صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

6. Our experience in this State is not that this law is availed of where the partners E. H. Gillilan. are very numerous, nor does it "attract persons in humble life," nor do I think it is meant it should ; they, as a general thing, would be incapable of fully understanding the workings of such business, and therefore it might be dangerous in its operation to them. The limited partner requires no “guarding ;" he puts in his money subject to all losses ; his only safety is to know those general partners to whom he entrusts his money well, and, knowing his unprotected condition beyond this, he is especiaily careful to get prudent, nen; consequently our "special" firms are seldom very speculative, generally conservative.

7. I have never found any complaint of any “injurious effects” arising out of such competition with special partnerships. If “so established” means numerous partners, and those in humble life, such, I do not think, would be found to avail themselves of the law

8. I see no objection to unlimited liability if parties choose to incur it; I think there is more danger of imprudent action by directors in a joint-stock bank, where they are not personally liable, than there is in a special partnership concern where the general partners or directors are.

9. It undoubtedly does sometimes, but the evil will correct itself in time. While I would admit of “limited partnership,” I would, at the same time, not trench on unLimited.

10. I am decidedly of opinion that the existing law of unlimited liability must operate injuriously by deterring prudent persons of property from becoining shareholders in such banks or other public companies ; it would here.

11. I see no necessity for a special“ Act of Parliament,” or an application to the “Board of Trade ;" much better make a law to govern all. I am of opinion that if “limited,” it should apply to all alike who choose to avail themselves of it, and conform to the law made (see query 4): if unlimited, the same.

12. I would make all banks either issue Bank of England notes, or give good security for their own, as they do in this State, by lodging with our comptroller state or government stocks.

13. I am of opinion that they would be useful, see answer to query 2. I think it does in numerous instances.

14. Restricted to the original sum and all profits and interest which may arise during the term advertised. If the original sum is not actually paid in, they should be generai partners. As to the liquidation of liabilities they should be the same as all other partnerships ; considering the special partner paid in capital as representing all he is worth as far as creditors are concerned.

13. Here in New York if any profits have been divided during the advertised term or interest paid, it has to be refunded in case of insolvency : this is a sufficient safeguard.

16. I think they should not be transferable ; for character of the special partner gives tone to the concern, and that would not be transferred ; and thus creditors might suffer.

17. Experience here has not proved it to be so at all. You must bear in mind that the general partners are likely to act here in such a case just as any other general partners would. I would apprehend no danger from this.

18. Not necessary. I think, after a concern conforms to the law and pays in the cash, that then it should be viewed just the same as any other firm as regards insolvency, &c.

19. See answer to query 4. They should be allowed to advise and examine, most certainly ; but any act of management with third parties makes and should make them general partners.

20. Certainly ; see answer to query 4. There cannot be the word “ Co.' added to a special firm here.

21. See answer to query 18.

22. No. It might be very well, as in France, to publish in a gazette every January. I think the publication and circulation of particulars and accounts unnecessary.

23. I am not aware.

24. Here, in New York, they are found to be advantageous, in uniting enterprise and capital, by promoting clerks and junior partners, where otherwise they could not get forward. It unites the caution of the capitalist with the enterprise of the junior. The commercial credit of such partnerships is quite as good if the capital is supposed to be equal.

25. No such record has been kept, that I am aware of; but my experience leads me to the conclusion that there are fewer failures among the limited partnerships.

26. (To first clause.) I think they have. (To second clause.) They undoubtedly are but limited partnership opens up an additional avenue or field of reward.

27. I think not; this is sometimes hard to ascertain and settle satisfactorily in a credit
business, except at the end of a partnership.

28. (To first clause.) See answer to query 6. (To second clause.) I think they do.
29. I should say they were.
30. Not at all.
31. I think not. See answer to query 27.

