Revue contemporaine, 29; 53

Bureaux de la Revue Contemporaine, 1860
 

 - 

.

-

74 - AVEC le monde a commenc une guerre qui doit finir avec le monde, et pas avant; celle de l'homme contre la nature , de l'esprit contre la matire , de la libert contre la fatalit.
647 - La forme ici n'a pas moins d'inconvnient que le fond : les ministres apportent aux chambres leur projet de loi dans une ordonnance royale. Cette ordonnance commence par la formule : Louis , par la grce de Dieu , etc. Ainsi les ministres sont forcs de faire parler. le roi la premire personne : ils lui font dire qu'il a mdit dans sa sagesse leur projet de loi, qu'il l'envoie aux chambres dans sa puissance : puis surviennent des amendements qui sont admis par la couronne ; et la sagesse...
572 - ... apte tout, mais n'excellant que dans la guerre ; adorateur du hasard, de la force, du succs, de l'clat et du bruit, plus que de la vraie gloire ; plus capable d'hrosme que de vertu, de gnie que de bon sens, propre concevoir d'immenses desseins plutt qu' parachever de grandes entreprises ; la plus brillante et la plus dangereuse des nations de l'Europe, et la mieux faite pour y devenir tour tour un objet d'admiration, de haine, de piti, de terreur, mais jamais d'indiffrence?
575 - Rvolution franaise, les lois religieuses ayant t abolies en mme temps que les lois civiles taient renverses, l'esprit humain perdit entirement son assiette; il ne sut plus quoi se retenir ni o s'arrter, et l'on vit apparatre des rvolutionnaires d'une espce inconnue, qui portrent l'audace jusqu' la folie, qu'aucune nouveaut ne put surprendre, aucun scrupule ralentir, et qui n'hsitrent jamais devant l'excution d'aucun dessein.
213 - Elle met sur le mme pied les choses mancipi et les choses nee mancipi, ce qui est la dissolution de la proprit romaine. Par l cessent les diffrences entre la proprit civile et la proprit naturelle ; entre l'usucapion , cette patronne de l'Italie, et la prescription, cette patronne du genre humain '. Les ides de Constantin sur les pcules sont gnralises, et les droits des fils de famille sont augments * L.
578 - Il est vrai que dans les dmocraties le peuple parat faire ce qu'il veut; mais la libert politique ne consiste point faire ce que l'on veut. Dans un Etat, c'est--dire dans une socit o il ya des lois, la libert ne peut consister qu' pouvoir faire ce que l'on doit vouloir, et n'tre point contraint de faire ce que l'on ne doit pas vouloir.
335 - O mes chers livres, un jour viendra aussi o vous serez tals sur une table de vente, o d'autres vous achteront et vous possderont, possesseurs moins dignes de vous peut-tre que votre matre actuel! Ils sont bien moi pourtant...
335 - Ils sont bien moi pourtant, ces livres ; je les ai tous choisis un un, rassembls la sueur de mon front, et je les aime tant ! Il me semble que par un si long et si doux commerce ils sont devenus comme une portion de mon me ! Mais quoi? Rien n'est stable en ce monde, et c'est notre faute si nous n'avons pas appris de nos livres eux-mmes mettre audessus de tous les biens qui passent et que le temps va nous emporter...
311 - C'est l'honneur des journaux, et c'est aussi leur cueil, que tout aboutit eux, quand ils sont libres; qu'il faut tre prt sur tout, parler de tout, et que le pays ne ressent pas une motion qui ne vienne retentir dans le cur de celui qui s'est impos la lourde et prilleuse tche de servir d'organe au public. Vie laborieuse et dvorante...
373 - Sur l'autel du Jaloux j'gorgerai cent bufs ! Que suis-je sa lumire? Un ftu sur la braise. La rose au soleil est moins prompte scher ; Moins vite le bois mort flambe dans la fournaise. Je suis comme le daim, au guet sur le rocher, Qui geint de peur, palpite et dans l'herbe s'enfonce. Parce qu'il sent venir la flche de l'archer. Mais, par le Trs-Puissant que l'pouvante annonce. Je briserai le Veau de Bth-El I Je promets D'ensevelir Baal sous la pierre et la ronce!