An Introduction to the French Language: From the 5th English Ed

 

 - 

.

-

104 - J'ai mon Dieu que je sers ; vous servirez le vtre : Ce sont deux puissants dieux. JOAs. Il faut craindre le mien ; Lui seul est Dieu, madame, et le vtre n'est rien.
61 - Il tait aussi sage qu'on peut l'tre, car il cherchait vivre avec des sages. Instruit dans les sciences des anciens Chaldens, il n'ignorait pas les principes physiques de la nature tels qu'on les connaissait alors, et savait de la mtaphysique ce qu'on en a su dans tous les ges, c'est--dire fort peu de chose.
60 - La cigale, ayant chant Tout l't, Se trouva fort dpourvue Quand la bise fut venue : Pas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau. Elle alla crier famine Chez la fourmi sa voisine, La priant de lui prter Quelque grain pour subsister Jusqu' la saison nouvelle. Je vous paierai, lui dit-elle, Avant Tot, foi d'animal, Intrt et principal.
104 - Que vous dit cette loi ? JOAS. Que Dieu veut tre aim ; Qu'il venge tt ou tard son saint nom blasphm ; Qu'il est le dfenseur de l'orphelin timide ; Qu'il rsiste au superbe, et punit l'homicide.
60 - La Cigale et la Fourmi. La cigale , ayant chant Tout l't, Se trouva fort dpourvue Quand la bise fut venue : Pas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau.
99 - Ma premire visite fut au marchal Jourdan. Il se souvenait bien vaguement qu'il avait exist un gnral Alexandre Dumas, mais il ne se rappelait pas avoir jamais entendu dire qu'il et un fils. . . Malgr tout ce que je pus lui dire, je le quittai au bout de dix minutes, paraissant trs peu convaincu de mon existence.
11 - Et, quand il fut retourn son travail, de temps en temps il levait les yeux, et regardait ces oiseaux, qui allaient et venaient portant la nourriture leurs petits. Or, voil qu'au moment o l'une des mres rentrait avec sa becque, un vautour la saisit, l'enlve ; et la pauvre mre, se dbattant vainement sous sa serre, jetait des cris perants. A cette vue, l'homme qui travaillait sentit son me plus trouble qu'auparavant : car, pensait-il, la mort de la mre, c'est la mort des...
14 - Oh ! si j'tais la matresse d'avoir tout ce que je souhaiterais, dit la femme, je serais bientt plus heureuse que tous ces gens-l. Et moi aussi, dit le mari, je voudrais tre au temps des fes, et qu'il s'en trouvt une assez bonne, pour m'accorder tout ce que je dsirerais.
95 - Lui-mme," dit Joseph. Il n'y avait pas moyen de tomber genoux dans la voiture ; le sergent se confond en excuses et supplie l'Empereur d'arrter pour qu'il puisse descendre. " Non pas," lui dit Joseph ; " aprs avoir mang mon faisan, vous seriez trop heureux de vous dbarrasser de moi aussi promptement ; j'entends bien que vous ne me quittiez qu' votre porte.
10 - Deux hommes taient voisins, et chacun d'eux avait une femme et plusieurs petits enfants, et son seul travail pour les faire vivre. Et l'un de ces deux hommes s'inquitait en luimme, disant : Si je meurs, ou que je tombe malade, que deviendront ma femme et mes enfants...