Histoire du droit des gens et des relations internationales: Rome

L. Hebbelynck, 1850
 

 - 

.

-

323 - La guerre n'est donc point une relation d'homme homme, mais une relation d'Etat Etat, dans laquelle les particuliers ne sont ennemis qu'accidentellement, non point comme hommes, ni mme comme citoyens ' , mais comme soldats ; non point comme membres de la patrie . mais comme ses dfenseurs.
188 - ... les mmes magistrats, les mmes murailles, les mmes dieux, les mmes temples, les mmes spultures, on ne vit plus Rome des mmes yeux, ou n'eut plus le mme amour pour la patrie, et les sentiments romains ne furent plus.
372 - Tu regere imperio populos, Romane, memento; Hae tibi erunt artes , pacisque imponere morem , Parcere subjectis, et debellare superbos.
410 - Judaeam, originem ejus mali, sed per urbem etiam, quo cuncta undique atrocia aut pudenda confluunt celebranturque.
410 - ... et pereuntibus addita ludibria, ut ferarum tergis contecti laniatu canum interirent aut crucibus adfixi [aut flammandi atque], ubi defecisset dies, in usu[m] nocturni luminis urerentur.
233 - ... c'est celui-l surtout qu'ils ont frapp, avides qu'ils taient d'inspirer la terreur par le choix de la victime. Ainsi prit le dernier des Gracques de la main des patriciens; mais, atteint du coup mortel, il lana de la poussire vers le ciel, en attestant les dieux vengeurs; et de cette poussire naquit Marius, Marius, moins grand pour avoir extermin les Cimbres que pour avoir abattu dans Rome l'aristocratie de la noblesse.
23 - ... relation est d'autant plus prcieuse, qu'elle est un monument punique, et c'est parce qu'elle est un monument punique qu'elle a t regarde comme fabuleuse. Car les Romains conservrent leur haine contre les Carthaginois mme aprs les avoir dtruits. Mais ce ne fut que la victoire qui dcida s'il fallait dire la foi punique ou la foi romaine.
283 - ... Rhodope et de l'Hmus, cher Orphe, est ici; on y voit le Sarmate qui s'abreuve de sang de cheval, l'Ethiopien qui boit les eaux du Nil sa source, celui dont les rivages sont battus par les derniers flots de la mer. L'Arabe y accourt avec le Sabeu, et le Cilicien y est arros des parfums de son pays. Le Sicambre aux cheveux tresss et boucls s'y rencontre avec l'Éthiopien crpu. Mille langues diffrentes s'y parlent . devait paratre une profanation aux yeux...
463 - ... les gens de bien, parents les uns des autres, et les mchants seuls trangers : au demeurant, que le Grec et le Barbare ne seraient point distingus par le manteau ni la faon de la targue, ou au cimeterre, ou par le haut chapeau ;
127 - ... de grandes guerres. Il y avait dans ces temps-l comme deux mondes Spars : dans l'un combattaient les Carthaginois et les Romains ; l'autre tait agit par des querelles qui duraient depuis la mort d'Alexandre : on n'y pensait point ce qui se passait en Occident...