صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

posées, d'abord parce que nous ne connaissons pas cet ordre, et ensuite parce qu'il y aurait quelque puérilité à bouleverser à plaisir l'ordre traditionnel pour un résultat forcément conjectural. Mais les trois æuvres de Virgile sont encadrées dans une biographie du poète; elles y apparaissent à leur place ; elles sont précédées d'exposés où tous leurs rapports avec l'époque et le milieu sont indiqués aussi précisément que possible. Enfin, elles sont suivies d'un chapitre complémentaire où est étudiée l'influence de Virgile à travers les âges, jusqu'à nos jours et principalement dans notre pays ; nous osons croire que les étudiants qui s'intéressent à l'histoire de la littérature française trouveront là des aperçus utiles.

Le texte a été établi d'une façon pratique, et cependant conforme aux données de la philologie. Comme la plupart des éditeurs modernes, nous n'avons cru pouvoir accorder une confiance exclusive à aucun des manuscrits de Virgile ; nous avons, dans les cas de divergence sur des points importants, adopté la leçon qui nous semblait la plus autorisée, mais nous avons eu soin d'indiquer en note les autres, et même, le cas échéant, de les discuter en quelques mots. Nous croyons, de cette manière, offrir aux élèves un texte lisible, sans leur laisser ignorer les problèmes que ce texte soulève.

Pour l’annotation, nous nous sommes résolument écarté d'une méthode qui a été longtemps en faveur et qui consiste à verser dans les notes tout ce qu'on peut savoir sur les hommes et les choses dont parle l'auteur. Rien de plus encombrant que les commentaires conçus dans cet esprit, et, au fond, rien de plus illusoire. Une édition n'est pas un Dictionnaire des antiquités. Nous n'avons emprunté à la mythologie, à l'histoire des faits ou à celle des institutions, que les renseignements strictement nécessaires à l'intelligence du texte. Par ailleurs, nous nous sommes attaché surtout à interpréter ce texte même, à faire ressortir les intentions de l'auteur et les procédés de son art. Nous n'avons pas oublié que les poèmes de Virgile sont des auvres d'art qu'il faut comprendre, et non des prétextes à parler d'autre chose.

Nous avons veillé à ce que l'illustration fût avant tout documentaire. Malgré le mérite ou le charme des tableaux et des statues modernes qu'a pu suggérer !a lecture de

[ocr errors]

Virgile, nous nous sommes fait une loi de les proscrire. Nous avons voulu mettre, en regard des vers du poète, des monuments à peu près contemporains de ces vers euxmêmes, sculptures, médailles, fresques pompéiennes, etc. Nous avons reproduit aussi bon nombre de gravures du Virgile du Vatican : bien que ces illustrations soient postérieures de quelques siècles à l'époque du poète, elles sont encore « antiques » par l'esprit qui les anime. Nos gravures permettent donc de se représenter sous quel aspect s'évoquaient, aux yeux de Virgile et de ses lecteurs, les scènes rustiques, les événements historiques ou légendaires, les conceptions religieuses, qui font la matière de sa poésie. Nous n'avons fait d'emprunts à l'art moderne que pour le dernier chapitre : là, puisque nous étudiions ce que les gens du moyen âge, de la Renaissance, du dixseptième ou du dix-huitième siècle, ont dû à Virgile, il était naturel de faire voir en même temps comment ils se figuraient les scènes des Bucoliques ou de l'Énéide. Nous sommes donc demeuré attaché à cette fidélité « historique », qui devrait être la vertu première de toute édition, et qui est au moins l'ambition de celle-ci.

RENÉ PICHON.

BIBLIOGRAPHIE

Manuscrits.

Voir pp. 689-690. Consulter la Paléographie des Classiques latins de M. E. CHATELAIN, 1886. Éditions. 1o ÉDITIONS COMPLÈTES :

Édition princeps, Rome, 1469.
Edition Aldine, Venise, 1501.
Édition Fabricius, Bâle, 1551.
Édition La Cerda, Madrid, 1608-1617.
Édition Heinsius, Amsterdam, 1664.
Édition De la Rue (in usum Delphini), Paris, 1675.
Édition Burmann, Amsterdam, 1746.
Édition Heyne, Leipzig, 1767-1775.

(3• édition), dans la collection Lemaire, Paris, 1822.

(40 édition), revue par Wagner, Leipzig, 1830-1841. Édition Conington, Londres, 1852-1871.

revue par Nettleship, Londres, 1881-1883.
Édition Ladewig, Berlin, 1852 (très souvent rééditée).
Édition Dübner, Paris, 1858.
Édition Ribbeck, Leipzig, 1859-1868.
Édition Forbiger (4. éd.), Leipzig, 1872-1875.

Édition Benoist, Paris, 1875 (rééditée en 1880 et 1884). 2o ÉDITIONS DES « BUCOLIQUES »:

Édition Glaser, Halle, 1876.

Édition Waltz, Paris, 1893. 3° ÉDITIONS DES « BUCOLIQUES » ET DES « GÉORGIQUES ».

Édition Voss, Altona, 1789-1797.

Édition Sidgwick, Cambridge, 1887. 4• ÉDITIONS DES « GÉORGIQUES » :

Édition Wakefield, Cambridge, 1788.

Édition Glaser, Halle, 1872. 5° ÉDITIONS DE L'« ÉNÉIDE » :

Édition Hofmann-Peerlkamp, Leyde, 1843.
Édition Gossrau, Quedlinburg, 1876.
Édition Sabbadini, Turin, 1885.
Édition du livre VI par Norden, 1903.

6. ÉDITIONS DE L' « APPENDIX VERGILIANA »:

Édition Scaliger, Lyon, 1573.
Édition Baehrens (dans les Poetae Latini Minores), Leipzig, 1880.
Édition de l'Aetna par Vessereau, Paris, 1905.
Ouvrages à consulter :
FUSTEL DE COULANGES, la Cité antique, 1864.
DURUY, Histoire romaine, t. III, 1871.
Sainte-Beuve, Étude sur Virgile, 1856.
G. Boissier, la Religion romaine d'Auguste aux Antonins, 1874.
- Nouvelles promenades archéologiques, 1886.

- l'Afrique romaine, 1895.
COLLIGNON, Virgile.
CARTAULT, Études sur les Bucoliques, 1896.
LE BRETON, De animalibus Vergilii, 1896.
De La Ville de Mirmont, les Argonautiques et l'Énéide, 1894.
Heinze, Vergil's epische Technik, 1903.
Bougot, De morum indole in Aeneide, 1876.
RÉBELLIAU, De Vergilio in muliebribus personis inventore, 1892.
FRANCISQUE MICHEL, Quae vices Vergilium per mediam aetatem
exceperint, 1846.
COMPARETTI, Vergilio nel medio evo, 1872.
Plessis, la Poésie latine, 1909.

[graphic][subsumed][ocr errors]

EXPLICATION
DES SIGNES ET ABRÉVIATIONS

} el suiv.}

Le signes = est employé pour abréger, et signifie « égale, équivaut à ». Cf.

confer ou « comparez ». comp. voy. = (( voyez ».

sequentibusque ou « et suivantes ». Les renvois à un autre livre du même ouvrage sont indiqués par un simple chiffre romain suivi de chiffres arabes pour indiquer le vers. S'il s'agit d'un autre ouvrage, le titre en est écrit en abrégé:

Buc. Bucoliques.
Georg. Géorgiques.
Aen. Énéide.

Les renvois à la Grammaire sont indiqués par Gr., suivi du numéro de la remarque grammaticale.

« السابقةمتابعة »