Nouveau dictionnaire historique: ou Histoire abrege de tous les hommes qui se sont fait un nom par le gnie, les talens, les vertus, les erreurs, &c. depuis le commencement du monde jusq' nos jours; dans laquelle on expose avec impartialit ce que les ecrivains les plus judicieux ont pens sur le caractre, les moeurs et les ouvrages des hommes clbres dans tous les genres; avec des tables chronologiques, pour rduire en corps d'histoire les articles rpandus dans ce dictionnaire, 8

Chez Bruyset ain et comp. e, 1804
 

 - 

.

-

340 - II n'tait ni trop gras ni trop maigre; il avait la taille plus grande que petite, le port noble, la jambe belle; il marchait gravement, avait l'air trs-srieux, le nez gros, la bouche grande, les lvres paisses, le teint brun, les sourcils noirs et forts, et les divers mouvements qu'il leur donnait lui rendaient la physionomie extrmement comique.
115 - Clermont, prcha son fameux sermon du petit nombre des lus. Il y eut un endroit o un transport de saisissement s'empara de tout l'auditoire; presque tout le monde se leva moiti par un mouvement involontaire; le murmure d'acclamation et de surprise fut si fort qu'il troubla l'orateur, et ce trouble ne servit qu' augmenter le pathtique de ce morceau...
109 - Le gouverneur mettait lui-mme les plats sur la table, et ensuite se retirait aprs l'avoir enferm. Un jour le prisonnier crivit avec un couteau sur une assiette d'argent, et jeta l'assiette par la fentre vers un bateau qui tait au rivage presque au pied de la tour. Un pcheur, qui ce bateau appartenait, ramassa l'assiette, et la rapporta au gouverneur. Celui-ci tonn demanda au pcheur : Avez-vous lu ce qui est crit sur cette assiette, et quelqu'un l'at-il vue entre vos mains...
28 - N'a cy de moi que la moiti ; Une part te reste, elle est tienne ; Je la fie ton amiti, Pour que de l'autre il te souvienne.
374 - ... il les juge, il les combat, il converse avec eux, avec son lecteur, avec luimme; toujours original dans la manire dont il prsente les objets, toujours plein d'imagination, toujours peintre, et. ce que j'aime, toujours sachant douter. Je voudrais bien savoir d'ailleurs s'il a pris chez les anciens tout ce qu'il dit sur nos modes, sur nos usages, sur le nouveau monde, dcouvert presque de son temps, sur les guerres civiles, dont il tait le tmoin, sur le fanatisme des deux sectes qui...
118 - Massillon l'harmonie la plus sduisante et la plus douce, en emprunte encore des grces nouvelles ; et, ce qui met le comble au charme que fait prouver ce style enchanteur, on sent que tant de beauts ont coul de source, et n'ont rien cot celui qui les a produites. Il lui chappe mme quelquefois, soit dans les expressions, soit dans les tours, soit dans la mlodie si touchante de son style, des ngligences qu'on peut appeler heureuses, parce qu'elles achvent de faire disparatre...
466 - dplaisir de l'injure que vous avez reue, la quelle je participe comme roi et comme votre ami. Pour le premier, je vous en ferai justice et moi aussi; si je ne portois que le second titre, vous n'en avez nul de qui l'pe ft plus prte dgainer, ni qui y portt sa vie plus gaiement que
169 - Las d'esprer et de me plaindre Des muses, des grands, et du sort, C'est ici que j'attends la mort, Sans la dsirer ni la craindre.
335 - Monsieur, lui dis-je, nous approuvions, vous et moi, toutes les sottises qui viennent d'tre critiques si finement et avec tant de bon sens ; mais pour me servir de ce que saint Remi dit Clovis, il nous faudra brler ce que nous avons ador et adorer ce que nous avons brl.
118 - ... runie dans Massillon l'harmonie la plus sduisante et la plus douce, en emprunte encore des grces nouvelles; et, ce qui met le comble au charme que fait prouver ce style enchanteur, on sent que tant de beauts ont coul de source, et n'ont rien cot celui qui les a produites.