèrent souvent les mêa

sage-femme , naquit à Athènes, l'an mes sujets, comme pour essayer 469 avant J. C. Après avoir exercé leurs forces respectives ; mais leur la profession de son père, et fait jalousie se changea bientôt en une trois statues représentant les Grâ noble émulation. Leurs tragédies ces, dont le travail étoit de la plus étoient également admirables , quoigrande beauté, il quitta la sculpture que d'un goût bien différent. Sopour se livrer à la philosophie. Il phocle grand , élevé, sublime, étons'appliqua sur-tout à la science des noit l'esprit : Euripide , tendre et meurs, qu'il rédigea le premier en touchant, gagnoit les cours. Socorps de préceptes. Il enseigna l'uni. phocle avoit composé 120 tragédies, té d'un Dieu , et mérita le surnom dont il ne nous reste que sept, qui unique de plus sage des hommes, que sont des chefs-d'ouvre. Les meil la postérité lui donne avec son siècle. leures éditions sont celles de Rome , Quelques envieux l'accusèrent d'im- ; 1518 , in-4.0; de Bâle, 1558, in-8.0; diété à l'âge de 70 ans, et eurent de Cambridge, 1673, in-.8; d'Oxle crédit de le faire condamner à fort, 1705 et 1708 , 2 vot. in-8.o ; boire la ciguë, l'an 400 avant J. C. et de Glascou, 1745 , 2 vol. in-8.0 I, 18, 105, 117, 119, 168, 241, Sophocle remporta le prix aux jeux 451, 480. II, 28, 89, 106, 172, olympiques à go ans, et ce succès 225, 226, 299, 437. III, 25, 29, lui inspira , dit-on , une si grande 33, 113, 120, 165.

joie , qu'il en mourut , l'an 406 avant SOÉMIE , mère de l'empereur Hélioga J. C. I, 618 , 767. III, 338. bale. I, 395.

SOPHRONIE , épouse du préfet de Rome, SOISSONS Louis de Bourbon , comte sous le tyran Maxence. I, 469.

« السابقةمتابعة »