صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني
[graphic]

359

DE MARIAGE. ges, qu'il ne doit rien faire là-dessus, sans consulter auant son évêque et avoir recours à lui pour recevoir ses avis ordres. . i enfants de famille majeurs ne sont pas astreints, sous la : rigueur que les mineurs, à obtenir le consentement de parents pour se marier. aut convenir néanmoins que les mariages sont souvent ?s, et que ceux qui les contractent, au mépris de l'autorité iel, transgressent un devoir de respect que la religion et ure leur inspirent pour leurs parents dans une action si imate. C'est pourquoi un curé doit toujours leur représenter ne peuvent en conscience se marier, lorsque leurs pères ères refusent avec raison et justice de leur donner leur ntement, quand même ils seroient majeurs de trente ans i, si ce sont des garçons, ou de vingt-cinq ans passés , si ce les filles ; et encore qu'ils eussent requis, selon les formalités rites, le consentement de leurs parents. La jurisprudence yaume permet aux pères et aux mères de déshériter leurs its qui se sont mariés sans requérir leur consentement, que majeurs de vingt-cinq ans, si ce sont des filles, et de e ans, si ce sont des garçons. C'est la disposition précise de claration de 1639. La peine d'exhérédation est confirmée 'édit du mois de mai 1697, et même étendue jusqu'aux es majeures de vingt-cinq ans, qui méprisent de requérir

et le conseil de leurs pères et mères sur leurs mariages. :s garçons, qui n'ont pas encore atteint l'âge de trente ans nplis, ne peuvent se mettre à couvert de cette peine en érant l'avis et le conseil de leurs pères et mères ; il faut enqu'ils l'aient obtenu : autrement leurs pères et mères sont roit de les déshériter. Telle est la disposition formelle de l'ée 1556 et de la déclaration de 1639. es filles et veuves majeures de vingt-cinq ans accomplis, s garçons âgés de trente ans aussi accomplis, ne sont pas zés sous la même peine d'attendre et obtenir pour se ma

le consentement de leurs pères et mères ; il leur est seuent ordonné , par les mêmes lois, de requérir par écrit leur et conseil sous peine d'être par eux exhérédés. 'édit de 1697 veut que les veuves et filles majeures même ringt-cinq ans, et les fils majeurs même de trente ans, qui,

Arges

INSTRUCTIONS SUR LE RITUEL.

IMPRIMERIE DE L. GAUTHIER.

SUR LE RITUEL,
PAR L.-A. JOLY DE CHOIN.

Évêque de TOULO. A 2 25

ÉVÊQUE DE TOULON.

TROISIÈME ÉDITION,
MISE EN CONCORDANCE AVEC LE DROIT CIVIL ACTUEL,

PAR M. GOUSSET,

DIRECTEUR ET PROFESSEUR DE THÉOLOGIE

AU SÉMINAIRE DE BESANÇON.

[merged small][graphic][merged small]

CHEZ GAUTHIER FRÈRES ET C.ie, LIBRAIRES,

RUE ET HOTEL SERPENTE, N.° 16.
MÊME MAISON DE COMMERCE, A BESANÇON.

M. DCCC. XXIX.

« السابقةمتابعة »