Histoire de la rvolution franaise, 1

Langlois et Leclercq, 1847 - 12
 

 - 

.

-

290 - Les deux rives du Meschaceb prsentent le tableau le plus extraordinaire. Sur le bord occidental, des savanes se droulent perte de vue; leurs flots de verdure, en s'loignant, semblent monter dans l'azur du ciel o ils s'vanouissent. On voit dans ces prairies sans bornes errer l'aventure des troupeaux de trois ou quatre mille buffles sauvages.
545 - Vers l'an 1750, la nation franaise, rassasie de vers, de tragdies, de comdies, d'opras, de romans, d'histoires romanesques, de rflexions morales plus romanesques encore et de disputes thologiques sur la grce et sur les convulsions, se mit enfin raisonner sur les bls.
460 - ... la puissance souveraine n'a nul besoin de garant envers les sujets, parce qu'il est impossible que le corps veuille nuire tous ses membres ; et nous verrons ci-aprs qu'il ne peut nuire aucun en particulier.
527 - Le simple ouvrier qui n'a que ses bras et son industrie n'a rien qu'autant qu'il parvient vendre d'autres sa peine. Il la vend plus ou moins cher ; mais ce prix plus ou moins haut ne dpend pas de lui seul : il rsulte de l'accord qu'il fait avec celui qui paie son travail. Celui-ci le paie le moins...
347 - Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire : Ceci est moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la socit civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misres et d'horreurs n'et point pargns au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le foss, et cri ses semblables : Gardez-vous d'couter cet imposteur; vous tes perdus si vous oubliez que les fruits sont tous, et que la terre n'est personne...
374 - Ce chien est moi, disaient ces pauvres enfants; c'est l ma place au soleil : voil le commencement et l'image de l'usurpation de toute la terre.
460 - Trouver une forme d'association qui dfende et protge de toute la force commune la personne et les biens de chaque associ, et par laquelle chacun, s'unissant tous, n'obisse pourtant qu' lui-mme, et reste aussi libre qu'auparavant!
561 - On dirait qu'un petit nombre d'hommes, aprs s'tre partag la terre, ont fait des lois d'union et de garantie contre la multitude, comme ils auraient mis des abris dans les bois pour se dfendre des btes sauvages. Cependant, on ose le dire, aprs avoir tabli les lois de proprit, de justice et de libert, on n'a presque rien fait encore pour la classe la plus nombreuse des citoyens. Que nous importent vos lois de proprit?
126 - De soutenir le bon droit des plus faibles, comme des veuves, des orphelins et des demoiselles en bonne querelle, en s'exposant pour eux selon que la ncessit le requerrait, pourvu que ce ne ft contre leur honneur propre, ou contre leur roi ou prince naturel ; 4...
456 - États modrs; elle n'y eSt que lorsqu'on n'abuse pas du pouvoir; mais c'eSt une exprience ternelle que tout homme qui a du pouvoir eSt port en abuser; il va jusqu' ce qu'il trouve des limites. Qui le diroit ! la vertu mme a besoin de limites. Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrte le pouvoir.