Éloge de Montaigne

 

 - 

.

312 - Tout est bien , sortant des mains de l'Auteur des choses, tout dgnre entre les mains de l'homme.
321 - Les abeilles pillotent de del les fleurs ; mais elles en font aprs le miel, qui est tout leur; ce n'est plus thym, ni marjolaine...
239 - ... que tout ne l'est pas , parce qu'il ne veut rien assurer. C'est dans ce doute qui doute de soi et dans cette ignorance qui s'ignore...
69 - Ce que la crainte m'a faict une fois vouloir, je suis tenu de le vouloir encore sans crainte...
160 - Ny elles, ny mes allgations ne servent pas tousjours simplement d'exemple, d'authorit ou d'ornement. Je ne les regarde pas seulement par l'usage que j'en tire. Elles portent souvent, hors de mon propos, la semence d'une matire plus riche et plus hardie, et sonnent gauche un ton plus dlicat, et pour moy qui n'en veux exprimer d'avantage, et pour ceux qui rencontreront mon air.
325 - ... qui regarde encore, en rendant l'me, son ennemi d'une vue ferme et ddaigneuse; est battu, non pas de nous, mais de la fortune; est tu, sans tre vaincu?
164 - ... petit nombre de maladies aigus, o l'agitation cause par des mouvements convulsifs semble indiquer les souffrances du malade, dans toutes les autres on meurt tranquillement, doucement et sans douleurs : et mme ces terribles agonies effraient plus les spectateurs qu'elles ne tourmentent le malade ; car combien n'en at-on pas vu qui, aprs avoir t cette dernire extrmit...
42 - Je suis de l'avis de Montaigne, mon pre nourricier : il me semble que nous ne pouvons jamais tre assez mpriss selon notre mrite.
148 - Il va trouble et chancelant, d'une yvresse naturelle. Je le prens en ce point, comme il est, en l'instant que je m'amuse luy.
218 - C'est une nation, diroy je Platon, en laquelle il n'ya aucune espce de trafique; nulle cognoissance de lettres; nulle science de nombres; nul nom de magistrat...