uvres, 13

Giguet et Michaud, 1811
 

 - 

.

-

241 - ... c'est une crature qui renonce son tre pour n'exister que par la volont d'un autre, qui sait mme la prvenir; qui, par la promptitude et la prcision de ses mouvements, l'exprime et l'excute; qui sent autant qu'on le dsire, et ne rend qu'autant qu'on veut; qui...
157 - Felix qui potuit rerum cognoscere causas, Atque metus omnes, et inexorabile fatum Subjecit pedibus, strepitumque Acherontis avari.
48 - Dryadesque puellae: munera vestra cano); tuque, o, cui prima frementem fudit equum magno tellus percussa tridenti, Neptune; et cultor nemorum, cui pinguia Ceae ter centum nivei tondent dumeta iuvenci; 1 5 ipse nemus linquens patrium saltusque Lycaei Pan, ovium custos, tua si tibi Maenala curae, adsis, o Tegeaee, favens...
56 - Et, cum exustus ager morientibus aestuat herbis, Ecce supercilio clivosi tramitis undam Elicit ? illa cadens raucum per levia murmur Saxa ciet, scatebrisque arentia temperat arva.
241 - ... il l'aime, il le cherche et s'anime de la mme ardeur ; il partage aussi ses plaisirs ; la chasse, aux tournois, la course, il brille, il tincelle ; mais docile...
183 - La tragdie, informe et grossire en naissant, N'tait qu'un simple chur, o chacun, en dansant Et du dieu des raisins entonnant les louanges, S'efforait d'attirer de fertiles vendanges. L, le vin et la joie veillant les esprits, Du plus habile chantre un bouc tait le prix. Thespis fut le premier qui, barbouill de lie...
27 - ... abandonn les termes qui peignent leurs oprations. De l la ncessit d'employer des circonlocutions timides, d'avoir recours la lenteur des priphrases ; enfin d'tre long, de peur d'tre bas ; de sorte que le destin de notre langue ressemble assez celui de ces gentilshommes ruins, qui se condamnent l'indigence de peur de droger.
128 - Media fert tristis sucos tardumque saporem felicis mali, quo non praesentius ullum, pocula si quando saevae infecere novercae, miscueruntque herbas et non innoxia verba, auxilium venit ac membris agit atra venena.
108 - D'un tonnerre loign le bruit s'est fait entendre ; Les flots en ont frmi , l'air en est branl , Et le long du vallon le feuillage a trembl. Les monts ont prolong le lugubre murmure , Dont le son lent et sourd attriste la nature.