uvres complettes de J. J. Rousseau, citoyen de Genve: Mlanges

Chez Blin, Caille, Grgoire, Volland, 1793
 

 - 

.

-

186 - Je vous avoue que la majest des Écritures m'tonne ; la saintet de l'Évangile parle mon cur. Voyez les livres des philosophes avec toute leur pompe, qu'ils sont petits prs de celui-l ! Se peut-il qu'un livre la fois si sublime et si simple soit l'ouvrage des hommes? Se peut-il que Celui dont il fait l'histoire , ne soit qu'un homme lui-mme?
34 - Voyez les livres des philosophes avec toute leur pompe, qu'ils sont petits prs de celui-l ! Se peut-il qu'un livre la fois si sublime et si simple soit l'ouvrage des hommes? Se peut-il que Celui dont il fait l'histoire , ne soit qu'un homme lui-mme? Est-ce l le ton d'un enthousiaste ou d'un ambitieux sectaire? Quelle douceur! quelle puret dans ses murs ! quelle grce touchante dans ses instructions ! quelle lvation dans ses maximes ! quelle profonde sagesse dans ses discours !...
187 - Quand Platon peint son juste imaginaire couvert de tout l'opprobre du crime, et digne de tous les prix de la vertu, il peint trait pour trait Jsus-Christ : la ressemblance est si frappante que tous les Pres l'ont sentie, et qu'il n'est pas possible de s'y tromper.
189 - Au fond, c'est reculer la difficult sans la dtruire ; il serait plus inconcevable que plusieurs hommes d'accord eussent fabriqu ce livre, qu'il ne l'est qu'un seul en ait fourni le sujet. Jamais des auteurs juifs n'eussent trouv ni ce ton, ni cette morale ; et l'Evangile a des caractres de vrit si grands, si frappants, si parfaitement inimitables, que l'inventeur en serait plus tonnant que le hros.
16 - Posons pour maxime incontestable que les premiers mouvements de la nature sont toujours droits : il n'ya point de perversit originelle dans le cur humain; il ne s'y trouve pas un seul vice dont on ne puisse dire comment et par o il y est entr.
121 - Heureux d'tre n dans la religion la plus raisonnable et la plus sainte qui soit sur la terre...
191 - Avec tout cela, ce mme Évangile est plein de choses incroyables, de choses qui rpugnent la raison, et qu'il est impossible tout homme sens de concevoir ni d'admettre.
70 - L'homme n'est pas un tre simple; il est compos de deux substances. Si tout le monde ne convient pas de cela, nous en convenons vous et moi , et j'ai tch de le prouver aux autres. Cela prouv , l'amour de soi n'est plus une passion simple ; mais elle a deux principes , savoir , l'tre intelligent et l'tre sensitif , dont le bien-tre n'est pas le mme.
188 - La mort de Socrate, philosophant tranquillement avec ses amis, est la plus douce qu'on puisse dsirer; celle de Jsus expirant dans les tourments, injuri, raill, maudit de tout un peuple, est la plus horrible qu'on puisse craindre. Socrate prenant la coupe empoisonne bnit celui qui la lui prsente et qui pleure ; Jsus, au milieu d'un supplice affreux, prie pour ses bourreaux acharns. Oui, si la vie et la mort de Socrate sont d'un sage, la vie et la mort de Jsus sont d'un Dieu.
106 - Je crois donc que le monde est gouvern par une volont puissante et sage; je le vois, ou plutt je le sens, et cela m'importe savoir. Mais ce mme monde est-il ternel ou cr? Y at-il un principe unique des choses? y en at-il deux ou plusieurs? et quelle est leur nature? je n'en sais rien; et que m'importe?