Les vies des hommes illustres de Plutarque, 14

L. Duprat-Duverger, 1811
 

 - 

.

-

206 - ... combats entre les deux nations ; et la fortune se dclara tantt pour les uns , tantt pour les autres : mais , si les Sabins remportrent quelquefois l'avantage dans les petits combats , les Romains gagnrent les plus grandes batailles et les victoires signales. La dernire anne les Sabins ayant rsolu de faire un dernier effort armrent tout ce qu'ils avoient d'hommes en tat de porter les armes. Les Romains de leur ct mirent en campagne toutes leurs troupes , celles des Ëtruriens...
178 - ... n'avoient aucun relche ni jour ni nuit , tant obligs de combattre sans cesse pour repousser les assigeants. La ville fut emporte d'assaut, et la plupart des Apiolains prirent dans les combats. Quelques autres, mais en petit nombre, rendirent les armes , et on leur laissa la vie...
3 - Ne pouvant se rsoudre a rester tranquille, tandis que les Troyens toient menacs par les Grecs d'une ruine prochaine, pour des crimes qu'ils n'avoient point commis ; quand il vit que la guerre toit invitable , il prit volontiers les armes, et se joignit aux autres pour dfendre la libert. Il protesta nanmoins dans plusieurs occasions, qu'il ne dsirot rien tant que de voir cette guerre heureusement termine.
172 - Marcius , inform par ses espions et par quelques dserteurs, que les ennemis avoient envoy la plus grande partie de leur arme dans les campagnes pour les ravager > et qu'il n'toit rest qu'une foible garnison dans leur camp, ordonna Tarquin d'aller avec lu cavalerie attaquer les pillards.
202 - La guerre des Etruriens tant heureusement termine, il ne restoit plus que les Sabins qui disputassent aux Romains la supriorit. C'toit une nation belliqueuse, riche, puissante et fameuse par sa haine hrditaire contre Rome. Tarquin avoit envie de les rduire comme il ayoit rduit les autres peuples voisins.
403 - ... de son mari. Cette femme voyant l'anneau , ne douta point que l'envoy ne vnt de la part de Polydore, et lui donna la somme qu'il demandoit. Quand Jason vit que son homme toit de retour , et qu'il avoit russi , il dit son frre qu'il devot tre las de cet exercice qu'il continuoit depuis si long-tems , et qu'il pouvoit finir.
180 - ... qui toient notoirement les plus coupables et auteurs de * "" la rvolte ; quant aux autres , il les laissa dans leur premier tat , sans leur ter aucun de leurs privilges. Mais, pour empcher qu'ils ne remuassent l'avenir , il mit dans la ville une garnison romaine ; et par ce moyen il s'assura de leur fidlit. Les Nomentins eurent le mme sort. Se fiant sur le secours des villes latines, ils prirent les armes, et se mirent ravager les terres des Romains. Tarquin marcha contre...
178 - La ville fut mise au pillage , puis rduite en cendres , et on eu rasa les murailles jusqu'aux fondements. Tarquin , en punissant ces peuples avec tant de svrit, de mme que dans la suite il punit en pareil cas ceux de Cornicule, agissoit plutt comme un juge qui excute une sentence contre des tratres et des rebelles opinitres , que comme un prince engag dans une guerre contre un ennemi qui a de l'honneur et qui se conduit selon les rgles ; et , quelque dur que paroisse le traitement...
260 - Brutus parla avec force contre cette requte. Il dit qu'il toit d'avis qu'on retnt les biens des Tarquins pour ddommager en quelque faon la rpublique des maux, qu'elle avoit soufferts sous une si longue tyrannie ; que les Tarquins ne se contenteroient jamais d'une vie prive...
196 - Elle e'toit agite d'une sdition , et ils surent profiter de l'occasion pour s'en rendre matres par intelligence. Ensuite ils pillrent les terres des Romains sans trouver de rsistance. Ils en enlevrent un grand nombre de prisonniers ; et laissant une forte garnison dans Fidnes , ils s'en retournrent chargs de butin.