Oeuvres compltes de Massillon, evque de Clermont ...

L. Lefort, 1822 - 477
 

 - 

.

-

59 - Alors le pcheur mourant , ne trouvant plus dans le souvenir du pass que des regrets qui l'accablent^ dans tout ce qui se passe ses yeux , que des images qui l'affligent:; dans la pense de l'avenir , que des horreurs qui l'pouvantent : ne sachant plus qui avoir recours } ni aux cratures , qui lui chappent ^ ni au monde , qui s'vanouit ^ ni aux hommes , qui ne sauraient le...
365 - ... hroques, des mes dont le monde n'est pas digne , des sages seuls dignes de ce nom. Tous nos soins devraient donc se borner la...
364 - Elle seule est la lumire de notre esprit, la rgle de notre cur, la source des vrais plaisirs, le fondement de nos esprances, la consolation de nos craintes, l'adoucissement de nos maux, le remde de toutes nos peines ; elle seule est la...
170 - ... succs des passions. Qui suis-je donc, mon Dieu, pour vouloir chercher dans mon cur les raisons de vos misricordes ? Un infortun, que vos dons ont rendu plus coupable ; un pcheur, qui ai trouv dans vos bienfaits mmes la source de mes...
391 - ... nous flattons son orgueil , nous allumons ses dsirs par des esprances et par des prdictions flatteuses et chimriques ; nous nourrissons l'erreur de son imagination en lui rapprochant des fantmes dont il se repat sans cesse lui-mme. Nous osons peut-tre en gnral plaindre les hommes de tant s'agiter pour des choses que le hasard distribue, et que la mort va nous ravir demain ; mais nous n'osons blmer l'insens qui sacrifie cette fume son repos, sa'vie et sa conscience.
324 - Élie ressuscite des morts, il est vrai; mais il est oblig de se coucher plusieurs fois sur le corps de l'enfant qu'il ressuscite; il souffle, il se rtrcit, il s'agite; on voit bien qu'il invoque une puissance trangre, qu'il rappelle de l'empire de la mort une me qui n'est pas soumise sa voix, et qu'il n'est pas lui-mme le matre de la mort et de la vie : Jsus-Christ ressuscite les morts comme il fait les actions les plus communes; il parle en matre ceux qui...
2 - ... plus glorieuse, et qui a toujours t plus grand ou que le pril ou que la victoire! Heureux le prince qui, durant le cours d'un rgne long et florissant, jouit loisir des fruits de sa gloire, de l'amour de ses peuples, de l'estime de ses ennemis, de l'admiration de l'univers, de l'avantage de ses conqutes, de la magnificence de ses ouvrages, de la sagesse de ses lois, de l'esprance auguste d'une nombreuse postrit, et qui n'a plus rieu dsirer que de conserver longtemps ce...
217 - C'est comme si vous lui disiez : Seigneur! tant que je serai propre au monde et aux plaisirs , n'attendez pas que je revienne vo*us et que je vous cherche : tant que le monde voudra de
59 - ... soupirs , ou le dsespoir de quitter la vie. Enfin , au milieu de ces tristes efforts, ses yeux se fixent, ses traits changent, son visage se dfigure , sa bouche livide s'entr'ouvre d'elle-mme ; tout son corps frmit ; et par ce dernier...
62 - Mais , au lit de la mort , la pense la plus consolante pour une unie fidle , c'est le souvenir des violences qu'elle s'est faites pour son Dieu. Elle comprend alors tout le mrite de la pnitence , et combien les hommes sont insenss de disputer Dieu un instant de contrainte , qui doit tre pay d'une flicit sans fin et sans mesure. Car ce qui la console , c'est qu'elle n'a sacrifi que des...