صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

Léopold s'était borné à figner à Pilnitz une convention éventuelle avec le roi de Pruffe pour maintenir la liberté de Louis XVI. & l'indépendance des autres couronnes. Les émigrés emportés par des efpérances fallacieufes s'organifaient en corps armés chez l'Electeur de Tréves; il fut aifé de trouver le miniftre coupable d'avoir tû ce qu'il ne favait pas fur ces difpofitions; fans preuves, fans motifs, il est decrété, jetté dans des cachots d'où il ne fort dix mois après que pour être massacré, & le même jour ou Deleffart finit, nous apprend la mort de l'Empereur.

Averti par cette leçon, le fucceffeur de Deleffart, le miniftre Dumourier porté aux affaires étrangères par la faction, fait declarer foudain la guerre au fucceffeur de Léopold. Elle est décretée au bruit des applaudiffements; on perfuade au côté constitutionnel que les émigrés Français ne pourront manquer de faire partie des troupes ennemies, & d'être battus avec elles; la vanité fe rejouit de faire la guerre à la nobleffe, & les miniftériels fe levent tous entiers pour feconder un parti qui ne voulait qu'un moyen de voir le gouvernement fans repos, & Paris fans defenfe.

Nos premiers pas font des revers, & ces revers font effuyés par des généraux conftitutionels; du malheur à la haine il n'y a qu'un pas; Rochambeau

eft

eft difgracé, Dillon eft maffacré, Gouvion eft tué, tout eft honte, tout eft defaite, les foldats de la demagogie ne peuvent foutenir les regards de l'honneur, & les manœuvres de la difcipline.

Ce maux n'affectent que faiblement la faction. Peu lui importe que nos armes foient défhonorés, pourvu qu'elles foient impuiffantes contre elle. En déchainant le peuple contre la royauté, elle affure fa propre domination; elle livre la couronne à la populace, mais elle fe referve le moyen d'en piller les diamans, & fi elle fait repandre le fang de 20,000 foldats aux frontières, c'eft pour verfer impunément celui de 20,000 citoyens dans l'intérieur. Ainfi la vengeance & le brigandage se compofent de nos defaftres, le fang appelle le fang, & nos malheurs s'accroiffent de notre honte.

Tout fe préparait ainfi pour la dernière catastrophe. Les trois regimens de ligne de Paris avaient été pouffés aux frontières; la garde de 1800 hommes que la conftitution avait ordonné au roi de fe former avait été licenciée prefque auffitôt fa création fous prétexte d'incivifme; on redoutait les efforts d'une cavalerie de 600 hommes, & plus que cela les vertus & la loyauté du vieux & fidèle Briffac. Toutes fortes de manoeuvres furent employés pour agiter le peuple à cette époque. On choisit le moment où trois jours de fêtes confécutives re

pondaient

pondaient de l'oifiveté, & des vices de la populace; on fe declara permanens; les miniftres d'alors étaient ceux que l'on avait pris aux Jacobins; pas une preuve,

pas

le plus leger motif d'accufation; le feul crime de toute cette garde était fon attachement à la famille royale, & comment ne l'auraient-ils pas aimé, ils la voyaient tous les jours, & tous les jours ils partageaient fes affronts. Cette troupe fidèle fut donc difperfée fans obftacle; M. de Briffac eft arraché des bras du roi, il eft jetté dans les cachots, & il n'en fort que pour être dechiré. Brave & loyal Briffac, ta cendre fera vengée; mais en attendant tes vengeurs, il me fera permis au moins de repandre quelques fleurs fur ta tombe, et déjà je m'acquitterais ici de ce penible devoir fi je ne craignais de fouiller ton éloge, en le plaçant dans cette longue galerie de crimes.

On voit maintenant la conjuration a decouvert ; l'audace n'a plus de bornes, tout marche, tout s'enchaine à la fois, & les gouvernemens de l'Europe qui la contemplent en filence, deviennent en quelque forte fes complices.

L'amnistie accordée aux affaffins d'Avignon, avait généralement revolté; une explication illufoire avait fait croire que la juftice aurait fon cours, & que les coupables feroient punis-vain efpoir; les tribunaux criminels font partout denoncés au

peuple;

peuple; les autorités d'Avignon fe forment des mêmes brigands que la loi pourfuivait; nos troupes en font retirées, & le vertueux Le Fort & le brave Folnay font obligés de céder leur commandement à Jourdan, à ce Jourdan dont le nom feul fait dreffer les cheveux, à ce Jourdan que l'impetueux & trop honnête Bigonet n'avait epargné lorsqu'il l'arrêta en fe précipitant après lui dans la forgue que pour le livrer aux bourreaux, & qui depuis eft reduit a fe cacher lui-même devant les fatellites de ce Jourdan*. L'armée de Monteux eft recréée, Briffot apelle ce ramas de bandits compofé de toute l'ecume de la Méditerranée, la providence du midi; & d'abord on lui livre la ville d'Arles qui avait commis le crime de vouloir vivre paifible & heureuse au milieu de fes fables; elle eft mife a feu

* Les directeurs des affaffinats d'Avignon les fieurs Rebecqui & Bertin, membres actuels de la convention, & ci-devant membres du departement s'étaient couverts de tant de crimes, que l'affemblée ne put pas ne point les mander à sa barre; ils y trouverent des protecteurs & devinrent les chefs des Marseillois à Paris. C'étaient les mêmes hommes qui avaient mené Jourdan en triomphe à Avignon.

Pour Bigonet, on l'arrêta la veille des élections. Barbantam était le geolier de cette horde de bourreaux; on devoit immoler Bigonet fur l'autel de la patrie ou l'on nommait Duprat maire, & Rovére deputé-ce fut par une efpéce de miracle qu'il fe fauva par le Rhone, le long des murs d'Avignon. Il verifiait par la la prédiction que le roi lui avait faite de fa propre bouche: Plaife-à-Dieu que vous ne vous repentiez pas de l'avoir menagé !

& a

& à fang. La capitale de la Provence ne tarde pas à éprouver le même fort, & graces aux difpofifitions du general Barbantane, le regiment Suiffe d'Erneft eft defarmé impunément; les vainqueurs retournent à Marfeille, & ce n'eft que lorfque la republique y eft établie que l'affemblée les appelle a fon fecours; car c'eft une chose digne de remarque que dans fes crimes même, elle n'a pas eu le merite de la nouveauté.

Cependant il fallait un aliment à la cupidité, & à l'imortalité du peuple, on lui livre les droits féodaux, et les biens des émigrés, c'eft-à-dire un nouveau capital de trois milliards, on décréte la déportation des prêtres, & le miniftre du Roi, fans même en prevenir fon maitre, demande & fait décréter un camp de vingt mille hommes fous Paris.

Sa majefté ne peut confacrer tant d'horreurs par fon confentement. Elle jette fon miniftére à la porte, & refufe fa fanction aux deux derniers decrets. La faction qui avait nommé les deux miniftres vomit feux & flammes; Roland publie en partant une Jettre au roi dont chaque ligne eft une crime contre la conftitution, la royauté, & l'ordre public; le fombre et farouche Claviére va difpofer avec Petion & Briffot les matériaux de la journée du 20 Juin Servan fe confole de fa difgrace en comptant 1500

« السابقةمتابعة »