[ocr errors]

Clement C. Biddle. Lastly. I consider our special partnership law enables us to avoid what I understand

there is a good deal of in England ; viz., a capitalist lends at a high rate of interest to a trader who has little means of his own; then in case of insolvency he comes in with a bill of sale and often sweeps the whole ; our special law prevents this sailing under such false colorırs; and as it opens up an avenue for the capitalist to walk out of the active duties of business, it leaves the door open, andpresents a wider field for the enterprising junior members; and the fact of leaving or putting in a certain amount of means insures his supervision in private over the general partner's acts, and thus, as a general thing, we find that special partnerships are conducted on a safe and conservative principle.

QUESTIONS circulated by the Royal MERCANTILE Law COMMISSION on the

CONTINENT OF EUROPE.

No. 1. Les sociétés en commandite, ont-elles été reconnues par l'expérience en France, en Amérique, en Hollande, ou dans les autres pays où elles ont été permises, être avantageuses ? et en quoi les a-t-on trouvées telles ? Ou ont-elles été reconnues désavantageuses ? et en quoi les a-t-on trouvées telles ?

Le crédit commercial de ce genre d'associations, est-il aussi grand parmi les négociants et le public en général, que celui des sociétés fondées sur la base d'une responsabilité illimitée de tous les associés ?

No. 2. La loi qui régit ces sociétés dans votre pays, a-t-elle été reconnue produire de bons effets, sous les trois différents formes de société anonyme, de société en commandite par actions, et de société en commandite simple ?

Laquelle des trois formes a eu le plus de succès ? est la plus généralement usitée ?

No. 3. Existe-t-il un registre, ou un compte rendu public, des faillites ou déconfitures des sociétés dans les contrées ou états avec lesquels vous êtes en rapport?

Ce registre ou compte-rendu, distingue-t-il les cas de sociétés dont les membres ont une responsabilité limitée d'avec celles où leur responsabilité est illimitée ?

Quel nombre de chacune d'entre elles a été porté sur ce registre ou compte-rendu, durant les sept dernières années, ou telle autre période sur laquelle vour êtes en état de vous exprimer ?

Quels dividendes ont été payés aux créanciers ? en distinguant les sociétés avec une responsabilité limitée d'avec celles ayant une responsabilité illimitée ?

No. 4. Les sociétés en commandite, ont-elles eu pour effet d'aider puissamment et d'une manière étendue les hommes de génie, ou industrieux et prudents, manquant d'un capital, à acquérir la fortune, ou à améliorer leur position sociale ?

Ou les personnes appartenant à ces classes, si d'ailleurs elles sont aptes à diriger les affaires commerciales, ne sont-elles pas admises comme associés inférieurs par les compagnies existantes, non constituées sur le principe d'une responsabilité limitée ?

Ou les compagnies ne s'assurent-elles pas leur coopération par des salaires élevés ?

No. 5. Ne pourrait-on pas assurer aussi bien des avantages à ces classes de personnes en permettant de rémunérer leurs services par des salaires proportionnés aux bénéfices réalisés de l'entreprise ?

No. 6. Les sociétés en commandite, ont-elles été reconnues par l'expérience être avantageuses aux classes inférieures ou aux moyennes, en leur procurant un moyen facile de placer leurs petites économies ?

Ou, les caisses d'épargne ou de dépôt, et la faculté de placer même de petites sommes dans l'achat d'actions des compagnies, ne fournissent-elles pas des facilités suffisantes pour faire de tels placements ?

No. 7. Pensez-vous que lorsque la totalité, ou au moins une grande partie du capital souscrit par les commanditaires, a été perdue, des entreprises hazardeuses et même désespérées puissent être tentées, d'autant plus volontiers que les commanditaires ne peuvent être responsables pour plus ou pour peu de chose plus que ce qui est déjà perdu, tandis qu'ils peuvent avoir une chance de gain dans ces entreprises ?

Cette situation n'encouragerait-elle pas les spéculations irrefléchies et avantureuses ?

Vos observations et votre expérience vous ont-elles déjà fourni des exemples d'un pareil résultat?

Pouvez-vous indiquer un moyen capable de prévenir une telle consequence, et néanmoins s'accordant avec le principe d'une responsabilité limitée ?

No. 8. Croyez-vous utile que la loi préscrive que dans le cas de perte d'une proportion déterminée du capital primitif de la commandite, la société soit dissoute immédiatement et liquidée, ou cesse de continuer sur le principe d'une responsabilité limitée ?

