Collection des mmoires relatifs l'histoire de France: depuis la fondation de la monarchie franaise jusqu'au 13e sicle, 3

Chez J.-L.-J. Brire, 1824

 - 

.

-

209 - Jean, car ce n'est pas la chair et le sang qui te l'ont rvl, mais c'est mon Pre qui est dans les cieux. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je btirai mon Église, et les portes de l'enfer ne prvaudront pas contre elle.
144 - Charles tait gros , robuste et d'une taille leve , mais bien proportionne , et qui n'excdait pas en hauteur sept fois la longueur de son pied. Il avait le sommet de la tte rond , les yeux grands et vifs , le nez un peu long , les cheveux beaux , la physionomie ouverte et gaie ; qu'il ft assis ou debout , toute sa personne commandait le respect et respirait la dignit...
262 - Vnitiens avaient apport tout rcemment, des contres au-del de la mer, toutes les richesses de l'Orient , taient vtus , comme dans les jours fris, d'habits surchargs de peaux d'oiseaux de Phnicie entoures de soie , de plumes naissantes du cou , du dos et de la queue des paons enrichies de pourpre de Tyr et de franges d'corce de cdre. Sur quelques-uns brillaient des toffes piques; sur quelques autres, des fourrures de loir. C'est dans cet quipage qu'ils parcoururent...
146 - ... borde d'une frange de soie; aux jambes, des bas serrs avec des bandelettes ; aux pieds, des brodequins. L'hiver, un justaucorps en peau de loutre ou de martre lui couvrait les paules et la poitrine. Par-dessus tout cela, il revtait...
130 - Dans sa marche , l'arme dfilait sur une ligne troite et longue , comme l'y obligeait la nature d'un terrain resserr. Les Gascons s'embusqurent sur la crte de la montagne, qui , par le nombre et l'paisseur de ses bois , favorisait leurs artifices ; de l , se prcipitant sur la queue des bagages, et sur l'arrire-garde destine protger ce qui la prcdait, ils les rejetrent dans le fond de la valle , turent,1 aprs un combat opinitre, tous les hommes jusqu'au dernier...
viii - ... et respecter les intentions de la Providence qui ne se trompe jamais et sait faire tourner le mal bien. Je ne ferai donc point subir mon secrtaire , pour cette dplorable action , un chtiment qui accrotrait le dshonneur de ma fille au lieu de l'effacer. Je crois qu'il est plus sage et qu'il convient mieux la . dignit de notre empire de pardonner leur jeunesse, de les unir en lgitime mariage, et de donner ainsi leur honteux faute une couleur d'honntet.
131 - ... fond de la valle, turent, aprs un combat opinitre, tous les hommes jusqu'au dernier, pillrent les bagages, et, protgs par les ombres de la nuit, qui dj s'paississaient, s'parpillrent en divers lieux avec une extrme clrit. Les...
xxii - ... martyrs sont dues. Aussi les paroles de ceux qui essaient de me consoler, et qui souvent ont russi auprs d'autres hommes , ne font-elles que rouvrir et envenimer cruellement la plaie de mon cur; car ils veulent que je supporte avec courage des douleurs qu'ils ne sentent point , et me demandent de me fliciter d'une preuve o ils sont incapables de me faire dcouvrir le moindre sujet de contentement...
259 - Mais l'empereur approchant un peu plus, l'clat des armes fit luire, pour les gens enferms dans la ville, un jour plus sombre que toute espce de nuit. Alors parut Charles lui-mme , cet homme de fer, la...
121 - A l'exception d'une pension alimentaire mal assure et que lui rglait le prfet du palais, selon son bon plaisir, il ne possdait en propre qu'une seule maison de campagne d'un fort modique revenu , et c'est l qu'il tenait sa cour compose d'un trs-petit nombre de domestiques. S'il fallait qu'il allt quelque part , il voyageait mont sur un chariot tran par des bufs qu'un bouvier conduisait la manire des paysans.