Blisaire

Isaac Herbert, Vernor et Hood, et M. Stace, 1796 - 236

 - 

.

-

3 - C'est un devoir de votre tat , reprit l'aveugle avec fermet , ou plutt c'est la base de vos devoirs, et de toute vertu militaire. Celui qui se dvoue pour sa patrie , doit la supposer insolvable ; car ce qu'il expose pour elle est sans prix. Il doit mme s'attendre la trouver ingrate ; car , si le sacrifice qu'il lui fait n'tait pas gnreux , il serait insens.
13 - Quoi ! lui dit-il , vous ne voulez pas donner quelques jours vos htes? Cela m'est impossible , rpondit Blisaire : j'ai une femme et une fille qui gmissent de mon absence. Adieu ; ne faites point d'clat sur ce qui me reste vous dire : ce pauvre aveugle, ce vieux soldat, Blisaire enfin , n'oubliera jamais l'accueil qu'il a reu de vous.
14 - Glimer l'embrassait, l'arrosait de ses larmes, et ne pouvait se dtacher de lui. Il fallut enfin le laisser partir ; et Glimer le suivant des yeux : O prosprit ! disait-il, prosprit ! qui peut donc se fier toi? Le hros , le juste, le sage Blisaire! Ah! c'est pour le coup qu'il faut se croire heureux en bchant son jardin.
8 - C'est le plus grand malheur d'un souverain, dit Blisaire , de ne pouvoir payer tout le sang qu'on verse pour lui. Cette rponse mut le cur du villageois : il offrit l'asile au vieillard. Je vous prsente , dit-il sa femme , un brave homme , qui soutient courageusement la plus dure preuve de la vertu. Mon camarade, ajouta-t-il, n'ayez pas honte de l'tat o vous tes, devant une famille qui connat le malheur.
164 - Ce qu'un sentiment naturel et irrsistible nous assure, la foi ne peut le dsavouer. La rvlation n'est que le supplment de la conscience : c'est la mme voix qui se fait entendre du haut du ciel et du fond de mon me.
5 - ... ft content, il faudrait que chacun commandt, et que personne n'obt : or cela n'est gure possible. Croyez-moi, le gouvernement peut quelquefois manquer de lumires et d'quit ; mais il est encore plus juste et plus clair dans ses choix, que si chacun de vous en tait cru sur l'opinion qu'il a de lui-mme."" Et qui tes-vous, pour nous parler ainsi ? " lui dit, en haussant le ton, le jeune matre du chteau. " Je suis Blisaire,
9 - N'importe ; il sera dans les conseils ce qu'il tait dans les armes; et sa sagesse, si on l'coute, sera peuttre encore plus utile que ne l'a t sa valeur. D'o vous est-il connu?
11 - Quels mnagements, quels respects il eut lui-mme pour mon malheur ! Il ya bientt six lustres que je vis dans cette solitude ; il ne s'est pas coul un jour que je n'aie fait des vux pour lui.
11 - ... mais je n'en ai pas voulu. Quand on a t roi , et qu'on cesse de l'tre , il n'ya de ddommagement que le repos et l'obscurit.
10 - Mettons-nous table, dit le villageois : ce que vous demandez nous mnerait trop loin. Blisaire ne douta point que son hte ne ft quelque officier de ses armes, qui avait eu se louer de lui. Celui-ci, pendant le souper, lui demanda des dtails sur les guerres d'Italie et d'Orient, sans lui parler de celle d'Afrique. Blisaire, par des rponses simples, le satisfit pleinement. Buvons...