Quelle proportion de perte du capital pensez-vous devoir être fixée ?
Comment pourrait-on le mieux constater l'existence de cette perte?

Ou quelles dispositions jugez-vous devoir être faites, dans le cas où une perte semblable ayant été éprouvée, la société continuerait ses opérations ?

Comment la responsabilité des commanditaires devrait-elle être fixée après cela ?

No. 9. L'expérience a-t-elle démontré que ces associations encouragent les spéculetions excessives dans le commerce ou dans les manufactures ?

No. 10. Selon la loi de votre pays, les bénéfices réalisés peuvent-ils être partagés de temps à autre entre les associés, les commanditaires restant responsables seulement pour la somine qu'ils ont primitivement apportée à la société ?

Dans le cas de faillite, seraient-ils ténus à rapporter tous les bénéfices par eux reçus de l'entreprise ?

Ou quelle partie d'iceux doivent-ils rapporter ?

No. 11. Dans la pratique, a-t-il été reconnu facile de s'assurer si un commanditaire s'est borné au droit d'examen qu'il a d'après la loi, sans s'immiscer de fait dans la direction de l'entreprise, ce qui, si cela pouvait être prouvé, le rendrait responsable comme dans une association en nom collectif ?

Pensez-vous que plus de procès surgissent de la formation et de la liquidation de sociétés en commandite, que de celles en nom collectif ?

No. 12. Etes-vous d'avis qu'on doive interdire aux commanditaires de prendre aucune part aux affaires de la société, même par leurs conseils aux associés en nom collectif, sur la direction à donner à ces affaires ?

Jusqu'où devrait s'étendre la prohibition à cet égard, selon vous ?
Comment devrait-elle être déterniinée ?
Comment l'effet de cette prohibition pourrait-il être rendu certain ?

No. 13. Est-il indispensable pour les sociétés en commandite de faire enrégistrer les conventions sur lesquelles l'association est fondée ?

Quelles sont les particularités qui sont mentionnées dans l'enregistrement de l'association ?

Dans cet enregistrement est-il fait mention des noms des associés à responsabilité limitée, ainsi que des sommes par eux versées ?

No. 14. Y a-t-il des comptes rendus périodiques, établissant la situation de ces associations limitées, lorsqu'elles sont en société anonyme, ou société par actions, qui soient publiés de temps à autre dans ce registre?

S'il en est ainsi, comment ces états de situation doivent-ils être dréssés, et certifiés ?
Quelles particularités doivent-ils contenir ?
Et comment leur exactitude peut-elle être garantie ; l'erreur et la fraude empêchées ?

No. 15. Existe-t-il des sociétés d'ouvriers travaillant en commun, contribuant chacun par une petite somme et leur travail, sous l'empire de la loi d'association avec responsabilité limitée ?

S'il y en a, ont-elles en général été heureuses dans leurs opérations, ou malheureuses ?

Enfin les Commissaires vous prient, de vouloir bien leur faire part de toutes les vûes ou inspirations qui peuvent vous survenir sur l'objet des sociétés, en ce qui concerne la responsabilité limitée ou illimitée des associés.*

[ocr errors]

• Copies of the above questions in French were addressed to

22 persons or firms in France.
1

Belgium.
5

Holland. 4

Germany. 1

Switzerland. 1

Spain. Other copies were (in some instances) sent to be placed in the hands of persons to be selected as respondents abroad. All the replies received are subjoined.

[ocr errors][ocr errors]

REPLIES

TO THE

Series of Questions, in French, issued by the Royal Commission

on Mercantile Law.

Mons. Aorson.

No. 75. Monsieur HORSON, Avocât à la Cour Impériale de PARIS.

Paris, 24e Septembre 1853. MONSIEUR,—C'est toujours avec un vif. intérêt que je saisis l'occasion de traiter du droit commercial, qui a fait l'objet des études de toute ma vie.

