صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني
[ocr errors][merged small]

OU

MESLANGE

CVRIEVX, INSTRUCTIF

ET A MV SANT,

DE NOUVELLES, DE CRITIQUE,

DE MORALE, DE POESIES,

Et autres matières de Littérature , d'Evénements fingu.
liers & extraordinaires, d'Avantures galantes, d'Hifa
coircs Secrettes , & de plusieurs autres Nouveau-
tés amufantes, aves des Réflexions Criti-

ques sur chaque Sujet.

Quidquid agunt homines , bujus farrago Libelli.
Et quando veberior Vitiorum copia?

*** JUVĖNAL. Sat. I.
TOM È TROISI E ME

alluin

Dupa

.. A LA H A Y E,
Se vend chez PIERRE GOSSE, Junior,
ise. Libraire de S. A. R. ***

M, D, CC. L.

TRES HUMBLE REQUETE A nos très honorez, très Amis & très aimables

Lecteurs, de l'un & de l'autre Sexe.

WO OWE Public nous ayant fait l'honneur d'agréer ce petit

Ouvrage, comme nous n'avons rien plus à cænt que

de lui plaire, nous le prions, par cette raison, 'de L 1 vouloir bien contribuer lui même à son propre amusea Woment. Plusieurs personnes l'ont déja fait, en nous

fournissant les Histoires, Avantures, Nouvelles , Evé. ments curieux Anecdotes , piéces de Vers, morceaux de Littératu. ple, el autres matieres qui composent nos deux premiers Volúmes. Nóns esperons que non seulement elles vondront bien continnet, mais qu'à leur exemple tous ceux de nos Lecteurs qui auront, ou fşakFont, quelque chose de nouveau, d: curieux, d'interressant, de joli, aamusant, & d'instructif, en quelque genre que ce soit, posrun qu'il ne contienne rien de contraire à l'Honêteté publique, à la Religion, do au Gouvernement, voudront bien nous en faire part, en l'adressant, franco, au Libraire qui imprimé cette Feuille Péa giodique. Nous ne manquerons pas d'y insérer tout ce qui nous pagoitra digne de l'attention du Public, do qui poura contribuer al Son instruction du à son amusement ; Car ce sont les deux choses principales que nous nous proposons dans cet ouvrage, ob nous commes persuadez qu'il n'y a point de personne raisonnable qui ne soit sharmée d'y concoutit.

Plaire, instruire en riant; amuser ses Lecteurs,
Par l'emple d'autrui leur réformer les Maurs,
Faire aimer les Vertus & détester les Vices,
Corriger leurs défauts, & fixer leurs Caprices,
Leur montrer ce qu'en eux ils ne veulent pas voir ,
Voilà, grands & petits, quel est notre devoir.
C'est par-là qu'on se rend utile à sa Patrie,

A soi-même', encore plus à ceux qu'on humilie *, AU-RESTB ces personnes pervent-être assurées qu'on n'abuseta point de leur confiance, du qu'on gardera sur leur correspondan. ce un secret invinlable ; Mais nous les prions aussi de ne nous rien envoyer que d'e:cactement vrai, do des choses absolument nouvelles, telles qu'on nous a garanties toutes celles dont nous avons jusqu'à present fait part an Public.

LA

# Hoc opus , hoc studium, parvi properemus, & ampli, Si Patriz yolumus, ki gobis vivere cari.

HORAT. Lib. I. Epit. 3.

LA BIGARURE OUVRAGE PERIODIQUE.

MADAME,
Y 'AI des Nouveautez à communiquer à votre

aimable Société; mais nous sommes dans

un semaine où je me trouve obligée de me or conformer aux circonstances qui ne me perLos hoteles mettent pas de vous divertir, ni même de vous amuser. Les Dévots ne manqueroient pas de s'en scandaliser; les gens du monde le verroient de manvais cil, & Meflieurs les Beaux - Esprits même, quoi. que peu scrupuleux d'ailleurs, y trouveroient peut-être à redire. Faisons donc à la Religion & à l'édification du Public un sacrifice que la justice & la Raison exi. gent de nous ; & puisque nous sommes dans un tems ou l'on ne nous prêche que Morale, ne trouvez pas mau. vais que je vous parle aujourdhui sur ceton *. Ce n'est pas, à la vérité, le plus récréatif, toutefois j'espere qu'il ne vous déplaira pas, sachant fur-tout, que la Morale, comme je vous l'ai fouvent ouï dire, ne nous eft pas moins nécessaire , - que les remedes les plus falutai. res le sont à la Société. Malheur à toute personne qui n'aime point à en entendre parler ! Son sort eft d'autant plus à plaindre, qu'il est une infinité de circonstances dans la vie où elle doit être la principale régle de no. tre conduite fi nous ne voulons pas nous perdre, même dans le monde.

C'est une Vérité que les Payens mêmes ont reconnue; Aussi leurs plus grands Philosophes, & leurs plus céle

bres

Cette Lettre a été écrite un des derniers jours de la fem maine que les Catholiques-Romains appellent Sainte.

Tome III,

« السابقةمتابعة »