Jrome Paturot la recherche de la meilleure des rpubliques, 1-2

M. Lvy frres, 1848

 - 

.

-

237 - DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN Le peuple Franais, convaincu que l'oubli et le mpris des droits naturels de l'homme, sont les seules causes des malheurs du monde, a rsolu d'exposer dans une dclaration solennelle, ces droits sacrs et inalinables, afin que tous les citoyens pouvant comparer sans cesse les actes du gouvernement avec le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais opprimer et avilir par la tyrannie, afin que le peuple ait toujours devant les yeux les bases...
237 - ... le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais opprimer et avilir par la tyrannie; afin que le peuple ait toujours devant les yeux les bases de sa libert et de son bonheur, le magistrat la rgle de ses devoirs, le lgislateur l'objet de sa mission. En consquence il proclame en prsence de l'Être suprme la dclaration suivante des droits de l'homme et du citoyen. Art. 1.
284 - Vous avez celui de faire faire un homme tout ce qui vous passe par la tte, et vous ne trouvez pas que ce soit dj joli? Vous avez celui de tenir en ordre votre maison, de raccommoder les chausses de vos maris , de surveiller et d'lever les enfants, de commander aux bonnes et de veiller ce que le dner soit cuit point ! N'est-ce pas l des droits suffisants ? Et qu'aurez-vous gagn lorsque vous serez venues ici exercer vos langues pendant trois heures conscutives? Vous aurez gagn...
209 - L'Atelier national. Etant donn le problme suivant : Raliser le moins de besogne possible avec le plus de bras possible, Et en supposant qu'il s'agisse de trouver l'institution, ne ou natre, qui remplirait le plus compltement ce but, L'inconnue dgager serait ncessairement : L'ATELIER NATIONAL. Jamais peut-tre un fait de ce genre ne s'tait prsent, et surtout avec de telles proportions. Avant nous, on ne s tait point avis de confondre Taumne avec le travail,...
210 - Vis--vis de quelques misres individuelles, cette faon de cacher la main qui donne peut laisser quelque illusion celui qui reoit; mais des secours que le Trsor public accorde une arme entire, cent mille hommes enrgiments, ne sont pas de nature laisser planer le moindre doute sur l'opinion que l'on doit s'en former. Ce n'est autre chose que le pauprisme anglais ...
3 - ... sera bien reue. C'est d'ailleurs un devoir pour les crivains de ne pas demeurer l'cart d'un tablissement qui se fonde. Signal temps, un abus disparat ; il rsiste quand il a pris racine. Et puis l'heure est venue, o, suivant la belle expression de l'auteur des Tusculanes, tout citoyen doit porter crit sur son front ce qu'il pense de la chose publique.
1 - Je n'aurais pas song continuer un livre que le public a accueilli avec faveur si les vnements n'eussent modifi ma rsolution. Personne ne sait mieux que moi qu'il est sage de s'arrter dans une veine heureuse et de ne pas la compromettre en l'puisant...
14 - Bargello qui lui faifoit (ign tout moment de me laifler achever. Mais la patience lui chappa dans cet endroit. Voil , s'cria-t-il , le plus impudent menteur qu'il y ait jamais eu fur la terre.
46 - Pour cette croisade, tout s'est arm, les philosophes et les romanciers, les docteurs et les potes. Ils ont prsent au peuple la civilisation comme un flau et la socit comme une proie. Le rgime actuel, disaient-ils, est un rseau d'iniquits dont il faut briser les mailles. Dieu n'a pas entendu crer des situations ingales , des droits ingaux entre les enfants des hommes. Il est odieux de penser qu'ils sortent de ses mains, les uns pour jouir, les autres pour souffrir, et que,...
272 - L'ge et peut-tre le malheur lui avaient enlev les caractres extrieurs de son sexe. Il est vrai qu'elle faisait siger ses cts une vice-prsidente, voue un embonpoint monstrueux. Ce contraste ne rparait rien. L'il ne fait point de moyennes ; il ne transporte pas les excdants du ct des manquants afin de rtablir cette loi d'quilibre qui gouverne les mondes. Il voit ici du trop peu, l du trop, et condamne sans retour ces dplorables excs. Ces dispositions dominaient...