J'ai donc profité de quelques loisirs que me laissaient les travaux de mon cabinet pour examiner sans rétard la note que vous m'avez addressée au nom de la Commission Britannique, et de rédiger ma réponse.

Cette réponse je vous la transmets. Je serais heureux d'apprendre qu'elle a pu être de quelque utilité à la Commission ; mais quelque soin que j'y aie apportée je ne puis me dissimuler qu'elle est incomplète. La faute n'en est pas à ma bonne volonté, mais à la nature des choses ; les questions soulevées sont grâves et nombreuses ; elles embrassent tout un système de législation, et ce n'est qu'a l'aide d'un travail beaucoup plus étendu, ou dans des conférences contradictoires qu'elles pourraient être complètement éclaircies. Agréez, je vous prie, l'expression de ma parfaite considération,

HORSON.

et pour

RÉPONSE aux Questions posées par la Commission Britannique en matière de Commandite.

1. Personne ne peut contester que le principe de la commandite, sagement réglé et prudemment appliqué, est un principe fécond en bons effets pour le commerce et l'industrie, puisqu'il a pour résultat d'y attirer, en les centralisant, les petits capitaux comme les gros, les capitaux civils commes les capitaux commerciaux : il est, en effet, facile d'apercevoir que tel individu, commerçant ou non, qui reculerait devant l'idée d'engager indéfiniment, par l'effet de la solidarité, sa fortune et sa personne dans une entreprise incertaine, et de la direction de laquelle il n'est presque jamais maître, consentira volontiers à courir la chance de cette entreprise alors qu'il est certain que sa perte ne pourra dépasser la somme qu'il se détermine à y engager : à ce point de vue, la commandite a été certainement utile en France.

Mais si des entreprises récommandables se sont formées et développées à l'aide de la commandite, il y a eu aussi de grâves abus, de grands scandales, de fâcheux mécomptes,

le public actionnaire et pour le public créancier. La faute n'en est pas au principe de la commandite, mais aux vices, à l'insuffisance, à l'imprévoyance de la législation qui la régit. Je m'en expliquerai plus amplement en abordant les autres questions posées dans la note de la Commission Anglaise.

Quant au crédit commercial que la commandite peut inspirer par comparaison avec la société purement solidaire, l'avantage devrait être pour la commandite, puisqu'elle offre, lorsqu'elle est honnêtement constituée, un capital publié, indépendamment de l'obligation indéfinie de ses gérants, tandis que la société solidaire ne présente que l'engagement personnel de ses membres, dont la position et les ressources sont inconnues, et ne reposent que sur des apparences, qui peuvent être trompeuses. Mais cette base du crédit de la commandite peut n'être encore qu'un leurre, ainsi que l'expérience l'a prouvé, lorsque, constituée librement et sans contrôle, son capital, promis mais non réalisé, est représenté par des actions souscrites ou passées aux mains de porteurs impalpables ou insolvables. Tout cela découle encore des vices de la législation plutôt que du principe.

2. On aperçoit déjà par ce qui précède que la législation Française, par son imprévoyance et son insuffisance, a fait d'un principe bon un principe dangereux : ceci exige une explication un peu développée.

La loi Française sur les sociétés (Code de Commerce) a été rédigée et promulguée en 1807, c'est-à-dire à une époque où l'industrie n'avait pas à beaucoup près le développement qu'elle a pris depuis, et où le système des créations et des émissions d'actions était à peu-près inconnu : les rédacteurs de la loi se sont bornés à y insérer cette disposition abstraite ou incomplète que le capital des sociétés en commandite pouvait être divisé en actions sans dérogation aux règles établies pour ce genre de société.

En présence d'une loi aussi vague, aussi laconique, on s'est demandé où étaient ces règles, de quelles restrictions le législature avait entendu parler ; et comme on ne les trouvait nulle part, ou qu'on ne voulait pas les voir où elle étaient, les tribunaux ont interprêté la loi dans le sens de la liberté la plus large, et aujourd'hui il est admis en principe qu'on peut faire des commandites par actions comme on veut; qu'on peut évaluer les apports en nature et les faire représenter par des actions comme on veut ;

« السابقةمتابعة »