PDF

CONSERVÉES DANS LES

ANCIENNES COLLÉGIALES

DE

S. SERVAIS ET DE NOTRE-DAME

H A ESTRICHT,

ILLUSTRÉES DE 73 GRAVURES SUR BOIS, ET DÉCRITES

PAR

Mgr le Chanoine Fr. BOCK, ET M. le Vicaire M. WILLEMSEN,
Camérier secret de S. S. Pie IX, etc. Gardien des SS. Reliques

te

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[blocks in formation]

Auctoritate Revmi Episcopi legi librum cui est titulus

ANTIQUITÉS SACRÉES CONSERVÉES DANS LES ANCIENNES COLLÉGIALES DE S. SERVAIS ET DE NOTRE-DAME A MAESTRICHT, nec quidquam offendi quod impressioni obsistat.

P. J. H, RUSSEL, S. Theol. Lic.,

Exam. syn. et Jur, can. Prof.

Apræmundæ, in festo S. Josephi 1873.

[graphic][subsumed][subsumed][subsumed][ocr errors][merged small]

ancien membre de la première Chambre des États-Généraux, Commandeur des Ordres de St Grégoire-le-Grand et du Saint-Sépulcre, Chevalier des Ordres du Lion Néerlandais, de la Légion d'honneur, du Lion de Zähringen, décoré de la médaille d'or de 11e classe de Belgique, etc., dont la munificence a illustré la

Description du Trésor de St Servais.

INTRODUCTION.

ha Trésorerie, dont le lecteur va contempler les richesses religieuses et artistiques, doit son origine au grand Saint luimême, dont elle porte le nom, depuis environ dix siècles 4). En effet, l'illustre tombeau de S. Servais, érigé à l'ombre du premier oratoire chrétien que saint Materne construisit dans les Pays-Bas) devint le centre, autour duquel le douxième évêque de Maestricht, S. Monulphe, bâtit vers la fin du sixième siècle sa cathédrale "); déjà saint Servais lui-même avait déposé dans l'oratoire de Materne le Trésor sacré de Tongres, afin de le soustraire à la dévastation des Huns“). Les Anges du ciel, ajoute la Légende, honorèrent cette translation de leurs chants inélodieux.

Parmi ces Reliques il faut compter naturellement celles, qui avaient servi à l'usage personnel de notre Saint; la tradition

) Acta Sanctorum. Maii t. III, p. 220, n. 38.

29 « S. Maternus pervenit Traiectum, ubi in strata publica, quæ appellatur via rcgia, dedicavit ecclesiam in honore Domini Salvatoris, et Apostolorum Principis.» Aegidius AUREAEVALL., dans Chapeauville, Gesta Pontificum, t. I, p. 17 ct 18. S. Servatius « juxta ipsum aggerem publicum est sepultus. « S. Greg. Turon. , Hist. Franc. lib. 2, cap. 5. Cf. GuesQuierus, Acta SS. Belgii, t. I, p. 81, n. 11 et Opuscules de Mathieu Herbenus concernant les antiquités de Maestricht, publiés par M. le chanoine de Ram, p. 19.

8) « Dicitur autem haec (ecclesia S. Servatii) co esse loco, ubi S. Maternum ad honorem Christi Salvatoris et S. Petri ædificasse ecclesiam, antiqua traditio est. » Acta SS., Maii t. III, p. 214, n. 14.

^) « la basilica iuxta aggerem publicum, a bcato Materno quondam ibi constructa, imperat (Servatius) criptam in medio fieri : illuc universum Octavia transtulit thesaurum, suumque interlocat sarcophagum. » Aegid. I. c. p. 44 ct 45. Cf. Acta Translationis S. Servatii dans les Acta SS., Maii t. III p. 218 n. 30.

« »