صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

LITTERAIRE.

Floriferis ut apes in faltibus omnia libant;
Omnia nos itidem depafcimur aurea di&ta ,
Aurea , perpetua femper dignissima vird,

LUC R.

Lib. 3.

TO ME QUINZIE M E.

A G E N E V E

E T A COPPENHAGUE, Chez CL. & ANT. PHILIBÉRT, Fréres.

M. DCC. L VIII.
AVEC PE Å MISSION

[ocr errors]

haghing

40904

C H 0 1 X LITTERAIR E.

ARTICLE PREMIER.

PORTRAIT D'UN ORIGINA L. *

TANT allé faire une visite , il y a quelques jours, à un de mes anciens amis, je le trouvai à une ta

ble de jeu avec le Vicaire de la paroisse. Il me reçut avec empressement , & me presenta au Docteur comme un de ses bons amis. Ce Docteur , qui me parut un homme de cinquante ans, d'une constitution

A 2

vigou

* Traduit de l'Anglois.

vigoureuse & d'une santé Aorissante , me rez
garda du haut en bas, & après une légére
inclination de tête, refta fur fa chaife fans dire
un seul mot. Je fus d'abord un peu surpris
de l'air sourcilleux de Monsieur le Docteur

;
mon ami s'en aperçut , & prenant la parole,
Vous êtes , me dit-il, trop vieux pour mé-
riter l'attention du Docteur ; il n'en a que
pour les personnes jeunes & vigoureufes ; mais,
ajouta-t-il, bien-tôt vous le connoitrez mieux,
& je suis persuadé qu'il vous paroitra digne
d'occuper une place dans le Monde * ; car c'est
un caractère si fingulier , que vous n'en avez
yu aucun qui lui resfemble. Le Docteur ne
répondit rien à cette plaisanterie; il continua
de me regarder fixement; enfin, remuant la
tête, & se tournant vers mon ami, Voulez-
vous, lui dit-il, faire encore une partie! Mon
ami s'excusa fur ce qu'il ne pouvoit pas con-
tinuer, & fit aporter une bouteille de vin ,
des pipes & du tabac. Le Vicaire fuma fa
pipe, but du meilleur de fon coeur à la santé
de mon ami, me regardant toujours avec un
air de répugnance, ne buvant point à ma fan-

té,

[ocr errors]

1

C'est le titre d'au Oayr. Angl. Périod, d'où cette
Piéce eft tirée.

té, & ne m'adressant jamais la parole. Come me j'avois pris depuis long-tems la coutume de ne boire que de l'eau, j'en fis aporter une bouteille , & je répondois par des verres d'eau à leurs verres de vin. Le Docteur s'en étant aperçu ,

dit à l'oreille de mon ami, mais assez haut pour que je pusse l'entendre: » Le > pauvre homme n'en a pas pour long-tems , o à ce que je vois. Mon ami sourit , & lui répondit sur le même ton; » Non, non, Doc- . » teur, Mr. Fitz-Adam vivra aussi long-tems » que vous & moi. « Puis s'adressant à moi, Quelles nouvelles ? me dit-il. Nous commençames alors une conversation intéressante, qui dura jusqu'au moment où je voulus me retirer pour prendre du repos. Alors le Docteur se leva de sa chaise, but à ma santé, & me donnant un coup sur l'épaule, Vous êtes , me dit-il, un fort aimable vieillard ; je veux faire connoiffance avec vous pendant le séjour que vous ferez dans cette campagne.

M'étant levé de bon matin, je trouvai le Docteur dans la salle du déjeuné. Il me falua d'une façon très - polie , & me dit qu'il avoit quitté son lit & sa maison plus tôt que de coutume , afin d'avoir le plaisir de faire une pro

o nie

A 3

« السابقةمتابعة »