Oeuvres choisies de Marmontel ...

 - 

.

-

106 - Quid verum atque decens euro et rogo, et omnis in hoc sum ; Condo et compono quae mox depromere possim.
143 - Jamais fille chaste n'a lu de romans, et j'ai mis celui-ci un titre assez dcid pour qu'en l'ouvrant on st quoi s'en tenir. Celle qui , malgr ce titre , en osera lire une seule page , est une fille perdue : mais qu'elle n'impute point sa perte ce livre; le mal tait fait d'avance. Puisqu'elle a commenc , qu'elle achve de lire : elle n'a plus rien risquer.
187 - ... miroir il a tout rpt. Mais l'art jamais n'a su peindre la flamme : Le sentiment est le seul don de l'me Que le travail n'a jamais imit. J'entends Boileau monter sa voix flexible A tous les tons , ingnieux , flatteur, Peintre correct, bon plaisant, fin moqueur, Mme lger dans sa gait pnible; Mais je ne vois jamais Boileau sensible. Jamais un vers n'est parti de son cur.
23 - L'homme de lettres que vous remplacez , pacifique , indulgent , modeste , ou du moins attentif ne pas rendre pnible aux autres l'opinion qu'il avait de lui-mme , s'tait annonc par des talents heureux qui, sans trop alarmer l'envie, gagnaient l'estime , et quelquefois drobaient l'admiration.
185 - J'ai vu l'aurore interrompre ma veille ! De quel rayon le Ciel t'illumina , Quel feu divin s'alluma dans tes veines, Quand du faux got rompant les lourdes chanes, Et...
187 - Ce peintre n , dont l'instinct nous enchante ! Simple et profond, sublime sans effort, Le vers heureux , le tour rapide et fort , Viennent chercher sa plume ngligente. Pour lui sa muse , abeille diligente , Va recueillir le suc brillant des fleurs. En se jouant, la main de la nature. Mle, varie, assortit ses couleurs. C'est un mail sem sur la verdure , Dont le Zphyr fait toute la culture , Et que l'Aurore embellit de ses pleurs. Mais sous l'appt d'un simple badinage, Quand il instruit,...
190 - Quelle chaleur, quelle me tu rpands! La cour, la ville , et le peuple et le monde , Tu fais de tout une tude profonde , Et nous rions toujours nos dpens. Le jaloux rit d'un sot qui lui ressemble; Le mdecin se moque de Purgon ; L'avare pleure et sourit tout ensemble , D'avoir pay pour entendre Harpagon.
12 - ... fut un prsent inestimable. De l je tombai dans les fers, et fus promen en triomphe. Aprs cela, vous m'avouerez qu'il faut mourir de douleur, ou s'lever au-dessus des caprices de la fortune. Vous avez dans votre sagesse, lui dit Blisaire, bien des motifs de consolation, mais je vous en* promets un nouveau, avant de nous sparer.
182 - Et la vertu qui la vient dgager ! Mais toi , Virgile , aux plus beaux jours du monde , Dans le berceau des plus grands des humains , Dans cette Rome , en hros si fconde , Qui choisis-tu pour pre des Romains ? Ce n'est pas tout que d'aller fonder Rome; Un grand dessein demandait un grand homme.
18 - ... dont vous l'aviez jug digne ; que cet infortun jeune homme vienne expirer, en vous tendant les bras, sur le seuil de ce sanctuaire , sans que l'impitoyable mort lui permette d'y pntrer, c'est un malheur d'autant plus cruel qu'il tait encore sans exemple.