صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

Ainfi l'être fuprême fe plait quelquefois a affliger les nations, comme les individus, lorfque la vanité & la corruption parvenues à leur comble appeilent irrévocablement de grands malheurs pour rappeller** de grandes vérités. Ainfi la France était destinée a donner cet éxemple a l'univers; car telle etait la force de nos vices, qu'aujourd'huy même, malgré l'infortune qui nous accable, beaucoup font punis, bien peu font corrigés.

Par quelle fatalité arrive-t-il cependant que les coups de la providence aient porté immédiatement & d'une manière fi terrible, fur ceux là même que leurs vertus femblaient devoir en préferver plus particulièrement: peu de rois ont montré fur le trône des vues plus pures, une piéte plus folide une plus grande abnégation de lui même que Louis XVI. Partout & dans tous les tems il s'eft immolé au bonheur de fes peuples & à la paix de fon empire: le courage & la grandeur de fa magnanime compagne, font au deffus de mes éloges; les vertus de Madame Elizabeth ne peuvent être comparées qu'aux graces des deux auguftes rejettons dont l'innocence a peine a fléchir les bourreaux de leur famille. Des amis dignes d'eux, achevaient de compofer cette augufte & intéreffante cour, qui depuis la revolution était furtout gardée par un regiment d'une loyauté, d'une difcipline, & d'une bravoure à toute épreuve. En voyant les

coups

coups de la fortune s'acharner fur tant de cœurs fidèles, tant de malheurs atteindre tant de vertus, la première reflexion qui fe retrace à l'ame oppreffée, ferait l'objection fi fouvent faite à la providence contre fa justice, fi une nouvelle pensée ne raménait une nouvelle confolation. L'adverfité eft le creufet ou s'epure l'honneur, & fans doute la deftinée de tous ces infortunés était de voir croitre pour eux les palmes de leur gloire auprès de celles de leur martyre,

Mais deja je m'apperçois que je m'ecarte de mon rôle de narrateur, pour me livrer au sentiment, penible qui m'agite. Ce premier epanchement, je le devais fans doute à mon roi. Reduit pendant près de deux mois a gemir en fecret fur fon fort, fans pouvoir communiquer mon émotion, il était naturel que le premier moment ou je recouvrerais ma liberté, lui fut confacré. Je vous dedie donc, ô mon maitre, ce premier tribut de mon cœur, j'oublie mes peines au fouvenir des votres, & j'a borde enfin mon trifte sujet.

Louis XVI. avait accepté la conftitution du fond de fa prifon des Thuilleries, principalement dans la vue de delivrer par une amnistie genérale tous ceux que leur attachement a fa perfonne, avait precipité au fond des cachots & entre autres les compagnons de fa fuite & de fon malheur à Varennes.

Certes il

il ne pouvait pas approuver alors les mêmes defauts qu'il avait remarqués trois mois auparavant, et dont il avait en fuyant confacré l'aveu dans fa proteftation; mais il n'avait plus le choix des moyens, et ceux la même qui s'agitaient autour de lui pour lui indiquer les obfervations qu'il avait a faire & la marche qu'il avait a fuiyre, variaient tous dans leurs moyens et dans leur but. Laffé de toutes ces indécifions le roi accepta purement et fimplement. En effet toute autre forme ne remediait point aux catastrophes futures, & aggravait beaucoup les inconvéniens préfens: il fut donc refolu de bonne foi qu'on effayerait de faire marcher cette machine conftitutionelle *.

Le feul foin que le ministère eut à cette époque, fut de payer aux principaux membres du comité de revision la reconstitution de quelques articles de l'acte conftitutionnel. Le principal de ces changemens fut le décret qui confacrait l'inviolabilité du roi, en le declarant reprefentant hereditaire de la nation, & non fonctionnaire public; mais il ne fut ajouté aucune force aux leviers du gouvernement. Le peuple fouverain refta maitre de tout.

Le roi en achetant l'influence de quelques membres du comité de revifion, fit ce facrifice à la cor

* Il est inutile de faire remarquer que la couronne de France était brifée depuis l'infurrection impunie du 14 Juillet.

ruption

ruption générale pour améliorer d'autant fa pofition particulière, & avoir le moyen de faire connaitre par degrés et fans fecouffe au peuple combien cette conftitution était faible, & impoffible à éxécuter, même avec l'intention de la fuivre; il attendait du tems, de l'expérience & de la raifon, le retour aux vrais principes; il voyait dans l'empreffement des conftituans à influencer toutes les autorités un fecours momentané pour foutenir auprès de lui le gouvernement; & ne pouvant plus agir fur les agens fecondaires de l'administration, ni par des nominations qu'on lui avait ôté, ni par des distinctions honorifiques qu'on avait fupprimées, il ne lui reftait d'autre reffort que de l'argent; on l'avait ainfi voulu en faifant la conftitution, et il fe trouva des hommes qui eurent affez peu de honte pour en éxiger de fes miniftres, & affez d'indifcrétion pour le reveler.

L'un d'eux, premier auteur du célèbre club populaire des Jacobins, allait diffiper publiquement & journellement dans les orgies de fes vices, le prix qu'il avait mis à ses crimes, & l'on ne favait dequoi s'étonner davantage ou de fa prodigalité, ou de fon audace; un autre plus refervé mais non moins immoral, fe depouillait de fa robe de magiftrat pour revêtir le tablier du marchand, & fondait fa boutique fur les debris de l'empire. Le ridicule versé fur eux de tous cotés en fit une premiére justice, Pour

fuivis depuis à outrance par ce même peuple qu'ils avaient tant flagorné, ils ont été trop heureux de trouver un refuge au milieu de ces Français qu'ils avaient tant calomniés, & qu'ils avaient reduits a fuir leur pays; & là, l'excuse dans la bouche, les foupirs fur les lévres, & l'intrigue tou jours au fond du cœur, ils fe confolent par le me pris qui les pourfuit des fureurs qu'ils ont evité.

Cependant un inftinct fécret portait près du roi, tous les corps appellés avec lui à l'adminiftration de l'empire. Tribunaux & departemens, corps judiciaires & administratifs, le besoin mutuel d'appui, & de force, les rendait tous avec le miniftère complices obligés de la conftitution, & peut être cette maffe informe eut elle eu quelques années d'existence, fi elle n'avait porté en elle même germe de fa mort.

le

Affez de chofes ont éte écrites & repetées fur fes vices pour me difpenfer d'en parler davantage. Les droits de l'homme, la fouveraineté du peuple, la democratie royale, la manie philofophique d'avoir une conftitution écrite, le nivellement univerfel, la volonté générale mife à la place de la raifon fuprême, toutes ces rêveries de l'Abbé Siéyés commentées par les paffions du grand

#

* L'Abbé Siéyés dans un de fes momens lucides, avait trouvé que le grand nombre eft le grand nombre, & cette fublime deTOME I.

C

couverte

« السابقةمتابعة »