Le comte de Valmont, ou les garemens de la raison, 3

Moutard, 1787 - 2700

 - 

.

-

55 - Quand Platon peint son juste imaginaire couvert de tout l'opprobre du crime, et digne de tous les prix de la vertu, il peint trait pour trait JsusChrist : la ressemblance est si frappante, que tous les Pres l'ont sentie, et qu'il n'est pas possible de s'y tromper.
173 - Gengiskan, qui ont dvast l'Asie ; et nous verrons que nous devons au christianisme, et dans le gouvernement un certain droit politique, et dans la guerre un certain droit des gens, que la nature humaine ne saurait assez reconnatre.
332 - Que ne puis-je vous donner mon exprience ! que ne puis-je vous faire voir l'ennui qui dvore les grands et la peine qu'ils ont remplir leurs journes ! Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu'on aurait...
11 - ... devoirs. Si les peuples les plus clairs, les plus braves, les plus vertueux de la terre n'ont point connu le duel...
280 - Miniftre , un Gnral. Dans le Rgiment de Champagne , un Officier demande , pour un coup de main , douze hommes de bonne volont : tout le Corps refte immobile, & perfonne ne rpond.
86 - S'il te reste au fond du cur le moindre sentiment de vertu, viens, que je t'apprenne aimer la vie. Chaque fois que tu seras tent d'en sortir, dis en toi-mme : Que je fasse encore une bonne action avant que de mourir . Puis va chercher quelque indigent secourir, quelque infortun consoler, quelque opprim dfendre.
172 - Pendant que les princes mahomtans donnent sans cesse la mort ou la reoivent, la religion, chez les chrtiens, rend les princes moins timides, et par consquent moins cruels.
11 - Gardez-vous donc de confondre le nom sacr de l'honneur avec ce prjug froce qui met toutes les vertus la pointe d'une pe , et n'est propre qu' faire de braves sclrats.
172 - Prince compte fur fes fiijets , & les fujets fur le Prince. Chofe admirable ! la Religion Chrtienne , qui ne femble avoir d'objet que la flicit de l'autre vie , fait encore notre bonheur dans celle-cy.
54 - Ecritures m'tonne, la faintet de l'Evangile parle mon cur. Voyez les livres des Philofophes avec toute leur pompe ; qu'ils font petits prs de celui-l ! Se peut-il qu'un livre , la fois fi fublime & fi fimple, foit l'ouvrage des hommes? Se peut-il que celui dont il fait l'hiftoire ne foit qu'un homme lui-mme ? Eft-ce-l le ton d'un enthoufiafte ou d'un ambitieux fectaire?