صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني
[ocr errors]

CHAPITRE TROISIEME.

PAGE

Journée du 10 Août

99

Depuis minuit jufqu'a 6 heures

Revue de la garde du Château par le roi

Depart du roi pour l'affemblée nationale

Portraite de M. le Dauphin

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

Premier masacre dans la cour des Feuillans

136

Attaque du Château

CHAPITRE QUATRIEME.

143

[blocks in formation]

Séance de l'assemblée nationale du 10 Août
Decrets du 10 Août

Réfléxions fur la revolution du 10 Août, et en gé

neral fur toutes les revolutions

.205

234

244

La famille royale à l'assemblée nationale depuis le Vendredi a 10 heures jufqu'au Lundi à Midi 252

CHAPITRE

CHAPITRE SIXIEME.

PAGE

Premiers momens du régne de l'assemblée nationale 266 Expofition des motifs d'auprès lefquels l'assemblée nationale a proclamé la convocation d'une con

vention nationale, et prononcé la fufpenfion du pouvoir exécutif dans les mains du roi

287

Difcuffion de l'expofition précédente et tableau de la France au 31 Xbre. 1792

*309

Fin

352

·APPENDICES OU SUPPLEMENS.

Lettre à la Noblefje Française, au moment de fa rentrée en France sous les ordres de M. le Duc de Branswick, par M. de 'Rivarol.

De la vie politique, de la fuite, et de la capture de M. Lafayette, par M. de Rivarol.

Refutation des calomnies repandues contre le clergé Français refugié en Angleterre.

Effai de juftification de M. de Lafayette.

Apperçu

Apperçu politique de la fituation de l'Europe depuis de 10 Août jusqu'au 20 9bre,

Lettre à M. Peltier fur les Jacobins.

Reponse de M. Peltier, suivre d'un éxamen de la conduite de M. le Duc de Brunswick.

Commencé d'imprimer le 15 Octobre, fini le 31 Decem bre, 1792,

Le No. 4. contenant le recit de l'agonie du Capitaine St, Méard, et la lettre du Comte de Tilly à M. de Condorcet, ne doit point faire partie de ce volume. Ce numero fera placé dans le volume fecond,

APPENDIX AU No. I.

DU

DERNIER TABLEAU DE PARIS.

AVIS DE L'EDITEUR.

ANDIS que je difpofe les materiaux de l'af

TAN

4

faire du 10 Août, qui doivent former mes prochains numéros, je regarde comme mon devoir d'anticiper un peu fur les événemens, pour faire connaitre à mes lecteurs, deux pièces fingulièrement remarquables dans les circonstances actuelles. L'une de ces pièces eft une lettre à la Nobleffe Françaife, au moment de fa rentrée en France fous les ordres de M. le Duc de Brunswick; l'autre une note fur la Vie Politique, la Fuite, et la Capture du General Lafayette. Nommer M. de Rivarol pour l'auteur de ces deux morceaux, c'eft annoncer deux chefs d'œuvres de ftile; mais ce qu'il importe d'y obferver, c'eft que l'influence que M. de Rivarol a acquis parmi les chefs de notre reftauration, influence bien due à fes talens, peut faire regarder la première de ces pièces comme l'expreffion des fentimens du Duc de Brunswick, du Roy de Pruffe, et de nos Princes; ces fentimens étaient parfaitement conformes à ceux du Roi et de la Reine; de la Reine furtout qui, toutes les fois qu' on lui parlait de la necéffité future d'une juftice fe

[blocks in formation]

vere, repondait toujours; de la memoire, et point de vengeance. Quant à la feconde piéce, peutêtre beaucoup de perfonnes trouveront-elles que le retour, quoique tardif du Général Lafayette, à la royauté, fon malheur, et furtout la politique, éxigeaient moins de févérité; on fera étonné auffi de cette difcordance des principes pofés dans le premier morceau avec leur application à un homme qui du fond de fa prison a encore une influence fort active, & un parti bien nombreux.

Lettre à la Nobleffe Française,

Au moment de fa rentrée en France,

Sous les ordres de M. le Duc de Brunswick, Géneralifime des armées de l'Empereur & du Roi de Prufe.

[ocr errors]

OUS allez donc, noblesse française, ordre contemporain du trône, vous allez donc verfer encore votre fang pour relever la plus ancienne & la plus illuftre des monarchies! la premiere des gloires vous eft préparée, je n'en excepte pas celle attachée à la fondation des empires ; & cette gloire vous ne la goûterez qu'après les horreurs d'une affreufe révolution & toutes les amertumes d'un long exil. Tant il eft du deftin de la nobleffe Française

d'acheter

« السابقةمتابعة »